Extrait d'enluminure

Lettre n°50 avril-mai 2011

POSTES

- Instituts d’études avancées

Le RFIEA a lancé l’appel à candidatures EURIAS 2012/2013. Le programme de mobilité internationale coordonné par le RFIEA rassemble 14 instituts d’études avancées européens. Il permet l’invitation de 36 chercheurs de haut niveau (19 juniors et 17 séniors) pour des résidences de 10 mois dans les instituts de Berlin, Bologne, Bruxelles, Bucarest, Budapest, Cambridge, Helsinki, Jérusalem, Lyon, Nantes, Paris, Uppsala, Vienne et Wassenaar au cours de l’année académique 2012/2013.

Les candidatures s’effectuent en ligne ici avant le 31 mai 2011.

- Doctorants en histoire médiévale (Université de Nantes)

La Maison des sciences de l’Homme Ange Guépin à Nantes offre une allocation de thèse dans le cadre du projet RELMIN : "Le statut légal des minorités religieuses dans l’espace euro-méditerranéen (Ve-XVe siècles)”. RELMIN est financé pour cinq ans (2010-2015) dans le cadre du programme « Idées » du 7e programme cadre du Conseil européen de la recherche. Ce projet est basé à la MSH Ange Guépin de Nantes et dirigé par John Tolan, professeur d’histoire à l’Université de Nantes et directeur de la MSH. L’allocation sera cofinancée par la Région Pays de la Loire (sous réserve d’approbation).

Qualifications. Les candidats doivent être titulaires d’un master 2 (ou équivalent) récent en histoire, droit, religion ou littérature, avec une spécialisation en rapport avec les thèmes de RELMIN. Chaque candidat doit avoir de bonnes compétences en langues médiévales (notamment arabe, latin, grec ou hébreu, selon le sujet de thèse). Puisque les langues de travail du projet seront le français et l’anglais, les chercheurs devront parler les deux couramment (ou au moins parler l’une des deux et s’engager à apprendre rapidement l’autre). Les candidats s’inscriront en thèse à l’Université de Nantes et pourrons être inscrits en cotutelle ou codirection dans une autre université.

Sujet de thèse. Chaque candidat proposera un sujet de thèse original en lien étroit avec les thèmes du projet RELMIN. La thèse pourra être rédigée en français, en anglais ou en espagnol. Avant de candidater, les postulants doivent se familiariser avec RELMIN en consultant notre site Web. Le doctorant recevra une allocation de 3 ans. La date de début de contrat sera à priori en septembre ou octobre 2011.

Le dossier de candidature sera constitué des pièces suivantes :
un projet de thèse de 5-10 pages (sujet, hypothèses de recherche, méthodologie et bibliographie indicative…) ; le curriculum vitae détaillé du candidat, avec ses coordonnées : nom, prénom, téléphone portable ou fixe, email ; copie du relevé des notes de Master ; attestation de diplôme de Master ; Intitulé du mémoire de Master et nom du directeur ; Le cas échéant, le nom et les coordonnées du co-directeur de thèse pressenti.

Tout document doit être envoyé en format PDF à l’adresse suivante.
L’examen des dossiers commencera le 5 mai 2011.
Contact et informations

- Chercheur post-doctorant en histoire du droit médiéval (Université de Nantes)

La Maison des sciences de l’Homme Ange Guépin à Nantes recrute un chercheur post-doctorant dans le cadre du projet “RELMIN : Le statut légal des minorités religieuses dans l’espace euro-méditerranéen (Ve-XVe siècles)”.
RELMIN est basé à la MSH Ange Guépin de Nantes et dirigé par John Tolan, professeur d’histoire à l’Université de Nantes et directeur de la MSH. Il est financé pour cinq ans (2010-2015) dans le cadre du programme « Idées » du 7e programme cadre du Conseil européen de la recherche ; le post-doctorant sera cofinancé par la Région Pays de la Loire (sous réserve d’approbation).

