Extrait d'enluminure

Lettre de la SHMESP n° 100 (août-septembre 2017)

VIE DE LA SOCIÉTÉ

Prochaine Assemblée générale de la SHMESP

La prochaine Assemblée générale de notre société se tiendra le samedi 14 octobre en Sorbonne (Amphithéâtre Guizot). Pour des raisons de sécurité, la Chancellerie exige qu’une liste des participants lui soit fournie une semaine avant l’évènement, les services de sécurité à l’entrée de la Sorbonne se réservant le droit de refuser l’accès à toute personne non inscrite. Aussi, nous vous prions de bien vouloir indiquer votre présence en vous inscrivant sur l’interface ou, à défaut, en nous signalant celle-ci par courriel, avant le 9 octobre. Il convient également de se munir de la présente convocation, ainsi que d’une carte professionnelle ou d’une pièce d’identité. Nous vous remercions de votre compréhension.

Publication des actes du Congrès d’Arras

Nous avons le plaisir de vous transmettre (ci-joint) le bon de souscription au volume des actes du XLVIIe Congrès de la SHMESP, qui s’est tenu à Arras en mai 2016, sur le thème "Histoire monde, jeux d’échelles et espaces connectés". Il vous est ainsi permis d’en faire l’acquisition au tarif réduit de 20 € (au lieu de 30 €).
Le bon de souscription signé, et accompagné d’un chèque, doit être renvoyé, avant le 11 octobre, à Didier Panfili – 11 rue de Belleville 35000 Rennes. Pour les envois par courrier, en France et à l’étranger, il convient d’ajouter la somme de 6 € pour les frais de port.
Les volumes réservés seront remis aux souscripteurs lors de l’Assemblée générale du 14 octobre prochain. Les collègues parisiens (résidence administrative ou personnelle) qui ne pourraient venir retirer leur exemplaire ce jour sont invités à passer récupérer leur volume aux Éditions de la Sorbonne (212, rue Saint-Jacques 75005 Paris).

Questionnaire sur l’activité de la SHMESP

Dans la perspective du débat prévu pour la prochaine Assemblée générale sur les évolutions de la SHMESP, nous renouvelons notre invitation à répondre au questionnaire (accessible en pièce jointe à cet article) sur le rôle et les fonctions de la SHMESP et à nous le retourner dès que possible.

POSTES, STAGES ET BOURSES

Bourses de l’École française de Rome en histoire, archéologie et sciences sociales

L’École française de Rome propose chaque année des mensualités de bourse, destinées à assurer l’accueil temporaire de jeunes chercheurs dont les travaux nécessitent un séjour en Italie. Ces bourses ont pour mission principale d’aider les doctorants au cours des premières années de leur travail de thèse. Deux sessions de sélection sont organisées chaque année.
Pour un séjour de bourse au premier semestre 2018, la réception des dossiers de candidature est ouverte jusqu’au 30 septembre 2017.
Informations sur les candidatures ici.

Postes de chercheurs résidents à l’École française de Rome

Les Écoles françaises à l’étranger proposent des séjours comme chercheurs résidents pour des collègues titulaires ou contractuels.
À l’École française de Rome (EFR), ils sont accueillis pour une durée d’un semestre éventuellement renouvelable, pour contribuer à la réalisation d’un programme scientifique en collaboration avec l’EFR (consultables ici). L’accueil est réglé par convention entre l’EFR et l’organisme de rattachement de ces chercheurs. L’École met à leur disposition tous ses moyens matériels et scientifiques pour faciliter la réalisation de leur programme.
Une aide pour favoriser leur séjour hors de leur résidence peut en outre être proposée par l’EFR lorsque le candidat ne bénéficie pas de financements extérieurs propres : pour ceux qui se logent pour l’intégralité de la période par eux-mêmes dans Rome, une aide de 2000€ mensuels est octroyée ;
pour ceux qui sont logés dans l’immeuble de la Piazza Navona pour l’intégralité de la période, l’aide mensuelle est de 1200€ sur lesquels est effectué un prélèvement de 600€ pour le loyer du studio (chambre-cuisine-salle d’eau) ;
pour tous, remboursement d’un voyage par semestre vers leur résidence principale, sur la base du tarif économique.
L’EFR propose pour l’année universitaire 2018-2019, sans préjuger d’autres demandes susceptibles d’être prises en compte sans aide financière, un total de 36 mensualités d’aide à la mobilité. En fonction des possibilités de financements qui resteraient disponibles, la commission pourra aussi examiner des demandes d’aide de séjour pour le premier semestre 2018. Une attention particulière sera portée aux dossiers s’inscrivant dans les champs disciplinaires relevant des sciences sociales.
Les dossiers, comportant un bref CV avec bibliographie sélective, une lettre de motivation détaillée précisant la période de séjour sollicitée et une autorisation de résidence à Rome émanant de l’institution d’appartenance (conseil académique, ou conseil scientifique, ou UFR, ou département, ou laboratoire), peuvent être envoyés, par courriel, au secrétariat de la direction des études concernée (secrma efrome.it) par le programme de recherches dans lequel s’insère la mobilité, avec copie à la direction (direction efrome.it), dans les délais suivants : au plus tard le 17 octobre 2017 pour les dossiers sollicitant une aide financière ; au fil de l’eau pour les autres dossiers. Les chercheurs sollicitant une aide à la mobilité seront informés de l’issue de leur demande dans la première quinzaine de novembre.

Plus d’informations ici.

Claudio Leonardi Fellowship of the Schindler Fondation for Medieval Latin Studies

The Claudio Leonardi Fellowship of the Zeno Karl Schindler Foundation for Medieval Latin Studies has been established to support scholarship in Medieval Latin Studies – in particular, research by young scholars – with a grant-in-aid in honor of Claudio Leonardi (1926-2010), founder and first President of the Società Internazionale per lo Studio del Medioevo Latino (S.I.S.M.E.L.).
The grant will allow one scholar (doctoral or postdoctoral candidate) to spend a period of three to six months abroad pursuing research in his/her chosen field with a monthly stipend of 2,500 Swiss francs. In addition, the recipient may make use of an additional subsidy of 3,000 Swiss francs toward the cost of publication of his/her doctoral thesis or posdoctoral research on condition that the print publication indicate foundation support (« published with the support of the Zeno Karl Schindler-Stiftung »)
Applications should be submitted by September 15, 2017, via email to : Prof. Jean- Yves Tilliette, Langue et littérature latines médiévales, Université de Genève (Jean-Yves.Tilliette unige.ch). Applications will then be submitted to the Governing Board of the Zeno Karl Schindler Foundation for evaluation during its fall meeting. The final decision will be communicated until the end of 2017.
During the annual S.I.S.M.E.L. General Assembly – which will be held in 2018, on March 24 – the winner will be given the opportunity to present a fifteen minute lecture on his/her research project.
The Applicant should include :

a curriculum vitae and a list of publications
the description of the research project
a scientific justification of the sojourn abroad
for which duration the fellowship is needed (3 or 6 months).
The Application may be written in English, French, German or Italian.
Informations here

Poste d’Assistant Professor of Mediterranean History (Washington and Lee University, Lexington VA)

The History Department of Washington and Lee University invites applications for a tenure-track assistant professorship in Mediterranean history, 500-1500 C.E., beginning September 2018. Special consideration will be given to candidates who can situate Mediterranean history in a global context by contributing to the Africana Studies, Middle East and South Asia Studies, and/or Medieval and Renaissance Studies Programs. Candidates whose research focuses on issues such as, but not limited to, race and ethnicity, gender and sexuality, cross-cultural contact, religious cooperation and conflict, urbanism and/or empire are particularly encouraged to apply. Successful applicants will be expected to teach introductory surveys as well as intermediate and advanced undergraduate courses related to their areas of specialization.
Deadline : october 15, 2017
For details and how to apply, see here.

Poste d’Assistant Professor of Medieval or Early Modern Mediterranean History (Kalamazoo College)

The Department of History at Kalamazoo College invites applications for a tenure-track position as assistant professor of Medieval or Early Modern Mediterranean history, to begin in September 2018. As the sole member of the department responsible for this period, the successful candidate will be expected to offer introductory and upper-division undergraduate courses on the Mediterranean, Europe, and the Islamic world or Colonial Latin America. These classes should reflect their specific expertise and the broader geographic and conceptual scope of the field. We also seek applicants willing and able to help reimagine the department’s current curriculum. We are especially interested in transnational approaches to Mediterranean history focusing on issues such as (but not limited to) ethnicity, migration, majority/minority relations, gender, and the interaction between the different religious and imperial entities of the region. The successful applicant will also teach within the College’s Shared Passages Program of first-year and sophomore seminars and senior capstone courses. The teaching load is six courses per year on a quarter system (2/2/2), with additional duties including directing senior theses and academic advising.
Completed applications received by October 16, 2017 will receive full consideration, with later applications reviewed as needed until the position is filled. Upload cover letter, CV, detailed statement of teaching philosophy and goals, description of scholarly interests, statement on experience working with underrepresented students and engaging issues of diversity and inclusion in the curriculum and pedagogical approaches, and undergraduate and graduate transcripts (unofficial acceptable) in PDF format at https://www.kzoo.edu/search/history/.
Please have three confidential letters of recommendation sent in PDF format to HistorySearch kzoo.edu with a subject line lastname_firstname. Please send all inquiries to Dr. Joseph J. Bangura, Chair of the Search Committee.

