Extrait d'enluminure

Compte rendu de l’Assemblée générale du 4 mai 2017

Chers collègues,

Vous trouverez ci-dessous le compte rendu de l’assemblée générale de printemps la SHMESP, qui s’est tenue à Jérusalem le 4 mai dernier.

Compte rendu de l’Assemblée générale de la SHMESP Jérusalem, Université hébraïque (Mont Scopus) 04.05.2017

Le Président ouvre l’Assemblée générale en rappelant préalablement que les Assemblées générales de printemps, inaugurant les congrès de notre société, sont généralement courtes et ont principalement une valeur informative. Nombre d’informations ont déjà été communiquées par le biais de la Lettre de la SHMESP. Par ailleurs, certaines questions animant notre société doivent attendre l’issue de l’élection présidentielle et de connaître les orientations du ou de la futur(e) élu(e) en matière d’enseignement supérieur et de recherche.
Pascal Montaubin rappelle la mémoire de Pierre Chuvin, décédé le 26 décembre 2016, qui fut professeur d’histoire grecque à l’Université Paris-Ouest-Nanterre, et directeur de l’Institut français d’études anatoliennes. À ce titre, il avait accueilli la SHMESP lors du congrès qui s’était déroulé à Istanbul en juin 2005.
Dominique Valérian reprend la parole pour annoncer la date de la prochaine Assemblée générale d’automne qui aura lieu le 14 octobre. Le choix de cette date fut contraint par celle des Rendez-vous de l’Histoire de Blois (7/10), par les vacances d’automne (21/10 au 6/11) et le 11 novembre férié ; les dates des 18 et 25 novembre ont paru trop tardives, présentant un fort risque de tenues de soutenances de thèses.
Un questionnaire destiné à recueillir les attentes des sociétaires à l’égard des actions et activités de la SHMESP a été élaboré. Il sera communiqué dans la prochaine lettre de la société. Un retour des réponses est attendu pour le 1er septembre.
Le compte rendu de l’Assemblée générale du 22 octobre 2016 est mis au vote et adopté à l’unanimité des présents.
La nouvelle question d’histoire médiévale à l’agrégation est : « Confrontation, échanges et connaissance de l’autre au nord et à l’est de l’Europe de la fin du VIIe siècle au milieu du XIe siècle ». La bibliographie qui sera publiée dans Historiens & Géographes est en cours de préparation et fera l’objet d’une présentation le 17 juin de 14h à 17h à la Sorbonne, par Alban Gautier, Magali Coumert, Thomas Lienhard et Charles Mériaux. Alban Gautier a par ailleurs proposé aux hauts médiévistes de constituer des dossiers destinés à aider les collègues à préparer la question, comme cela avait été fait pour la question relative à l’Islam. Régine Le Jan et Jean-Philippe Genet évoquent l’idée de transmettre un encouragement appuyé à renouveler ce qui avait été fait par les collègues pour Gouverner en Islam.
Sont ensuite évoquées les publications des actes des congrès de la société. Didier Panfili assure que l’avancement de la publication des actes du congrès d’Arras respecte le calendrier établi pour être disponibles lors de l’assemblée du 14 octobre prochain. Certaines contributions ont toutefois été difficiles à obtenir auprès des auteurs. Il convient donc de rappeler les conditions de remise des textes pour les intervenants du présent congrès de Jérusalem. 28 communications ont été retenues – ce qui est sensiblement plus que les 22 communications du précédent congrès : il convient donc de respecter strictement la limite du nombre de signes imposée (notes de bas de pages comprises). La date limite de retour des textes est fixée au 1er octobre, afin de permettre les navettes avec les experts et la rédaction des introduction et conclusion.
Un point est fait sur les finances de la société par Alexis Grélois – en l’absence de Stéphane Péquignot. On dénombre à ce jour quelques 445 adhérents à jour de cotisation, ce qui représente un chiffre en hausse. Les finances de la société sont en bonne santé. Cinq demandes de bourses (d’un montant de 400 €) ont été adressées par des doctorants et docteurs non-titulaires intervenant ou désireux de participer au présent congrès. Par ailleurs, l’Université de Leeds accorde des bourses, par le biais de la SHMESP, pour les jeunes chercheurs (CR) et enseignants-chercheurs français (MCF) réalisant des interventions lors de l’International Medieval Congress (1000 à 1100 € au total). Cinq demandes ont été également adressées cette année, mais seules quatre sont recevables au regard du statut du demandeur. Il conviendrait à l’avenir de ne pas descendre en-dessous de ce chiffre pour justifier le versement de cette subvention, dont la SHMESP est la seule à bénéficier. L’an dernier, la SHMESP a également versé cinq bourses sur ses fonds propres pour des doctorants ou docteurs sans poste dans le supérieur, dispositif qui sera reconduit cette année pour une doctorante.
Dominique Valérian évoque à présent les prochains congrès de la Société. 35 propositions de communication ont été adressées pour le congrès de Rennes (2018), dont 14 provenant de doctorants. Le conseil scientifique qui statuera sur ces différentes propositions se réunira le 16 juin prochain à la Sorbonne. La parole est ensuite cédée à Pierre Monnet qui présente brièvement l’organisation du congrès de Francfort (2019) qui portera sur le thème « Parler et chanter : la voix au Moyen Âge ». Il s’agit d’un congrès facile à organiser, le lieu d’accueil étant d’accès aisé et pourvu de nombreux hôtels. Dans le cadre des excursions, les visites de Lorsch, Spire et éventuellement Worms sont envisagées.
Dominique Valérian rappelle que la SHMESP intervient depuis deux ans aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois. Depuis l’année dernière, des tables rondes sont organisées en association avec la SoPHAU. Cette année ces deux tables rondes aborderont : 1/ la question des manuels scolaires, à l’initiative de la SoPHAU, avec la participation de Franck Collard et Sandrine Lerou ; 2/ La transmission du savoir scientifique et technique de l’Antiquité au Moyen Âge, avec Marilyn Nicoud et Philippe Bernardi pour les médiévistes et Hervé Inglebert (U. Nanterre) et Évelyne Samama (U. Versailles-St Quentin) pour les antiquisants.
La commission de travail sur la question des docteurs sans poste dans le supérieur, animée par Annick Peters-Custot, s’est réunie à plusieurs reprises (la dernière réunion a eu lieu le 19 avril). Un questionnaire a été élaboré avec la collaboration de la SoPHAU qui a été diffusé et a recueilli une centaine de réponses, actuellement en cours de traitement. Un grand nombre d’entre elles insistent sur l’urgence de la situation, voire la situation de désespérance et, parfois, de désillusion que connaissent ces jeunes collègues. Une lettre a été envoyée à la ministre et à l’IGEN pour appeler à une valorisation du doctorat et à des actions facilitant la poursuite de recherches des docteurs dans le secondaire : cette lettre n’a, à ce jour, reçu aucune réponse. Au-delà des demandes de postes, une action est à mener au sein même de notre société, pour mieux diffuser l’information, notamment sur les postes, mais aussi vis-à- vis des bibliothèques, pour que les docteurs sans postes y aient toujours accès, et enfin au sein des laboratoires, où une réflexion doit être menée sur la place des docteurs.
Dans le cadre de l’enquête sur l’évolution des postes en histoire médiévale dans l’enseignement supérieur, un questionnaire a été envoyé aux membres du comité. Sur les 62 établissements représentés, 56 ont transmis leur réponse. Leur traitement est actuellement réalisé par Aude Mairey, et les résultats seront présentés à l’Assemblée générale d’automne.
Il est également signalé que le site Internet de la SHMESP accueille depuis cette année une nouvelle rubrique consacrée à l’annonce des postes mis au concours, les calendriers de recrutement et la composition des comités de sélection. Ces informations sont réunies en collaboration avec le site de l’Association française d’histoire économique (http://afhe.hypotheses.org/suivi-des-recrutements).