Qualifications. Les candidats doivent être titulaires d’un doctorat récent en histoire, droit, religion ou littérature, avec une spécialisation en rapport avec les thèmes de RELMIN. Chaque candidat doit avoir de bonnes compétences en langues médiévales et de l’expérience en édition de textes (en au moins une langue médiévale). Nous sommes ouverts aux candidats de toutes nationalités. Nous cherchons particulièrement des spécialistes des thèmes suivants : Droit municipal des villes italiennes et ibériques ; Les dhimmis dans la jurisprudence musulmane (en particulier, dans les fatwas d’Al-Andalus et du Maghreb) ; Les textes en hébreu (en particulier les responsa)
Puisque les langues de travail du projet seront le français et l’anglais, les chercheurs devront parler les deux couramment (ou au moins parler l’une des deux et s’engager à apprendre rapidement l’autre).

Conditions de travail. Le chercheur sera embauché pour une période de 2 ans (CDD non-renouvelable). La date de début de contrat sera a priori le 1er janvier 2012, mais sera négociable. Chaque chercheur résidera à Nantes pendant la durée de son contrat et aura un bureau à la MSH.

Procédures de recrutement. Les candidats sont invités à envoyer une lettre de motivation, un curriculum vitae et les noms et adresses de trois références à RELMIN. Tout document doit être envoyé en format PDF à l’adresse suivante. L’examen des dossiers commencera le 15 mai 2011.
_ Contact et informations

- Emploi de post-doc. d’une durée d’un an (Université de Limoges)

À compter du 1er septembre ou du 1er octobre 2011, pour collaborer au projet de Prosopographie des évêques de la province d’Aquitaine Première au Moyen Âge. Le projet a pour objectif d’établir une prosopographie des évêques de la province d’Aquitaine Première (province de Bourges). Une première phase a porté sur la période allant de l’Antiquité tardive au IXe siècle (refonte des Fastes épiscopaux de L. Duchesne) ; la seconde phase porte sur une période allant de la fin du IXe siècle au XIIe siècle. Ce travail, qui repose sur une critique documentaire à nouveaux frais, vise notamment à la constitution d’une base de données relative à l’histoire de l’Aquitaine. Les critères de recevabilité sont les suivants : avoir soutenu depuis moins de 3 ans dans un autre établissement que l’Université de Limoges ; ne pas avoir exercé de fonction à l’Université de Limoges depuis la soutenance de thèse ; ne pas avoir plus de 35 ans.

Pour tout renseignement, contacter Philippe Depreux ou Jacques Péricard.

Les candidats sont priés d’envoyer leur dossier de candidature par courrier électronique à Philippe Depreux et Jacques Péricard ; et par courrier postal à Philippe Depreux, Faculté des Lettres et des Sciences humaines, 39E rue Camille Guérin, F-87036 Limoges Cedex le samedi 4 juin 2011 au plus tard.

Le dossier de candidature comprend : une lettre de candidature ; un curriculum vitae précisant : l’état-civil (nom, prénom, âge, lieu de naissance, nationalité, situation familiale), la formation universitaire (détail du parcours académique avec intitulé des diplômes obtenus, établissement et année d’obtention, mentions), le titre et le résumé de la thèse (joindre si possible le rapport de soutenance), la liste des publications, les stages post-doctoraux éventuellement déjà réalisés et les emplois précédemment occupés, l’expérience d’enseignement ; deux lettres de recommandation.

PUBLICATIONS

- À propo[t]s de l’usage, de la production et de la circulation des terres cuites dans l’Europe du Nord-Ouest autour des XIVe-XVIe siècles, actes de la table ronde réunis par Anne BOCQUET-LIÉNARD et Bruno FAJAL, Caen, Publications du CRAHM, 2011.

- Michel BALIVET, Autour des Ottomans. Français, Mameluks, Grecs (XIVe-XIXe siècles), éd. Isis, Istanbul, 2011, 128 p.