Poste d’Assistant Professor : Early Modern Mediterranean and the World (UC San Diego)

The Department of History within the Division of Arts and Humanities at the University of California, San Diego is pleased to announce a search for an assistant professor specializing in the Early Modern history of the Mediterranean and the World. Our preference is for a scholar whose research and teaching utilizes a transnational approach to the study of the Mediterranean, and whose scholarship contextualizes and connects the region with the other parts of the globe such as the greater Atlantic world, Africa, the Middle East or South Asia. The successful candidate must have a Ph.D. in History or a related field at the time of appointment on July 1, 2018.
Review of applications will begin on November 1, 2017 and continue until the position is filled.
More information about this recruitment here.

Poste d’Assistant Professor Late Antique or Medieval History (Stony Brook University)

The Department of History at Stony Brook University invites applications for a tenure-track assistant professor of late antique or medieval history. Our search encompasses all fields and areas of medieval European, Mediterranean, and/or Near Eastern history, ca. 200 – 1400 CE. Position starts August 2018.

Preferred qualifications : ability to teach a range of undergraduate lectures and seminars in late antique and/or medieval history, as well as contribute to one or more of our graduate program thematic clusters (Global connections, empire, capitalism ; Health, science, environment ; Race, citizenship, migration ; Religion, gender, cultural identity ; States, nations, political cultures). We also welcome interdisciplinary candidates whose historical work addresses social, cultural, economic, and/or political processes ; who engage with material and/or visual cultures ; and/or who can participate in Stony Brook’s Center for the Study of Jewish-Christian-Muslim Relations.

Required Qualifications : Ph.D. (in hand or expected by August 2018) in late antique or medieval history, medieval studies, or related field.

Application Procedure : Interested individuals should apply through Academic Jobs Online.

A complete application consists of the following :

cover letter,
curriculum vitae,
teaching statement,
research statement,
three letters of reference, and
a completed State employment application form.
Inquiries may be directed to Prof. Sara Lipton (sara.lipton stonybrook.edu). To receive consideration, applications must be received no later than December 1, 2017.

Poste à l’Institut Historique Allemand de Paris (Gallia Pontifica)

L’Institut historique allemand (IHA), centre de recherche de la fondation publique Max Weber – Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland, recrute pour le 1er janvier 2018 un-e chercheur/chercheuse en histoire médiévale (24 h/semaine).
L’Institut historique allemand s’est donné une triple mission »Recherche – Médiation – Qualification« . Il oeuvre dans le champ de l’histoire française, franco-allemande et ouest-européenne – de l’Antiquité tardive à nos jours – et joue un rôle de médiateur entre la France et l’Allemagne. Il s’est récemment enrichi de deux nouveaux axes de recherche : les humanités numériques et l’Afrique subsaharienne. Le poste à pourvoir est rattaché au département d’histoire médiévale. Ce poste permet de concevoir, de mener ou d’achever un projet de thèse en histoire sur un sujet laissé au choix du ou de la candidat-e. Outre ses propres activités de recherche, la chercheuse/le chercheur collaborera à l’édition de la Gallia Pontificia à hauteur de 12 heures par semaine. Le ou la candidat-e possédera de solides compétences rédactionnelles et stylistiques, une grande maîtrise de l’allemand et du français, et d’excellentes connaissances du latin.
Profil requis :

un master en histoire
une grande maîtrise du français, de l’allemand et d’excellentes connaissances du latin
des connaissances élémentaires de l’ecdotique
l’envie de travailler dans un environnement international
Plus d’informations ici.

Prix Marc de Montalembert 2018

Pour la neuvième année, la Fondation Marc de Montalembert et l’Institut national d’histoire de l’art se sont associés pour l’attribution du Prix Marc de Montalembert d’un montant de 9000 euros. Ce prix soutient l’achèvement d’un travail de recherche qui promet un apport original à la connaissance des arts et de la culture du monde méditerranéen. La Fondation Marc de Montalembert offre en outre au lauréat la possibilité de séjourner à son siège à Rhodes, en Grèce.
Le prix est ouvert à toute personne de nationalité d’un pays riverain de la Méditerranée, âgée de moins de 35 ans au 30 novembre 2017 et titulaire d’un doctorat.
Les candidats doivent déposer leur dossier complet – comprenant un curriculum vitae, une lettre de motivation manuscrite en français, le projet rédigé en français ou en anglais, l’identification du lien avec un domaine de recherche de l’INHA, le calendrier de travail et le budget prévisionnel, le résultat attendu, et au moins deux lettres de recommandation – entre le 2 octobre 2017 et le 30 novembre 2017.
En savoir plus sur le Prix Marc de Montalembert 2018 ici.
Télécharger l’appel à candidatures ici.

SOUTENANCES

- Franck Mauger a soutenu sa thèse de doctorat intitulée « Le dernier apanage. Gouvernement et administration des comtés d’Alençon et du Perche (1290-1525) » le 19 mai 2017 à l’Université de Caen devant un jury composé de M. François Neveux (professeur émérite de l’Université de Caen, directeur de thèse), Mme Véronique Gazeau (professeur émérite de l’Université de Caen, présidente), Mme Anne Curry (professeur à l’Université de Southampton (GB), rapporteur), M. Olivier Mattéoni (professeur à l’Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, rapporteur), M. Philippe Charon (conservateur en chef du patrimoine, directeur des Archives départementales de Loire-Atlantique (HDR).

- Anna Lisa Vitolo soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Le manuscrit illustré du Roman de Jaufre (Bnf, fr 2164) » le vendredi 29 septembre à 14 heures à l’Université de Salerne, devant un jury composé de Mme Giuseppa Zanichelli (professeur à l’Université de Salerne, co-directeur), M. Martin Aurell (professeur à l’Université de Poitiers, co-directeur), Mme Federica Toniolo (professeur à l’Université de Padoue), M. Laurent Hablot (directeur d’études à l’EPHE) et M. Manuel Castañeiras (professeur à l’Université autonome de Barcelone).

- Amélie Rigollet soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « La famille de Briouze (XIe-XIIIe s.) » le 6 décembre 2017 à 14 heures à l’Université de Poitiers (CESCM, 24 rue de la Chaîne) devant un jury composé de M. Martin Aurell (professeur à l’Université de Poitiers, co-directeur), M. Daniel Power (professeur à l’Université de Swansea, co-directeur), Mme Frédérique Lachaud (professeur à l’Université de Paris IV), Nicholas Vincent (professeur à l’Université de Norwich), M. Mathieu Arnoux (professeur à l’Université de Paris VII), Mme Maïté Billoré (maître de conférences à l’Université de Lyon III).

- Sébastien-Abel Laurent soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Troubadours et société en Aquitaine (1071-1199) » le samedi 9 décembre 2017 à 9h heures à l’Université de Poitiers (CESCM, 24 rue de la Chaîne) devant un jury composé de M. Martin Aurell (professeur à l’Université de Poitiers, co-directeur), Mme Catalina Girbea (professeur à l’Université de Bucarest-CESCM, co-directrice), M. Dominique Barthélemy (professeur à l’Université de Paris IV), Florian Mazel (professeur à l’Université de Rennes II), M. Fabio Zinelli (directeur d’études à l’EPHE).

PARUTIONS

Actes du Ier Colloque des étudiants de master en Sciences historiques et artistiques de Lille : publication en ligne ici.

Guy BARRUOL, Alexandrine GARNOTEL, Claude RAYNAUD, Maguelone de l’Antiquité à nos jours : histoire, archéologie et environnement, Les Compagnons de Magelone, 2017 (http://www.boutique-maguelone.com/fr/33-maguelone-de-l-antiquite-a-nos-jours.html)

Marie-Anna CHEVALIER et Isabelle ORTEGA (dir.), Élites chrétiennes et formes du pouvoir en Méditerranée centrale et orientale (XIIIe-XVe siècle), Paris, Classiques Garnier, 2017.

