Extrait d'enluminure

Motion adoptée par l’UFR d’histoire de l’université Lille III

Ce jeudi 18 mars 2010, le conseil de l’UFR des Sciences historiques, artistiques et politiques, se fondant sur la résolution adoptée le 11 mars dernier par l’assemblée générale des enseignants, s’indigne des conditions dans lesquelles, sans réelle concertation ni prise en compte des conséquences nocives, à tous égards, du projet de « mastérisation » des concours de l’enseignement, le ministère impose aux universités françaises un renoncement fatal à leurs missions de toujours.

Il affirme son opposition absolue à toute dénaturation de la préparation du CAPES et de l’agrégation, ainsi que des filières de recherche, qui conduirait à découpler la préparation des deux concours, à réduire le temps de formation disciplinaire et pédagogique des futurs enseignants, ainsi qu’à pénaliser financièrement les moins fortunés d’entre eux.

Il attire l’attention du ministère, des élus de toutes obédiences et de l’opinion sur les nombreux aspects inapplicables de cette réforme, sur le dépérissement programmé de l’agrégation et sur le risque de tarissement du vivier régional de la recherche en sciences humaines. Il appelle en conséquence l’ensemble de la communauté universitaire à résister aux décrets, tant qu’une négociation sincère n’aura pas été engagée.

Motion adoptée par 21 voix pour et 3 abstentions.