- Martine CHARAGEAT, La délinquance matrimoniale. Couples en conflit et justice en Aragon (XVe-XVIe siècle), Publications de la Sorbonne, 2011. Prix : 32 euros. ISBN 978-2-85944-667-3. ISSN 0290-4500 [Résumé
« Le voici, cet amour conjugal, pour une fois exhibé au grand jour, sous l’effet des crises qu’il rencontre, et à l’aide d’un tribunal pour en donner les contours. Même si les arguments sont biaisés par le maniement de la norme, il existe dans ces discours une souffrance humaine qui crie le désir d’une vie de couple réussie, au-delà du simple accomplissement d’un échange codé. Et ce cri révèle un espace de liberté que la justice permet d’exprimer, y compris et d’abord pour les populations ordinaires. C’est là le plus bel enseignement de cet ouvrage tout en finesse, qui ne craint pas de mettre l’accent sur des valeurs médiévales trop souvent malmenées, faute d’avoir su écouter la parole des plaignants. » (Avant-propos de Claude Gauvard)].

- Le diocèse de Thérouanne au Moyen Âge, actes de la journée d’études tenue à Lille le 3 mai 2007, éd. Jeff RIDER et Benoît-Michel TOCK, Arras, 2010 (Mémoires de la Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 39), 193 p. [avec des contributions de L. Morelle, C. Mériaux, J.-P. Gerzaguet, B. Meijns, J. Rider, B.-M. Tock, J.-F. Nieus, Th. Brunner, B. Delmaire, O. Guyotjeannin]. Bon de commande à retourner avec le règlement (30 euros, emballage et port compris) à : Commission départementale d’histoire et d’archéologie du Pas-de-Calais, 1 rue du 19 mars 1962, 62000 Dainville.

- Adrien DUBOIS, Un registre de la vicomté d’Elbeuf (1470-1472). Édition d’un registre de haute justice seigneuriale normande, Caen, Publications du CRAHM, 2011.

- François FORONDA (dir.), Avant le contrat social. Le contrat politique dans l’Occident médiéval XIIIe-XVe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011.

- M. GAILLARD, M. MARGUE, A. DIERKENS et H. PETTIAU (éd.), Francia Media, une région au cœur de l’Europe (c. 840 - c. 1050), publications du CLUDEM, n° 25, Luxembourg, 2011, 600 p., 55 euros.

- Marie-Claude MARANDET (dir.), Violence(s) de la Préhistoire à nos jours. Les sources et leur interprétation, Presses universitaires de Perpignan, Collection Études, 2011, 384 pages. ISBN 978-2-35412-127-3. Prix 22 euros.

- Isabelle MATHIEU, Les justices seigneuriales en Anjou et dans le Maine à la fin du Moyen Âge, Rennes, PUR, 2011. [Fondée sur le dépouillement exhaustif d’archives de la pratique judiciaire, cette étude tente une approche à la fois quantitative et qualitative des registres audienciers d’affaires judiciaires et d’amendes, tout en faisant une large place au droit coutumier en vigueur en Anjou et dans le Maine. Cette recherche examine ainsi la manière dont l’audience s’organise, le personnel qu’elle mobilise, mais également l’activité quotidienne des tribunaux seigneuriaux à travers la procédure suivie, le type d’affaires jugées et les condamnations prononcées. Elle dégage les « modèles » susceptibles d’avoir influencé la conduite de l’exercice judiciaire dans cette région et à ce niveau institutionnel.]