Martine CLOUZOT et Marie-José GASSE-GRANDJEAN, Le fou dansant et le mundus inversus, Berne, Infoclio, 2017 (« Living book about history »). (https://dx.doi.org/10.13098/infoclio.ch-lb-0007).

Gilbert DAHAN, Les juifs en France médiévale, Dix études, Préface de Danièle IANCU-AGOU, Paris, Cerf Patrimoines (Nouvelle Gallia Judaica 10), 2017.

Alain DIERKENS, Nicolas SCHROEDER et Alexis WILKIN (éd.), Penser la paysannerie médiévale, un défi impossible ?, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2017. (http://www.publications-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100811920)

Danièle IANCU-AGOU, Régine-Catherine et Bonet de Lattes. Biographie croisée (1460-1530), Draguignan/Aix-en-Provence/Rome, Les Editions du Cerf, 2017. (https://www.editionsducerf.fr/librairie/livre/17999/regine-catherine-et-bonet-de-lattes)

L’intégrité : vertu, pratique, atteintes, sous la direction de Michelle BUBENICEK, Dominique LE PAGE et Bruno LEMESLE, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2017. (http://pufc.univ-fcomte.fr/l-integrite-vertu-pratique-atteintes.html)

Élisabeth LUSSET, Crime, châtiment et grâce dans les monastères au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle), Turnhout, Brepols (Disciplina monastica 12), 2017. (http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503567655-1)

La ville et le plat pays (XIIIe-XVIIIe siècles), sous la direction de Marie-Claude MARANDET, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2016. (http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100368760)

Oleg VOSKOBOYNIKOV, Pour les siècles des siècles. La civilisation chrétienne de l’Occident médiéval, Paris, Vendémiaire, 2017 (collection "Retour au Moyen Âge").

Nicolas WEILL-PAROT et Véronique SALES (dir.), Le Vrai Visage du Moyen Âge : au-delà des idées reçues, Paris, Vendémiaire, 2017 (collection "Retour au Moyen Âge"). (http://www.editions-vendemiaire.com/catalogue/a-paraitre/le-vrai-visage-du-moyen-age-nicolas-weill-parot-dir-2/)

RENCONTRES SCIENTIFIQUES / SÉMINAIRES

Nous rappelons aux collègues qui souhaitent faire part de la tenue d’un colloque de nous en avertir au moins deux mois avant la rencontre. Nous vous demandons également de privilégier systématiquement l’envoi de document en format Word ou Open Office et non le format PDF.

- Le manuscrit franciscain retrouvé

Date : 20-22 septembre 2017
Lieu : Paris, École nationale des chartes / IRHT
Organisation : Jacques Dalarun (IRHT – Académie des inscriptions et belles-lettres)
Programme complet ici.

- Saint Walbert, le rayonnement du monachisme luxovien dans le royaume franc au VIIe siècle

Date : samedi 23 septembre 2017
Lieu : Abbaye Saint-Colomban, Luxeuil-les-bains
Organisation : Association des Amis de saint Colomban
Programme complet ici.

- Saint Winoc (717-2017), le saint, l’abbaye, la ville

Date : Vendredi 29 et samedi 30 septembre 2017
Lieu : Bergues
Organisation : Villes de Bergues, Wormhout et Comité Flamand de France, en partenariat avec les Universités du Nord
Programme complet ici.

- D’une cathédrale à l’autre : les cathédrales d’Arras du Moyen Âge à nos jours

Date : 4-6 octobre 2017
Lieu : Université d’Artois (Arras)
Organisation : Delphine Hanquiez et Laurence Baudoux
Programme ici.

- Le paysan et la mer : ruralités littorales et maritimes en Europe au Moyen Âge et à l’Époque moderne (39e journées internationales d’histoire de Flaran)

Date : 13 et 14 octobre 2017
Lieu : Abbaye d’Arthous, Landes – 40300 Hastingues
Direction scientifique : Thierry Sauzeau et Jean-Luc Sarrazin

Programme : http://www.arthous.landes.org/uploads/media/flaran_flyers_2017-1_02.pdf

Vendredi 13 octobre
9 h 30– 12 h 30
- Jean-Luc SARRAZIN (Université de Nantes) et Thierry SAUZEAU (Université de Poitiers), Rapport introductif
Pêches et pêcheries
- Yannis SUIRE (Centre Vendéen de Recherches Historiques), Pêcher dans les marais : écluses, bouchauds et écluseaux dans le Marais poitevin de la fin du Moyen Âge au XIXe siècle
- Riccardo RAO (Université de Bergame), L’exploitation des communaux marécageux et des lagunes dans les campagnes littorales de l’Italie du Centre-Nord au Moyen Âge
- Jacques BOUCARD (Cahiers de la Mémoire (île de Ré)), Les « paysans de la mer » sur l’île de Ré et l’exploitation des écluses à poissons à l’époque moderne
14 h 45- 18 h
- Daniel FAGET (Université d’Aix-Marseille), Une communauté rurale contre un privilège halieutique : le pillage des fontaines de Salses (Roussillon, 1758)
Quels modes d’agricultures littorales ?
- Tim SOENS (Université d’Anvers), Essor et déclin de l’économie paysanne maritime autour de la mer du Nord (XIe-XVIIe siècles)
- Jean-Claude HOCQUET (CNRS), Cultures du sel et société sur les littoraux européens au Moyen Âge et aux Temps modernes
- Inês AMORIM (Université de Porto), L’adaptation des marais salants portugais aux conditions environnementales et économiques à l’époque moderne

Samedi 14 octobre
9 h 00 – 12 h 30
- Gérard LE BOUEDEC (Université de Lorient), De l’estran au terroir des paroisses littorales ou l’agriculture littorale française du XVIIe au XIXe siècle
Des campagnes exposées aux risques
- Sébastien PÉRISSE (Université de La Rochelle), Les campagnes littorales saintongeaises à l’épreuve des vimers (de mer, de sable et de guerre) aux XIVe et XVe siècles
- Emmanuelle CHARPENTIER (Université de Toulouse Jean Jaurès), Les sociétés littorales face aux « sables volages » : le cas du Léon (Bretagne) du XVIIe au XIXe siècle
- Pierre CAILLOSSE (Université de La Rochelle), Entre lutte et résignation : la mise en valeur des marais de Soulac aux XVIIIe et XIXe siècles.
- Audrey BEAUDOUIN (Université de Rennes II), La « seconde maritimisation » des Shetland et ses conséquences sur les paysans pêcheurs (XVIIIe siècle).
13 h30 – 16 h 00
Campagnes littorales et activités de cabotage
- Gilbert BUTI (Université d’Aix-Marseille), La mer au service de la terre en Méditerranée occidentale (XVIIe-XVIIIe siècles)
- Werner SCHELTJENS (Université de Leipzig), La naissance d’un secteur du transport maritime sur les littoraux ruraux hollandais et allemand, ca 1300-1850
- Mathias TRANCHANT (Université de La Rochelle), Les ports ruraux de l’Aunis maritime à la fin du Moyen Âge
16 h 30 Conférence
Jean-Jacques Taillentou (Société de Borda), Les populations landaises face aux naufrages : de la légende à l’histoire (XVIIe s. - début XXe s.)

Les Intellectuels au Moyen Âge : 60 ans d’un anachronisme fondateur. Hommage à Jacques Le Goff

Date : 19-20 octobre 2017
Lieu : Université d’Artois (Arras)
Organisation : Antoine Destemberg (Université d’Artois / CREHS), avec le soutien du CRH (EHESS), du LaMOP (Université Paris 1) et de l’IUF.

Comité scientifique : Antoine Destemberg (Université d’Artois / CREHS), Cédric Giraud (Université de Lorraine / CRULH), Thierry Kouamé (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / LaMOP), Sylvain Piron (EHESS / CRH), Alain Provost (Université d’Artois / CREHS)

Présentation : L’année 2017 coïncide avec le 60e anniversaire de la publication des Intellectuels au Moyen Âge de Jacques Le Goff (Seuil, 1957). Lors de sa parution, l’ouvrage constituait – avec Marchands et banquiers au Moyen Âge (Puf, 1957) – l’un des volets du diptyque consacré au « travail au Moyen Âge », sujet d’une thèse esquissée et restée inachevée. Cette étude fondatrice, construite sur l’emploi d’un anachronisme assumé par son auteur – le substantif intellectuel n’apparaissant en français qu’avec l’affaire Dreyfus à la fin du XIXe siècle –, arracha l’histoire des élites intellectuelles médiévales du seul domaine de l’histoire des idées, où elle avait été longtemps cantonnée, pour la faire entrer dans le champ de l’histoire sociale et culturelle. Si le caractère heuristique de l’usage du terme d’« intellectuels » pour le Moyen Âge a généralement été salué par l’historiographie, son caractère anachronique a pourtant souvent détourné les historiens de son emploi au profit d’autres concepts qui ne recouvrent pas exactement le même sens. Surtout, l’intégration de la réflexion d’Antonio Gramsci sur la catégorie des « intellectuels organiques », dans la préface que livra Jacques Le Goff à la réédition de 1984, a souvent été ignorée, alors qu’elle constitue une inflexion essentielle de la réflexion du médiéviste. Soixante ans après cette publication, il convient donc de s’en saisir à nouveau, comme d’un hommage au grand médiéviste, mais aussi pour en souligner l’actualité renouvelée dans le champ historiographique.

