Extrait d'enluminure

Appel à communication : Diocèses en intérim. Le temps de la vacance épiscopale (France et Allemagne, Xe‒XIIIe siècle)

Appel à communication : Diocèses en intérim. Le temps de la vacance épiscopale (France et Allemagne, Xe‒XIIIe siècle)

Colloque du 5 au 6 décembre 2016, à l’IHA, organisé par Rolf Große (IHA) et Gerhard Lubich (Ruhr-Universität Bochum)

Comité scientifique : Véronique Gazeau (université de Caen), Rolf Große (IHA), Gerhard Lubich (Ruhr-Universität Bochum), Laurent Morelle (École pratique de hautes études) et Benoît Tock (université de Strasbourg).

Date limite de candidature : 15 février 2016

La mort de l’évêque laisse sa fonction vacante, pour quelques jours ou quelques semaines, parfois même pour des années. D’autres causes ‒ expulsion, suspension ou démission ‒ ont le même effet. La recherche accorde trop peu d’attention à cette période, appelée »intérim« dans le droit canonique, tout comme aux étapes qui mènent à l’installation du nouvel évêque, de son élection à son investiture. L’objectif du colloque est de combler cette lacune en étudiant ce temps particulier dans une perspective d’ensemble. Son intérêt n’est pas concentré sur la personne de l’évêque ayant cessé ses fonctions ou sur son successeur, mais plutôt sur le diocèse et les groupes qui pèsent sur sa destinée.

Les questions qui en résultent sont complexes. L’observation des »vacances épiscopales« donne des renseignements sur le niveau atteint par le diocèse en tant qu’institution. Ceci est valable pour les principes régissant les procédures à appliquer pendant un intérim, qui ont existé en tout temps, d’abord données surtout par la tradition, plus tard prescrites par le droit canonique. On peut poser semblables questions en ce qui concerne le cercle de personnes ou d’institutions impliqué dans les procédures : sans doute, pour régler la succession, le principe de l’ »élection« était-il suivi, mais la composition du corps électoral était une question réglée au cas par cas. Il faut également tenir compte de l’influence exercée par les pouvoirs laïques ainsi que par la papauté.

À cette approche institutionnelle, qui interroge les normes, procédures et acteurs, s’ajoute une perspective plus culturelle, à commencer par l’appréciation et la description de la mort de l’évêque, d’autant qu’au Moyen Âge, le trépas était considéré comme un miroir de la vie. Cette thématique amène d’autres questions : le lieu et la forme de la memoria – du tombeau de l’évêque au souvenir laissé dans l’historiographie –, le jugement qu’on porte sur l’élection, la nature et la description des conflits qu’elle suscite, la mise en récit de l’installation du nouveau prélat.

L’histoire de l’Allemagne et celle de la France seront au centre du colloque, étant donné que ces deux pays ont modelé les structures ecclésiastiques de l’Europe de manière fondamentale. Le Moyen Âge classique formera le cadre chronologique privilégié puisque durant cette période les deux royaumes se sont formés en tant qu’entités indépendantes et qu’en même temps, la centralité pontificale s’est affirmée tout en devenant une source d’influence d’une nouvelle intensité.

Les langues de travail seront le français et l’allemand. La candidature doit comprendre une brève présentation de la communication de 20 minutes proposée (max. 350 mots) ainsi qu’un CV universitaire. Pour toute question, veuillez contacter Rolf Große ou Gerhard Lubich.

Merci d’envoyer vos candidatures jusqu’au 15 février 2016 en un seul fichier (PDF) à Rolf Große en indiquant l’objet »Intérim« .