- Dernières publications du Centre d’histoire et de civilisation de Byzance

  • Monographies vol. 31 : Dominique Barthélemy, Jean-Claude Cheynet (éd.), Guerre et société au Moyen Âge : Byzance–Occident (VIIIe-XIIIe siècle), 2010. Prix : 30 Euros.
  • Monographies vol. 33 : Jean-Claude Cheynet, Dimitri Theodoridis, Sceaux byzantins de la collection D. Theodoridis. Les sceaux patronymiques, 2010. Prix : 30 Euros.
  • Monographies vol. 32 : Joëlle Beaucamp, Françoise Briquel-Chatonnet, Christian Julien Robin (éd.), Juifs et chrétiens en Arabie aux Ve et VIe siècles : regards croisés sur les sources, 2010. Prix : 30 Euros.
  • Monographies vol. 34 : Aram Mardirossian, La collection canonique d’Antioche, 2010. Prix : 30 Euros.
  • Bilans de recherche, vol. 5 : Gilbert Dagron, Vincent Déroche, Juifs et chrétiens en Orient byzantin, 2010, ISBN 978-2-916716-21-3. Prix 40€.
  • Bilans de recherche, vol. 6 : Joëlle Beaucamp, Femmes, patrimoine, normes à Byzance, 2010, xlix-557 p., ISBN 978-2-916716-26-8. Prix 40€.
  • Bilans de recherche, vol. 7 : Denis Feissel, Documents, droit, diplomatique de l’Empire romain tardif, 2010, xiv-593 p., ISBN 978-2-916716-27-5. Prix 40€

SOUSCRIPTIONS

Julie CLAUSTRE, Isabelle HEULLANT-DONAT et Élisabeth LUSSET (dir.), Enfermements. Le cloître et la prison (VIe-XVIIIe siècle), actes du colloque de Troyes, Clairvaux, Bar-sur-Aube (2009). Sortie prévue le 4 juillet 2011. Bon de souscription disponible à l’adresse suivante : http://enfermements.fr

RENCONTRES

- Négocier avec ou sans documents ?
Journée d’études du séminaire « histoire de la négociation » de l’École pratique des hautes études
Samedi 30 avril 2011. École pratique des hautes études, 46, rue de Lille, 75007 Paris.
Organisateurs : Dejanirah Couto, Sylvio de Franceschi, Stéphane Péquignot et Jean-Claude Waquet (EPHE)
Intervenants : Thomas Lienhard, Nicolas Drocourt, Catarina Madeira Santos, Adrien Delmas, António Vasconcelos de Saldanha

- Monachisme et espaces monastiques en Rhône-Alpes (IVe-XIIe siècle)
Regards croisés d’archéologie et d’histoire
CERCOR (Saint-Étienne), vendredi 20 mai 2011
Renseignements ici
Organisation et renseignements : Noelle Deflou-Leca.

- Héritages et transferts culturels dans les mondes antiques et médiévaux
L’emprunt : enjeux et modalités
Caen, jeudi 26 mai 2011, MRSH Salle des Actes, SH 027, 9h30-17h30
Responsables : Catherine Jacquemard – Corinne Jouanno
Informations ici

- Michel Foucault et les historiens aujourd’hui
Colloque organisé par Damien Boquet, Blaise Dufal et Pauline Labey
Aix-en-Provence, MMSH, 30 mai-1er juin 2011
Programme

- Hiérarchie des pouvoirs, délégation de pouvoir et responsabilité des administrateurs dans l’Antiquité et au Moyen Âge
Organisé par Agnès Bérenger et Frédérique Lachaud
Université Paul Verlaine-Metz, 16 au 18 juin 2011.
Programme complet

- Nature, norme et morale.
Ordre de la nature et loi(s) naturelle(s) à la fin du Moyen Âge
Paris, 30 mai – 1 juin 2011
Institut historique allemand, 8, rue du Parc royal, 75003 (lundi 30 et mardi 31 mai)
INHA, salle Vasari, Galérie Colbert, 6 rue des petits-champs, 75002 (mercredi 1er juin)
Organisation : Agostino Paravicini Bagliani (Université de Lausanne) et Maaike van der Lugt (Univ Paris Diderot / IUF)
Contact : Maaike van der Lugt.
Plus de renseignements ici

- Des nains ou des géants ? Emprunter, créer au Moyen Âge
4-8 juillet 2011, Poitiers, CESCM
Programme