Programme :
Jeudi 19 octobre
9h00 Accueil des participants
9h20 Antoine Destemberg (Université d’Artois / CREHS), Introduction
Relectures d’un livre
Présidence : Charles Giry-Deloison
10h00 Blaise Dufal (EHESS / CRH), Le Moyen Âge de l’intellectuel : politique des savants
10h30 Discussions et pause
Présidence : Cédric Giraud
11h10 Warren Pezé (Université Paris-Est-Créteil / CRHEC), Interroga sacerdotes legem meam. Peut-on parler d’« intellectuels » au haut Moyen Âge ?
11h40 Clémence Revest (CNRS / Centre Roland Mousnier), L’histoire des universitaires médiévaux doit-elle être une histoire des vaincus ? Dépasser la mise en scène agonique entre scolastique et humanisme
12h10 Discussions et repas
Relectures d’un concept
Présidence : Jacques Verger
14h00 Joël Chandelier (Université Paris 8 Saint-Denis / Centre de recherches historiques : Histoire des pouvoirs, savoirs et sociétés), Les médecins médiévaux furent-ils des intellectuels (Occident et Orient) ?
14h30 Aude Mairey (CNRS / LaMOP), Y a-t-il eu des intellectuels laïcs anglais à la fin du Moyen Âge ?
15h00 Discussions et pause
Présidence : Claude Gauvard
15h40 José Simões (Universidade de Évora), Les deux faces de Janus : la représentation des intellectuels dans la chronique de Pierre Ier de Portugal (1357-1367)
16h10 Chantal Dhennin-Lalart (Université du Littoral-Côté d’Opale / HLLI), Les intellectuelles du village : les fileuses des Évangiles des quenouilles de 1470
16h40 Discussions
18h30 Visite de l’exposition « Traces de copistes » et des fonds manuscrits de l’ancienne Abbaye Saint-Vaast à la Médiathèque d’Arras

Vendredi 20 octobre
9h00 Accueil
Figures d’intellectuels
Présidence : Jacques Berlioz
9h20 Sung-Wook Moon (Université Paris-Sorbonne), Rutebeuf, jongleur savant ou clerc raté ? Écriture littéraire au XIIIe siècle parisien
9h50 Jean-Philippe Genet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / LaMOP), Quel intellectuel est Gilles de Rome ?
10h20 Discussions et pause
Présidence : Élisabeth Mornet
11h00 Lucie Jollivet (Université Rennes 2 / Tempora), Un intellectuel à la croisée des chemins ? Nicolas de Clamanges, universitaire et humaniste, 1394-1430
11h30 David Salomoni (Università degli Studi Roma tre – Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse / CIHAM), Les maîtres pré-universitaires et la construction de l’État régional italien. Quel rôle politique pour des intellectuels « de province » dans l’Italie de la Renaissance ?
12h00 Discussions et repas
Conditions du travail intellectuel
Présidence : Jean-Philippe Genet
14h00 Donatella Nebbiai (CNRS / IRHT), Autobiographies des intellectuels en leur bibliothèque
14h30 Sophie Delmas (Université Lyon 2 / CIHAM), Le travail en équipe chez les intellectuels du Moyen Âge
15h00 Discussions et pause
15h40 Claire Angotti (Université de Reims-Champagne-Ardenne / CERHIC), Les bibliothèques universitaires comme lieu privilégié du travail des intellectuels, l’exemple d’Augustin dans les collections du collège de Sorbonne
16h20 Table ronde conclusive animée par Antoine Destemberg, avec la participation de Jacques Berlioz (CNRS / CRH), Claude Gauvard (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / LaMOP), Jean‑Philippe Genet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne / LaMOP) et Jacques Verger (Université Paris-Sorbonne / Académie des Inscriptions et Belles-Lettres).

Sur la route des foires de Champagne (XIIe-XVIIe siècles)

Date : vendredi 27 octobre 2017
Lieu : Archives départementales de l’Aube (131 rue Etienne Pédron, Troyes)
Organisation : Centre de recherches sur le commerce international médiéval
Programme complet : à télécharger ici.

Écrire le voyage au temps de ducs de Bourgogne

Date : Jeudi 19 et vendredi 20 octobre 2017
Lieu : Université du Littoral – Côte d’Opale (ULCO), Amphithéâtre de visioconférence, 220, avenue de l’Université, 59379 Dunkerque
Organisateurs : Jean Devaux (ULCO), Matthieu Marchal (Lille) et Alexandra Velissariou (ULCO) – Unité de recherche sur l’Histoire, les Langues, les Littératures et l’Interculturel (H.L.L.I.), EA 4030

Présentation : Situé dans la droite ligne des rencontres internationales organisées à Dunkerque depuis 2005 autour de la littérature française de Bourgogne, ce colloque vise à mieux appréhender le rôle prépondérant joué par les États bourguignons dans l’essor de l’écriture du voyage. L’on voudrait s’y attacher prioritairement au genre du récit de voyage qui, dans les villes des Pays-Bas comme à la cour des ducs, gagna bien vite la faveur des élites bourguignonnes : pèlerins, diplomates, soldats ou marchands, ces voyageurs écrivains apportent pour beaucoup une contribution originale à ce mode spécifique de narration où l’homo viator dévoile son identité à mesure qu’il dépeint le monde qu’il découvre. L’on s’appliquera en outre à mettre en lumière les liens subtils que ce genre littéraire entretient tout à la fois avec la littérature romanesque et la production historiographique qui s’épanouissent alors en terre bourguignonne et réservent une place non négligeable à l’écriture du voyage, imaginaire ou réel. Conçue dans une perspective interdisciplinaire, aux confins de l’histoire littéraire et de l’histoire culturelle, cette problématique, à laquelle aucune étude de synthèse n’a été consacrée jusqu’à ce jour, devrait ainsi permettre de porter un regard neuf sur cet aspect encore trop méconnu de la littérature du siècle de Bourgogne.

Programme :
Jeudi 19 octobre 2017
9h15 Accueil
9h45 Introduction par Jean Devaux (ULCO), Matthieu Marchal (Lille 3) et Alexandra Velissariou (ULCO)
10h15 – 11h15 Session 1
10h15 Marie-Christine Gomez-Géraud (Paris 10), Lire le voyage à la fin du XVe siècle
10h40 Anne-Sophie De Franceschi (Amiens), Y-a-t-il un récit de pèlerinage « bourguignon » ? L’appartenance à la nation bourguignonne comme marque d’une identité et jalon de l’expression de soi dans la littérature de voyage francophone
11h05 Discussion
11h15 Pause
11h45 – 12h45 Session 2
11h45 Béatrice Dansette (Paris 1), Jean de Tournai, voyageur-pèlerin en 1488 : marchand, humaniste, homme de Foi
12h10 Jacques Paviot (Paris-Est Créteil), Les voyageurs bourguignons Eustache de la Fosse et Jan Taccoen et l’expansion ibérique (fin XVe – début XVIe siècle)
12h35 Discussion
12h45 Déjeuner
14h15 – 15h45 Session 3
14h15 Zrinka Stahuljak (Los Angeles), Les langues du voyage : le roman bourguignon et ses passeurs méditerranéens
14h40 Catherine Gaullier-Bougassas (Lille 3 – IUF), Le voyage en Grèce de Louis de Gavre dans l’Histoire des seigneurs de Gavre
15h05 Matthieu Marchal (Lille 3), L’écriture du voyage dans Othovien, mise en prose bourguignonne de Florent et Octavien et de Florence de Rome
15h30 Discussion
15h45 Pause
16h15 – 17h15 Session 4
16h15 Jean Devaux (ULCO), La grande traversée et le genre viatique : l’exemple des voyages espagnols de Philippe le Beau (1505) et de Charles Quint (1517)
16h40 Jonathan Dumont (Liège), Les premiers voyages des souverains des Pays-Bas en Espagne : le témoignage du chroniqueur Rémy Dupuys
17h05 Discussion
17h15 – 18h15 Session 5
17h15 Mathilde Cornu (Neuchâtel), « Dieu faisoit les Chrestiens comme les Sarazins » : la vision de l’Autre musulman dans le Voyage d’Outremer de Bertrandon de la Broquière
17h40 Robert Desjardins (Alberta), Une croisade avortée : images de soi et images de l’autre dans le récit de l’expédition de Waleran de Wavrin (ca 1446)
18h05 Discussion
18h15 Clôture de la journée