Antoine Destemberg présente les évolutions de la messagerie électronique de la SHMESP. Pour des raisons de difficultés techniques à adresser des messages collectifs aux 750 contacts de la société, à partir de la seule messagerie FREE, le choix a été fait de recourir aux services de la société SimpleMail, qui offre des solutions techniques efficaces pour la gestion de la communication des associations et entreprises. Ce service est facturé 9€/mois et offre les garanties de respect de la confidentialité des informations que des services gratuits ne garantissaient pas. Les sociétaires continuent néanmoins à recevoir des messages expédiés par shmesp free.fr. Les seules modifications concernent la mise en forme des messages, et notamment de la lettre. Il n’est techniquement plus possible d’ajouter des pièces jointes aux messages, mais celles-ci peuvent être récupérées grâce à des liens présents à l’intérieur du corps du texte du message, signalés par un soulignement et une police de texte différente. Il convient donc de veiller à ce que les messageries ne désactivent pas automatiquement les liens présents dans ces messages. Par ailleurs, il convient que chaque sociétaire veille à ce que l’adresse shmesp free.fr figure parmi ses contacts afin que les messages adressés par la société ne soient pas automatiquement traités comme des « spam » ou autres « courriers indésirables ».
L’année 2017 donnera enfin lieu à l’actualisation de l’annuaire de notre société, conformément à la périodicité de deux ans qui s’est imposée pour sa mise à jour – le dernier annuaire datant de 2015. Pour répondre au souhait exprimé par beaucoup, une version papier sera conservée. Une version en ligne de l’annuaire sera néanmoins développée, avec toutes les informations contenues dans la version papier, à l’exclusion des coordonnées personnelles. Cela permettra notamment une recherche plus facile par mots clés. L’appel à transmettre les éventuelles corrections a été diffusé le 3 avril dernier et les réponses – qui arrivent toujours – sont en cours de traitement. Les épreuves seront soumises pour vérification au cours du mois de juin et l’annuaire 2017 sera distribué lors de l’assemblée générale d’automne aux membres de la SHMESP à jour de leur cotisation.
L’ordre du jour étant épuisé, l’Assemblée générale est close à 15h.