- Les formes régionales de la diplomatique médiévale en France (XIe-XIIIe siècle)
Clauses comminatoires, souscriptions, datations
Strasbourg, 17 et 18 novembre 2011
Argumentaire : La diplomatique est traditionnellement une discipline géographiquement étroite : le nombre et la diversité des actes conservés sont tels que les travaux, sauf lorsqu’ils portent sur la diplomatique royale ou pontificale, s’inscrivent dans une aire géographique restreinte, égale au plus à l’échelle d’une région ou d’un petit pays. La création de bases de données permet aujourd’hui d’élargir les horizons et de comparer la pratique de la diplomatique dans des régions diverses, voisines ou même éloignées. Le projet « Les espaces de la charte », soutenu par l’ANR, a pour but de mettre en place une base de données de chartes relatives à la France actuelle jusqu’à la fin du XIIIe siècle, et de produire de premiers éléments de réflexion sur une comparaison interrégionale de la diplomatique française. Il ne fait aucun doute qu’il y a, au sein de la diplomatique française, de nombreuses différences régionales. Mais bien des questions restent en suspens : quelles sont ces différences ? Y a-t-il des « régions diplomatiques », c’est-à-dire des régions qui se distingueraient par de nombreuses caractéristiques propres ? Et si oui, quelles sont les limites de ces régions, quels liens entretiennent-elles avec d’autres régions… ? Le but du colloque, qui prendra la forme d’un atelier de travail, sera de voir dans quelle mesure il est possible de mettre en évidence des similitudes et des différences, des régions clairement dessinées, à partir de travaux portant sur les fins d’actes : clauses comminatoires et eschatocoles. Il n’y aura donc pas de travail portant sur une région particulière, mais étude d’actes venant de toute la France, dans le but de commencer un atlas de la diplomatique française.

Programme provisoire :
Paul Bertrand (Paris, IRHT) : La fonction, l’état et le grade des souscripteurs de chartes
Pierre-Henri Billy (Paris, Lamop) : Le cas des témoins : nominatif, génitif, ablatif… ?
Grégory Combalbert (Caen) : Le vocabulaire juridique de la clause comminatoire
Marie-José Gasse-Grandjean, Eliana Magnani, Nicolas Perreaux (Dijon) : Le vocabulaire du sceau
Emmanuel Grélois (Rennes) : Les précisions de lieux dans les datations (in ecclesia, in camera…)
Florian Mazel (Rennes) : Les figures-repoussoirs des clauses comminatoires : Simon, Dathan, Judas et les autres
Jean-Baptiste Renault (Nancy) : La datation par années de règne ou d’épiscopat
Chantal Senséby (Orléans) : La mention manu propria
Benoît-Michel Tock (Strasbourg) : Les actes donnés publice

Pour tout renseignement s’adresser à Benoît Tock

- VIIIe centenaire de la cathédrale de Reims
Reims, 20-22 octobre 2011
Inscriptions du 1er au 10 octobre (places limitées)
Programme
Contact : Marie-Hélène Morell.

- Penser les mondes normands médiévaux (911-2011)
Cerisy / Caen, 29 septembre – 2 octobre 2011
Organisation : David Bates (University of East Anglia), Pierre Bauduin (Université de Caen Basse-Normandie)
Centre Michel de Boüard, CRAHAM (UMR 6273) et Office universitaire d’études normandes
Informations ici