Vendredi 20 octobre 2017
9h30 – 11h00 Session 6
9h30 Jaroslav Svatek (Prague), Le rôle du pèlerinage dans les Voyages et ambassades de Guillebert de Lannoy
9h55 Gilles Docquier (Mariemont), Homme de Loi, homme de Foi : le profil de Georges Lengherand à travers son récit de pèlerinage en Terre Sainte
10h20 Alexandra Velissariou (ULCO), Un pèlerin dans les îles grecques en 1519 : le Voyage de Jacques Le Saige, marchand de Douai
10h45 Discussion
11h00 Pause
11h30 – 13h00 Session 7
11h30 Alain Marchandisse (Liège) et Bertrand Schnerb (Lille 3), Et ainsi furent les colliers baillez : le voyage de Toison d’or en 1461
11h55 Henri Simonneau (Toulouse), L’apport des hérauts d’armes dans l’écriture du voyage (XIVe – XVIe siècles)
12h20 Alain Servantie (Chercheur indépendant), Les voyages des ambassadeurs de Charles Quint à Constantinople : rapports officiels et produits artistiques et littéraires
12h45 Discussion
13h00 Déjeuner
14h30 – 16h00 Session 8
14h30 Danielle Quéruel (Reims), Des rivages de Troie aux confins du désert : les merveilles d’outremer dans le roman de Paris et Vienne
14h55 Marie-Madeleine Castellani (Lille 3), La Méditerranée dans la mise en prose bourguignonne de Florimont
15h20 Stéphanie Bulthé (ULCO), D’exils en retours : l’écriture du voyage dans le Roman de Gillion de Trazegnies
15h45 Discussion
16h00 Pause
16h30 – 17h30 Session 9
16h30 Catherine Emerson (Galway), Le retour au foyer dans les Cent Nouvelles nouvelles bourguignonnes
16h55 Elena Koroleva (Lille 3), Le voyage du héros antique dans la Fleur des histoires de Jean Mansel : en quête des terres proches et lointaines
17h20 Discussion
17h30 Clôture du colloque

Ordres militaires et territorialité : entre Orient et Occident

Date : 20 octobre 2017
Lieu : Université Paul-Valéry Montpellier 3. Site Saint-Charles – salle des colloques 2
Organisation : Marie-Anna Chevalier
Programme complet ici.

SÉMINAIRES

- Usages contemporains du Moyen Âge : historiographie et ecclésiologie

Date : Un jeudi par mois du 28 septembre 2017 au 8 février 2018 de 15h à 19h
Lieu : Salle Alphonse Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince, 75006 Paris
Organisation : Dominique Iogna-Prat (CNRS / EHESS) et Bénédicte Sère (Université Paris Nanterre)
Présentation : Le séminaire propose de repenser l’écriture de l’histoire religieuse, dans une perspective historiographique critique et au regard des acquis les plus récents de la recherche scientifique. L’approche s’attachera à pointer les sensibilités des différentes traditions historiographiques nationales et confessionnelles. Le but est de repenser l’écriture historique de l’histoire de l’Eglise au regard des pratiques traditionnelles, quelles soient historiennes ou magistérielles. On proposera une relecture de cette histoire à partir de dossiers précis que l’on revisitera à la lumière des préoccupations ecclésiales du XXe siècle.
Programme ici.

- Constantinople, Rome et la défense de la Pars orientis

Date : Du jeudi 28 septembre 2017 au mardi 17 avril 2018, de 17h30 à 19h
Lieu : Salle de séminaire HALMA (bât. E, Université Lille 3)
Organisation : Javier Arce, professeur émérite, Archéologie romaine, Dominic Moreau, maître de conférences, Antiquité tardive
Programme ici.

- Figures et usages de l’apostolicité au Moyen Âge

Date : Un vendredi par mois du 13 octobre 2017 au 18 mai 2018 (10h30-12h30)
Lieu : ENS Ulm (salle IHMC, escalier D, 3e étage)
Organisation : Marielle Lamy (Paris Sorbonne) et Catherine Vincent (Paris Nanterre)
Présentation : La référence apostolique est centrale dans le christianisme. La foi s’est transmise grâce à la « tradition apostolique », illustrée par la Divisio apostolorum, selon laquelle les apôtres (en grec, les « envoyés ») se seraient répartis les différentes régions du monde à évangéliser. Les évêques sont « successeurs des apôtres » ; celui de Rome est nommé dans les textes français « l’apostoile ». La vie de la première communauté des fidèles du Christ, telle que la rapportent les Évangiles et le livre des « Actes des apôtres », a servi de fondement à l’élaboration de l’idéal de la vita apostolica. Celui-ci a nourri de nombreux mouvements religieux, notamment à partir de la période centrale du Moyen Âge en Occident, mouvements qui se répartissent sur un large spectre de la dissidence à l’orthodoxie. Les temps apostoliques sont dotés d’un tel prestige qu’il a paru opportun d’y rattacher, au nom de la « succession apostolique », les origines de nombreux diocèses, voire de sanctuaires.
Certes, de savants travaux se sont déjà penchés sur cet idéal, sur ces forgeries, notamment illustrées par la tradition hagiographique de saint Martial de Limoges (il y en eut bien ailleurs), sur les traditions apocryphes et les légendes attachées à l’un ou l’autre des apôtres. Mais il demeure encore de nombreuses questions en suspens quant à l’intérêt manifesté envers les apôtres par les pratiques et discours religieux au long du Moyen Âge.
Dans quel contexte et dans quelle mesure les premiers disciples du Christ furent-ils considérés dans la totalité de leur collège, comme certaines représentations du Credo des Apôtres le donnent à voir ? Quel fut le traitement réservé à l’un ou l’autre ? Se détache bien sûr la figure de Pierre : la place du « chef des apôtres » dans les textes et les images qui ont accompagné la construction du pouvoir pontifical est cependant loin d’être parfaitement connue. Quel rôle accordait-on à Paul, qui revendiqua le titre d’apôtre sans avoir fait partie du groupe des Douze et osa affronter Pierre à propos de la mission chrétienne ? Mis à part les cas particuliers de Pierre et Paul, quelles évolutions peut-on observer dans le culte et la représentation des divers apôtres ? Par quelles voies (récits légendaires, reliques, guides de pèlerinage, liturgie…) certains personnages furent-ils agrégés à leur groupe ? Comment l’Église s’est-elle efforcée de neutraliser les usages potentiellement subversifs de la référence apostolique lorsque celle-ci, d’instrument de légitimation, se muait en instance critique ? Quelles tensions peut-on observer entre l’évocation du Collège apostolique et la mise en avant de la primauté de Pierre, au fil des évolutions et crises ecclésiologiques de la fin du Moyen Âge ? Des sources abondantes méritent encore d’être sollicitées pour éclairer ces interrogations : exégèse ; hagiographie latine et vernaculaire ; écrits de controverse ; liturgie ; littérature de dévotion latine et vernaculaire ; images ; dédicaces…

Programme :
13 octobre 2017 / Actualité éditoriale
Nadia Togni (Université de Genève), Les Bibles atlantiques : le manuscrit biblique à l’époque de la réforme de l’Église du XIe siècle, Firenze, Edizione del Galluzzo, 2016 (direction de l’ouvrage).
17 novembre 2017 / Thème annuel : Figures et usage de l’apostolicité au Moyen Âge
Fernand Peloux (Université de Namur), « Formes et enjeux de l’hagiographie apostolique : l’exemple du Languedoc médiéval »
22 décembre 2017 / Actualité éditoriale – La séance aura lieu exceptionnellement Salle des Actes (Escalier A, 1er étage)
Michel Zink (Secrétaire perpétuel de l’AIBL Institut de France), L’humiliation, le Moyen Âge et nous, Paris, Albin Michel, 2017
19 janvier 2018 / Thème annuel : Figures et usage de l’apostolicité au Moyen Âge
Matthieu Rajohnson (Université Paris Nanterre), « La commémoration des disciples du Christ dans les guides et relations de pèlerinage à Jérusalem au Moyen Âge »
16 février 2018 / Thème annuel : Figures et usage de l’apostolicité au Moyen Âge
Nicole Beriou (Université Lyon 2 Lumière – correspondante de l’AIBL), « La référence apostolique dans les sermons de Jacques de Voragine »
16 mars 2018 / Thème annuel : Figures et usage de l’apostolicité au Moyen Âge
Amaury Levillayer (Université de Nantes), « Genèse discursive d’un paradigme : l’apôtre, une figure pour penser le temps et l’espace chrétiens (Ier – IXe siècle) »
13 avril 2018 / Thème annuel : Figures et usage de l’apostolicité au Moyen Âge
Anne-Catherine Baudoin (École normale supérieure Paris), « Joseph d’Arimathie, figure apostolique ? »
18 mai 2016 / Thème annuel : Figures et usage de l’apostolicité au Moyen Âge
Jean-Michel Rössli (Concordia University, Canada), « Aspects de l’apostolicité dans la littérature apocryphe chrétienne »