APPELS À CONTRIBUTIONS

- Revue Histoire & Mesure : « Le prix de la mort »
La mort est un domaine de recherches que les anthropologues, les archéologues, les sociologues et les historiens de l’art étudient depuis longtemps, à travers l’analyse matérielle et culturelle des croyances, des formes rituelles ou des lieux de culte. Le thème du prix de la mort, qui est proposé pour publication dans la revue Histoire & Mesure, s’inscrit donc dans un champ traditionnel des sciences humaines, mais il propose une approche quantitative, dans la continuité des enquêtes initiées par les historiens dans les années 1960-1970. La mesure économique des différents actes liés à la mort est un sujet qui affecte tous les types de sociétés. Elle nantit le décès d’un sens et d’une conformité commune ou exceptionnelle. Il s’agit alors d’examiner les offres institutionnelles au regard de leur appropriation par les acteurs et les corps, selon trois temporalités que ce numéro aimerait privilégier : les actes anticipateurs du décès ; la préparation du corps et les funérailles ; les cérémonies et autres gestes postérieurs à l’inhumation/crémation. En mobilisant différents instruments de mesure, les propositions d’articles tenteront de restituer des gradations et des comparaisons exprimables en termes d’une économie de la mort et du deuil. Elles relieront pour cela les valeurs et les pratiques sociales à leurs coûts. Les territoires européens pourront être mis en regard d’autres territoires ou expériences non chrétiennes et monothéistes, mais aussi pris en amont des périodes de documentation textuelle traditionnelle.

Plusieurs axes sont envisageables : 1) Les prestations proposées par les différents agents institutionnels, collèges funéraires, prêtres, marguilliers, confrères, municipalités, services de pompes funèbres et autres prestataires de services marchands ou non marchands. Relèvent-elles de l’économie du don, ou bien sont-elles tarifées ? Quelle connaissance les acteurs ont-ils de cette offre, et comment l’acquièrent-ils ? Ou comment la contournent-ils ? 2) Les consommations funéraires et la gestion du deuil. Les dépenses opèrent-elles une redistribution envers les laïcs ou le clergé (dons aux pauvres, aux églises, aux monastères), ou bien sortent-elles du circuit des échanges (dépôts, sacrifices) ? Affectent-elles aussi les vivants (habits de deuil, banquets, indemnisation des veuves) ? Quelle est la part des logiques familiales, individuelles, religieuses, de genre ou de classes d’âge dans les dépenses funéraires ? Quels sont les enjeux financiers de la répartition spatiale des défunts (chapelles, caveaux) ? Quels sont les gains matériels ou immatériels attendus par les acteurs, et dans quelles temporalités ? 3) Les dépenses funéraires et les pouvoirs politiques. Les dépenses funéraires sont-elles limitées par des lois somptuaires ? Contribuent-elles à consolider la position instituée des acteurs ? Ou bien expriment-elles la fragilité de cette dernière ? Une étude comparative des funérailles des souverains ou des grands hommes est également envisageable. 4) Une approche criminologique est aussi possible autour du coût d’un homicide (modes de « contrat » en liaison avec le statut de la victime), du coût d’une vie par dédommagement d’un meurtre en justice ou en coutume (« wergeld » et autres réparations).
Au-delà des choix individuels, ce numéro propose de rattacher les échelles locales de la mort aux disparités religieuses, sociales, économiques et politiques, aux rangs, aux hiérarchies et aux fortunes, afin de prendre la mesure des valeurs économiques qui circulent autour de la mort, à travers les époques et les territoires.

Les propositions d’article, de 5 000 signes environ, devront parvenir avant le 6 mai 2011 inclus aux organisateurs de la revue. Elles seront accompagnées d’un rapide CV, d’une adresse mail et postale, ainsi que de la mention d’un rattachement administratif. La revue publie des articles en français ou en anglais. Les réponses du comité de lecture seront adressées aux auteurs au plus tard au début du mois de juillet 2011. La décision d’acceptation définitive ne sera prise que sur la base d’un article complet. Les articles sélectionnés, d’une longueur maximale de 70 000 signes, devront parvenir à la revue avant le 4 novembre 2011 inclus (voir les consignes aux auteurs sur le site de la revue).

Les envois seront adressés conjointement à Laurence Croq, coordinatrice du numéro ; Anne-Sophie Bruno ; Morgane Labbé ; Mathieu Marraud ; Anne Varet-Vitu.

Pour en savoir plus sur la revue Histoire & Mesure, consulter le site.

- La part de l’ombre (II)
Artisans du pouvoir et arbitres des rapports sociaux. La place des intermédiaires dans la gestion des conflits.
_ Journée d’études – Jeudi 24 novembre 2011
Université de Limoges (EA 4270 GERHICO/CERHILIM - groupe thématique PraThéMA)

Cette journée d’étude poursuit un cycle débuté en 2010. A cette occasion, les intervenants ont mis en valeur dans une grande variété de milieux (laïc, ecclésiastique, diplomatique, judiciaire et municipal) des pratiques de gouvernement et d’administration exercées par des hommes placés en retrait de la scène institutionnelle ; timidement révélés par les sources, leur action est finalement déterminante. Les résultats obtenus lors de cette première manifestation encouragent à poursuivre les recherches en se concentrant sur ces artisans du pouvoir rythmant le processus décisionnel, influençant, par une négociation discrète mais constante, l’action politique ou jouant simplement un rôle d’intermédiaires entre groupes sociaux. Une attention particulière sera donc portée au rôle de ces chevilles ouvrières qui régulent les conflits, tempèrent ou attisent les rapports de force, voire, entretiennent la mémoire de ces moments de tension sociale. Cette thématique est d’une part dictée par les centres d’intérêt des historiens et historiens du droit de l’Université de Limoges (EA 4270 GERHICO-CERHILIM/PraThéMA, EA3177 OMIJ/IAJ) ; elle est d’autre part proposée avec le souci d’éclairer des phénomènes repérés au Moyen Âge, phénomènes présentant des analogies remarquables avec des faits socio-juridiques actuels, notamment en ce qui concerne la place accordée aux modes alternatifs de gestion des conflits, aussi bien dans le cadre des rapports privés que dans celui des relations internationales. Cette nouvelle rencontre sera l’occasion d’identifier les différentes interventions au cours de ces processus.

Les propositions de contributions sont à envoyer avant le 1er mai 2011 à l’adresse suivante : Jacques Péricard.

- L’Historia regum Britannie de Geoffroy de Monmouth et les « Bruts » en Europe
Appel à communication pour deux colloques internationaux
(25-26 septembre 2012 & 15-16 octobre 2013)
L’Historia Regum Britanniae, composée au XIIe siècle par le clerc gallois Geoffroy de Monmouth, fut l’un des textes latins les plus répandus au Moyen Âge. Rapidement copiée, cette chronique remporta le succès jusqu’à la fin du XVe siècle : plus de 200 manuscrits latins en subsistent. Outre cette tradition manuscrite imposante, la popularité de la chronique est attestée par les nombreuses frontières linguistiques qu’elle a franchies. En effet les auteurs de chroniques locales ou universelles y puisèrent si volontiers qu’il existe des adaptations vernaculaires de l’Histoire des Rois de Bretagne dans la plupart des aires linguistiques de l’Occident chrétien, de la France à l’Islande en passant par le Pays de Galles. Certaines ont circulé de manière autonome sous le titre de « Bruts » ; mais la plupart de ces traductions figurent soit dans des manuscrits-recueils regroupant divers textes arthuriens, soit dans des manuscrits à caractère historique au sein desquels elles sont juxtaposées à d’autres chroniques.
La connaissance que nous avons de ces surgeons de l’Historia est inégale : à côté du Brut de Wace ou de celui de Layamon qui ont déjà fait couler beaucoup d’encre, bien des « Bruts » sont peu ou mal connus, voire restent à découvrir. Les deux colloques projetés visent à niveler ces écarts bibliographiques en mettant en lumière des « Bruts » restés confidentiels et en favorisant le recensement de traductions vernaculaires de l’Historia regum Britanniae, particulièrement dans les domaines linguistiques les moins bien explorés dans cette optique — domaines germanique et italien notamment. En outre la traduction de la chronique de Geoffroy y sera envisagée à échelle européenne de manière à ce que soient favorisées les comparaisons entre différents domaines linguistiques. Outre le contenu des traductions vernaculaires de l’Historia et leur éventuel emploi comme maillons de compilations plus vaste, nous aimerions favoriser l’examen de l’ancrage matériel, géographique et historique de ces translacions : par qui ont-elles été commandées et pour qui ont-elles été produites, transmises, et éventuellement illustrées ? Quels desseins suscitèrent leur rédaction, sachant l’investissement qu’elles représentent ? Quels milieux ont pu favoriser leur rédaction, leur dissémination, voire leur basculement d’une aire linguistique à une autre ?