APPEL À COMMUNICATION/CONTRIBUTION

- Fusion des revues Rursus et Spicae et appel à contribution

Présentation : Rursus-Spicae est une revue consacrée à la transmission des textes et des savoirs de l’Antiquité à la fin du Moyen-Âge. Elle est la fusion des revues Rursus et Spicae dont les objectifs scientifiques étaient similaires. Cette transmission peut concerner non seulement les textes grecs et latins, mais également hébraïques, syriaques et arabes qui ont nourri la culture médiévale et moderne. La revue publie des articles portant sur le prolongement, le réemploi et la compilation des savoirs, des thèmes et des textes d’auctoritates, sur un éventail temporel largement ouvert de l’Antiquité à la fin de la période médiévale. La revue propose des numéros thématiques portant en particulier sur la transmission des connaissances naturalistes, et publie des monographies sous forme de numéros spéciaux.
La revue numérique Rursus est consacrée à des études portant sur la récriture. Elle a été conçue par les chercheurs de langues anciennes de l’Université de Nice, réunis de 2003 à 2007 dans la jeune équipe LA.LI.A, et est depuis publiée par le CEPAM (UMR 7264). La littérature dite ’au second degré’ n’est pas une zone érudite, marginale, voire décadente du champ littéraire, mais la clé même de ce champ, puisque le régime original et originel de l’écriture est le second degré. Cette conviction d’une nature foncièrement hypertextuelle de la création n’est pas un dogme mais une attention de fond aux facteurs de mutation, de détournement et de renouvellement de la tradition.
La revue Spicae. Cahiers de l’Atelier Vincent de Beauvais, a été créée en 1977 par Jean Schneider et Monique Paulmier-Foucart pour publier les résultats des travaux de l’Atelier Vincent de Beauvais sur l’encyclopédisme médiéval. De 1978 à 1986 la revue a été publiée, à l’Université de Nancy avec la collaboration de l’Institut de recherche et d’histoire des textes, sous forme papier. A partir de décembre 2011, la revue, accueillant aussi les travaux issus du programme SourcEncyMe (Sources des encyclopédies médiévales) de corpus annoté des encyclopédies médiévales latines et d’autres contributions dans ce domaine, a repris sous forme de publication en ligne (sous l’ISSN 2257-6819 sur le site de l’Atelier Vincent de Beauvais [en cours de remplacement par un Carnet en ligne])pour trois numéros avant de fusionner avec Rursus.
Appel à contribution
RursuSpicae publiera un numéro spécial (n°12) consacré au Physiologus : Physiologus antique et sa transmission médiévale. Toute proposition portant sur l’une des recensions du Physiologus (en grec aussi bien que dans les autres langues de diffusion antiques ou médiévales —latin, arménien, géorgien, arabe, slavon, roumain...) sont les bienvenues. Les communications peuvent porter sur la tradition médiévale et les avatars de ce texte/genre, et concerner des aspects philologiques, littéraires, culturels, naturalistes, ou iconographiques. Les textes sont attendus pour le 31 mai 2018, pour une publication durant l’hiver 2018-2019, après acceptation par le comité éditorial et la recension par des évaluateurs.
Pour les consignes aux auteurs voir l’onglet sur la page d’accueil de RursuSpicae.

Dernières parutions :
- Le numéro 10 de Rursus, sur les "Traductions latines de textes grecs", vient de sortir. http://rursus.revues.org/1269 (articles de Guillaume Bady, Caroline Philippart, Leone Gazziero, Elena Cazzuffi)
- Le numéro 11 de RursuSpicae, sur "Nature et morale : sources, et postérité homilétique, des encyclopédies du XIIIe siècle", est en cours de publication (6 articles de M.-A. Avenel, S. Delmas, I. Draelants et E. Frunzeanu, A. Hamy, I. Villarroel).
Numéros à venir :
- 13 (2018) : "Réécritures bibliques"
- 14 (2019) : "Autour du Physiologus"

- Enregistrer les conflits. Pratiques délibératives et scripturales des conseils urbains en temps de crise (XIIIe-XVe siècles, Europe méridionale)

Date : 24 novembre 2017
Lieu : Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme
Organisation : UMR 7303 Telemme (AMU-CNRS), François Otchakovsky-Laurens, Laure Verdon

Argumentaire :
Les assemblées délibératives et conseils urbains médiévaux participent, à partir du XIIIe siècle, à la formidable expansion de la scripturalité de gouvernement. À partir de l’émergence des gouvernements populaires italiens, se systématise l’enregistrement des réunions. Que ce soit sous la forme d’instruments publics ou de registres tenus de façon continue, la mise par écrit de procédures essentiellement orales les formalise et leur donne une validité juridique.
Une première journée d’études tenue l’an passé Aix-en-Provence a permis d’identifier les spécificités des registres de délibérations urbains méridionaux. La réflexion portera cette fois-ci sur les tensions et conflits traversant les assemblées délibératives. Pour cela, seront examinées des périodes-clés dans la gestation, l’évolution et la diversification des écritures urbaines.
Les villes de la fin du Moyen Âge connaissent des tensions internes multiformes : rivalités et conflits entre grandes familles aristocratiques ou marchandes, pouvant aller jusqu’à des processus de faide et vendetta ; rapports de force entre groupes sociaux aux intérêts concurrents ou contradictoires ; jeux de pouvoir entre les institutions urbaines et les représentants d’une tutelle extérieure (seigneuriale, souveraine, papale) ; montée des seigneuries urbaines s’associant de larges parts du corps civique. Pourtant, l’institutionnalisation du gouvernement urbain sous sa forme communale offre aux regards l’image d’une construction politique spécifique, cultivant le consensus vis-à-vis de l’extérieur. Les registres de délibérations parlent volontiers d’une seule voix, en particulier dans l’énoncé des ordonnances adoptées après discussion – les reformationes.
Davantage que comme une façon de tronquer les dissensions, la construction de cette unanimité mérite d’être examinée comme un objet historique : comment percer le secret des assemblées délibératives, connaître le déroulement des débats et des affrontements, comment mettre au jour les rapports de forces qui les traversent ?
Dans la continuité documentaire des enregistrements de séances, certains moments de crises majeures cristallisent et mettent en évidence ces jeux de pouvoirs, en participant à la structuration des assemblées et du matériau documentaire produits par celles-ci.
Le terme de crise est ici principalement entendu comme définissant des conflits politiques, diplomatiques et militaires affectant la ville. Vécues comme paroxystiques par les acteurs, les crises durent le plus souvent de quelques semaines à quelques mois, quelques années tout au plus. Ces crises, souvent multiformes et touchant progressivement plusieurs domaines de la vie publique, créent une situation nouvelle et incertaine, parfois incontrôlable, poussant les acteurs à se déterminer et à se manifester. Il s’agira d’observer les effets de ces crises dans les assemblées urbaines au travers des délibérations enregistrées. Comment évoluent leur forme et leurs usages, en tant qu’outils quotidiens du gouvernement ?
Ainsi, l’apparition des enregistrements systématiques constitue un temps fort de l’institutionnalisation des assemblées délibératives et correspond souvent aux nécessités d’une période de troubles : émergence d’un gouvernement populaire (Italie du Trecento), prérogatives nouvelles obtenues d’un pouvoir princier mis en difficulté par les communautés citadines (ainsi en Provence lors de l’avènement disputé de la seconde maison angevine en 1385-1387). De quelle manière les grands conflits internes aux villes, puis les étapes décisives de la progression des pouvoirs seigneuriaux ou souverains sur les institutions urbaines sont ils retranscrits, enregistrés. Quels effets ces contextes troublés ont-ils sur la production documentaire urbaine ?
Bornes chronologiques et géographiques :
L’amplitude géographique et chronologique assez large (l’Europe méridionale, du XIIIe au XVe siècle) permet d’envisager des périodes précises au sein de la documentation délibérative produite depuis l’émergence des gouvernements populaires italiens jusqu’aux crises politiques des derniers siècles du Moyen Âge. L’ensemble méditerranéen de l’occident chrétien sera pris en compte, au sens d’une aire culturelle, politique et juridique dans laquelle les conseils urbains développent une administration par l’écrit appuyée sur le notariat et l’expertise en droit. La circulation, l’adaptation et l’hybridation des modèles documentaires, en particulier pour l’enregistrement des délibérations, est un marqueur de cet ensemble géographique dans lequel les villes entretiennent des relations permanentes.
Le choix de l’échelle urbaine correspond à l’hypothèse que la ville constitue un cadre pertinent pour l’étude des conflits politiques. Il s’agit aussi de prolonger la perspective comparatiste dans laquelle s’inscrivait la rencontre précédente. Confronter la documentation de plusieurs gouvernements urbains doit permettre de dégager des logiques institutionnelles et scripturales communes.