En somme, la série de deux colloques organisés dans le cadre du projet « HRBB » (voir infra) vise à préciser les modalités de la réception de l’Historia regum Britannie au-delà de la tradition latine de ce texte. Il s’agit non seulement de fournir des éclairages complémentaires sur le succès et sur la crédibilité dont jouit cette chronique du XIIe au XVIe siècle dans tout l’Occident chrétien, mais aussi de tenter de mettre en lumière des facteurs inconnus de sa popularité aussi large que durable. Pour articuler la réflexion collective, mais aussi pour favoriser la discussion, les exposés seront articulés autour des deux axes suivants :

1) « L’Historia regum Britannie de Geoffroy de Monmouth et les Bruts en Europe. Traductions, adaptations et réappropriations (XIIe-XVIe siècle) » (Brest, 25-26 septembre 2012). Ce premier colloque sera consacré au contenu textuel des traductions vernaculaires ou des adaptations latines de l’Historia en Europe, du Moyen Âge à la Renaissance. Sont bienvenues les communications éclairant la technique et les méthodes des adaptateurs ou des traducteurs, leur langue, les sources avec lesquelles ils ont croisé leur texte ainsi que leur éventuel statut de compilateurs.

2) « L’Historia regum Britannie de Geoffroy de Monmouth et les Bruts en Europe. Contextes historiques de rédaction et de réception du XIIe au XVIe siècle : production et circulation des manuscrits, usage des textes » (Paris, 15-16 octobre 2013). Il s’agira, dans un second temps, d’examiner le contexte de circulation de l’Historia latine et des traductions qui en découlent. Sont pertinentes toutes les approches visant à éclairer les circonstances historiques, culturelles et matérielles qui ont vu naître la foule importante des manuscrits des Bruts, et notamment les études codicologiques et iconographiques.

Date limite de remise des projets de communication (titre et résumé de 3000 caractères au maximum) : 15 septembre 2011, à Hélène Tétrel et Géraldine Veysseyre.

Direction scientifique : Hélène Tétrel, Université de Bretagne occidentale & Géraldine Veysseyre, Université Paris IV-Sorbonne et IRHT.
Cadre institutionnel : projet de recherche « De l’Historia Regum Britanniae aux Bruts européens » (HRBB), Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, présentation en ligne à l’adresse suivante.

Les actes bilingues (anglais-français) des deux colloques seront réunis dans une publication papier en 2014.

VARIA

- L’épigraphie antique et médiévale
Session d’été, Poitiers, 21 août – 4 septembre 2011
Cette session est organisée par les laboratoires HeRMA et CESCM, dans le cadre d’un programme intensif Erasmus, qui permet de financer la participation des seuls enseignants et étudiants issus des universités européennes partenaires. Ces contraintes ne nous permettent pas d’y faire participer officiellement les étudiants et collègues d’autres universités, à notre grand regret. Néanmoins, nous diffuserons dans les prochains mois le programme de la session via notre site internet, ce qui permettra aux étudiants et collègues intéressés de venir assister aux conférences et tables rondes qui rythmeront ces deux semaines, s’ils le souhaitent.

Pour toute question, vous pouvez vous adresser à Bertrand Goffaux, coordinateur du programme.
Informations ici.

- Prix d’Histoire militaire
Décerné chaque à un mémoire de master et à une thèse sur un sujet concernant l’histoire militaire au sens large et dans toutes les périodes, ce prix est doté de 1000 euros pour les masters et de 7000 pour les thèses. Les dossiers sont à télécharger sur le site de l’Institut de Recherche Stratégique de l’Ecole Militaire – IRSEM