Les propositions de communication devront s’insérer dans les axes de réflexion suivants :
Axe 1 : Crises, institutions et documentation délibérative
Ici seront examinés les effets des crises sur les institutions et sur la documentation communale. Quel rôle les crises jouent-elles dans la structuration et l’institutionnalisation des assemblées délibératives et, conjointement, dans la structuration des productions écrites du gouvernement urbain ? Quelle présence (ou dissimulation) des crises et conflits peut-on observer dans les enregistrements de délibérations ? Quelle en est la tonalité (explicite, évasive, unanimiste) ? Des modifications ou transformations apparaissent-elles alors dans les séries et dans la tenue des délibérations ?
Axe 2 : L’assemblée urbaine, lieu d’expression et/ou de règlement des conflits politique ?
Les assemblées délibératives sont-elles le lieu d’expression et/ou de règlement des conflits, s’affirment-elles comme centre de la vie politique à l’occasion des crises ? Ou bien d’autres institutions parallèles ou ajoutées (conseils restreints, commissions spéciales devenant pérennes) concentrent-elles la prise de décision, vidant peu à peu de leur substance les assemblées et conseils à participation civique plus large ? Peut-on observer une corrélation entre la vitalité de la participation politique dans les assemblées urbaines et la forme des enregistrements ?
Ici aussi seront interrogées les relations entre les crises politiques et les mutations documentaires constatables sur les registres de délibérations. Ces questions seront examinées au regard de l’état et du contenu de la documentation, du point de vue du paysage documentaire communal dans son ensemble : assouplissement ou rigidification des formes d’enregistrement, insertion de pièces justificatives, hybridation avec d’autres types de documents (correspondance, comptabilité, registres de défense) ou apparition de séries nouvelles.

Procédure de participation :
Les propositions de communication devront parvenir sous format électronique à François Otchakovsky-Laurens et Laure Verdon (f.otchakovsky.laurens gmail.com + laure.verdon univ-amu.fr) avant le 25 septembre 2017. Elles se présenteront sous la forme d’un résumé de 1000 caractères espaces compris maximum et mentionneront le lieu de rattachement institutionnel de leur auteur.
Les propositions émanant de jeunes chercheurs doctorants et post-doctorants sont bienvenues. Après examen des propositions, le comité scientifique retiendra 6 communications ; une réponse personnalisée sera apportée pour chaque proposition avant le 2 octobre 2017.
Coordination : François Otchakovsky-Laurens, Laure Verdon.
Comité scientifique : Jean-Paul Boyer (AMU), Pierre Chastang (U. Versailles Saint-Quentin), Noël Coulet (AMU), Michel Hébert (UQAM, Canada), François Otchakovsky-Laurens (AMU), Thierry Pécout (U. Saint-Etienne), Lorenzo Tanzini (U. Cagliari, Italie), Laure Verdon (AMU).

- Religious pluralism and social diversity : religions in the European public space (3–5 October : Nantes)

"Identity”, wrote historian Tony Judt, “is a dangerous word”. Indeed identity politics today, often based on essentialized, ahistorical notions of religion and nation, call into question the bases of pluralistic, multi-ethnic and multireligious societies in Europe and beyond. This conference will explore some of the ways in which cultural and religious pluralism has always been a central element of European society and how it continues to be so today. We will look at how various European states have accommodated religion in general and diverse religious organizations, paying particular attention to questions of group identity and individual freedoms and of the distinctions between public and private space. We will remain attentive to the networks of exchange and the relations between societies and states in constant flux. We will bear in mind the constant question of the difficult definition of “Europe”, of which European states and societies we are discussing. Today’s Europe, often simplistically identified with a specific political project, the European Union, and with its relations with its Mediterranean and eastern neighbors, is not the same Europe as that of 1914, much less that of the Middle Ages or the 16th century.
The European confessional landscape has been both consistently diverse and constantly in flux. Religions constantly change, or perhaps better said, believers and practitioners constantly adapt their religion to changing social and political realities. Many faithful of, for example, Christianity or Islam, tend to think of their religions as eternal or immutable : calls to change or “reform” doctrine or practice are often pitched as efforts to “return” to a lost original purity of the religion’s putative apogee : the age of the Apostles, of the Prophet and his Companions, a thirteenth-century “Golden Age” of the Church, etc. This tends to essentialize religion and can lead to fundamentalism, and to doctrinaire rejection of rival versions of one’s own religion (Rabbinic Judaism/Karaism, Catholicism/Protestantism/Eastern Christianity or Sunnism/Shiism) and of elements of secular modernity. Such essentialization by those outside of a religious tradition can lead them to reject it as “backward” or incompatible with contemporary values of secularism.
Yet religions are constantly in flux : the diverse forms of Judaism or Buddhism practiced in Europe today are different from those found centuries ago, or those practiced in other parts of the world today.
This conference will explore Europe’s religious heritage through a series of five academic sessions on key themes (papers may be given in French or in English). It also proposes a series of workshops (in French) aimed at a larger audience, of professionals and policy makers, interested in the challenges and possibilities that diversity in religious practice and belief pose to 21st century societies.

Academic workshops :

Workshop 1 : Defining religion
What is religion ? How have philosophers, theologians, anthropologists, jurists and others delimited the boundaries between sacred and profane ? Religious and secular ? To what extent are such definitions culturally specific ? How and when do we move between a polemical opposition between “religion” and “superstition” to an apparently more objective category of “religions” in the plural ? Can non-theocentric belief systems (communism, fascism, etc.) be considered “religions”, to the extent that they contain many aspects of religious systems ?

Workshop 2 : Secularization and pluralism in European society.
Secularization has often been studied in terms of a binary struggle between Church and State. The attention in this workshop will be on the role of a plurality of religions in determining state attitudes towards religion and definition of religious rights, whether the role of Jews and Protestants in the first French Republic, the place of dissident Protestants in seventeenth-century England, or the role of Islam in twentieth-century Europe. Will twenty-first century Europe see a reaffirmation or redefinition of secularity ? Or an accommodation with religious specificities in a “post-secular” world ?

Workshop 3 : Religious politics in Europe’s colonial empires
From the sixteenth to the twentieth centuries, European nations ruled large colonial empires with tremendous religious diversity. This workshop will study the reactions of colonial powers to that religious diversity and the policies put into place, ranging from encouragement of Christian or Muslim missionaries, to policing and enforcing religious boundaries, to the manipulation of local religious elites and their recruitment into colonial hierarchies. Colonized populations used religious arguments and religious organizations in different ways, to navigate colonial structures, to argue for greater rights, or to oppose European colonial power.

Workshop 4 : Religious pluralism in the Muslim world
The attention in this workshop will be on how Muslim societies have responded, on the levels of theology, law, and practice, to religious pluralism. The legal category of dhimmi emerged in the first centuries of Islam, though in practice the status of dhimmi varied greatly between different Muslim societies. Since the nineteenth century, Muslim theologians and jurists confronted with the categories of secular law have had diverse strategies for defining the place of non-Muslims in Muslim societies and of Muslims in non-Muslim societies (principally Europe and the Americas).

Workshop 5 : Religion in a globalized world : secularization, commercialization, re-enchantment.
Increased personal mobility and revolutionary changes in communication technology have created a globalized market for religion. This workshop will examine the effects of these changes on religious practice and on the place of religion in European public space, on the organization and roles of traditional religious institutions and on the emergence of new institutions, but also on interreligious dialogue in European societies.

Submission guidelines
Submissions are invited from scholars in all academic fields. We in particular invite submissions from PhD students.
Proposals for a 30-minute paper may be submitted, by 1 September 2017, to ipra univ-nantes.fr. Proposals may be in English or in French and should consist of :

1. A .doc file containing :
a. full name and affiliation of scholar
b. title for the proposed communication, with an indication of in which workshop participation is proposed.
c. an abstract (200-500 words) of the communication
d. a list of 5-10 keywords

2. A CV

Approval and confirmation
The organizational committee will confirm receipt of each proposition and will respond by 31 October 2017, at which time contributors will be asked to confirm their participation.
Local expenses (hotel, meals) will be paid by the organizers for those who are presenting papers. Travel expenses may be paid in part or totally for those whose universities are unable to pay for travel.
Organizational committee :
• Céline Borello, Université du Maine
• Arnauld Leclerc, Université de Nantes
• John Tolan, Université de Nantes
• Nicolas Stefanni, IPRA, Université de Nantes
• Amanda Rio de Pedro, Alliance Europa, Université de Nantes
• Michel Catala, Université de Nantes
Programme committee :
• Dominique Avon, Université du Maine
• Arnauld Leclerc, Université de Nantes
• John Tolan, Université de Nantes
• Jean-Marc Ferry, Université de Nantes
• Christiane Gruber, University of Michigan
• Tomoko Masuzawa, University of Michigan
• Annick Peters Custot, Université de Nantes
• Karine Durin, Université de Nantes
• Céline Borello, Université du Maine
• Vincent Vilmain, Université du Maine
• Jean-Philippe Schreiber, Université Libre de Bruxelles
• Lionel Obadia, Université de Lyon II
• Caroline Julliot, Université du Maine

- Administrer la ville dans et hors les murs (Occident, XIVe-XVIe siècles) : continuité(s) ou rupture(s) ?

Date : 22 juin 2018
Lieu : Amiens
Organisation : Université de Picardie Jules Verne et le laboratoire TrAme (EA 4284)

Argumentaire :
Depuis le début des années 2010, les rencontres scientifiques traitant la question des abords des villes médiévales en Occident, leur extra muros, à savoir les faubourgs, la banlieue et le plat-pays, se multiplient. Leur dynamisme a remis en cause la vision traditionnelle d’une société urbaine opposée au monde rural. La notion de dualité ou de dichotomie laisse progressivement place à celle d’une complémentarité forte entre les deux entités dont les interactions demeurent toutefois souvent encore floues.
Cette historiographie récente, aux acquis indéniables, demande cependant à être encore approfondie. Par exemple, la comparaison des modes de fonctionnement intra et extra muros permettrait de mieux les définir. On pourrait ainsi comprendre plus précisément les espaces périphériques et mieux appréhender la ville médiévale dans son ensemble.
La recherche récente a montré que les espaces situés au dedans et au dehors de l’enceinte urbaine sont des zones policées sous le pouvoir d’une autorité politique commune, laïque ou religieuse. S’appuyant sur cet acquis, la journée d’études aura pour objectif d’approfondir la connaissance de l’administration de toute la société urbaine. En cela, les enclaves juridictionnelles ne pourront pas être au cœur de la communication mais pourront être prises en compte en tant qu’élément de comparaison. Il s’agira donc non pas d’analyser le fonctionnement de la ville par rapport à celui de son plat-pays dans son intégralité, mais d’articuler l’intra muros aux faubourgs et à la banlieue.
Les contributions porteront sur l’Occident, principalement aux XIVe-XVIe siècles durant lesquels la ville redéfinit les relations qu’elle entretient avec ses abords face aux troubles géopolitiques, sanitaires et économiques.
Quatre thèmes majeurs sont à envisager ici :
Le commerce et l’économie : le citadin et le faubourien sont-ils soumis aux mêmes obligations règlementaires et bénéficient-ils des mêmes prérogatives dans leurs activités ? Existe-t-il un modèle de répartition des infrastructures artisanales et commerciales spécifique au dedans et au dehors ?
La défense et la justice : quel est le rôle des habitants des faubourgs dans les services de guet, de corvée ou de lutte contre le feu ? Les auxiliaires de police, relevant d’une même autorité, sont-ils les mêmes de part et d’autre des murailles ?
Prévention situationnelle : les mesures et les aménagements liés à l’hygiène publique et à la prévention contre les incendies sont-ils uniformes dans l’ensemble de la ville ? Les faubourgs concentrent-ils vraiment davantage d’activités et de pratiques polluantes que la ville intra muros ?
Les jeux et les festivités : la réglementation des divertissements privés (prostitution, danses, jeux de hasard, rencontres sportives, etc.) est-elle la même de chaque côté de l’enceinte ? Où se situent les jardins d’entraînement des compagnies bourgeoises et les espaces dédiés aux grandes festivités publiques ? Dans quelle mesure les trajets des processions et des joyeuses entrées mettent-ils en relation les espaces intra et extra muros ?
Les propositions de communication (résumé de 300 à 500 mots et un titre) sont à envoyer pour le 15 novembre 2017 au plus tard à : catherine.xandry u-picardie.fr

- 143e Congrès du CTHS : "La transmission des savoirs" (Paris, 2018)

Les inscriptions au 143e congrès qui se tiendra du 23 au 27 avril 2018 à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO-Paris 13e) sur le thème de la transmission des savoirs sont ouvertes. Vous trouverez ci-joint, pour information et diffusion, le texte intégral de l’appel à communication, son résumé et une fiche d’inscription.
Le congrès est ouvert à tout public. Pour proposer une communication, la date limite est le 1er novembre 2017. Inscrivez-vous directement en ligne sur le site du CTHS (paiement par carte bancaire sécurisé : 50€, gratuité pour les étudiants, les chômeurs et les membres du CTHS, 25 € pour les membres de sociétés savantes de Paris) ou envoyez par courrier électronique à congres cths.fr le bulletin à télécharger.
Il est nécessaire de joindre :
le titre et le résumé de la proposition de communication (1000 caractères espaces comprises, soit une demi-page) en fichier .doc ou .rtf,
la fiche d’inscription complétée en précisant bien dans quel thème et sous-thème ou colloque vous souhaitez placer votre communication, et, par courrier postal postal à CTHS (143e congrès - 110 rue de Grenelle 75357 PARIS cedex 07), le règlement des droits d’inscription, par chèque bancaire à l’ordre de l’ASCSHS (Association de soutien aux congrès des sociétés historiques et scientifiques) : les 50 € vous seront remboursés si votre proposition n’est pas acceptée.
Le résumé doit faire ressortir les points essentiels de la communication ; il en souligne les éléments nouveaux et les conclusions. Il doit faire clairement état des sources exploitées. Il ne doit prendre la forme ni d’une introduction générale, ni d’un plan.
Le Comité étudiera en novembre 2017 toutes les propositions de communication. Il peut écarter celles ne lui paraissant pas convenir, sans avoir à motiver sa décision. Les droits d’inscription sont alors remboursés, sur demande, avant le 1er mars 2018 (de même si un congressiste annule sa participation).
Les communications acceptées seront affichées sur le site cths.fr, à partir de février 2018, par thème, par jour, par auteur. Les intervenants seront informés personnellement par messagerie électronique.

Pour assister au congrès en tant qu’auditeur, les inscriptions sont possibles jusqu’au dernier jour du congrès. Inscrivez-vous directement en ligne sur le site du CTHS (paiement par carte bancaire sécurisé) ou envoyez par courrier électronique à congres cths.fr- la fiche d’inscription complétée,et, par courrier postal (CTHS - 143e congrès - 110 rue de Grenelle 75357 PARIS cedex 07) le règlement des droits d’inscription, soit 50€ (ou 25€ pour les membres de sociétés savantes de Paris ; gratuité pour les chômeurs et les étudiants) par chèque bancaire à l’ordre de l’ASCSHS (Association de soutien aux congrès des sociétés historiques et scientifiques).

Les frais de déplacement et d’hébergement sont à la charge du congressiste.Le temps de parole est fixé à 20 minutes par communication, de manière à laisser place ensuite aux débats (10 minutes). Nous vous rappelons que des bourses d’aide au déplacement sont proposées aux doctorants sous conditions de ressources.

INFORMATIONS CNRS

Motion de la section 32 - Mondes anciens et médievaux

Concours sans lauréat
Suite à la décision du jury d’admission de déclarer le concours DR 32/02 sans lauréat alors que ce poste fléché avait été proactivement proposé par l’InSHS, que la commission d’admissibilité avait classé un excellent candidat, archéologue et historien confirmé, qu’il demeure extrêmement rare qu’un concours ne soit pas pourvu, la section 32 fait l’amer constat d’un processus qui a abouti à un échec, lourd de conséquences et démobilisateur pour les communautés scientifiques qu’elle représente. Ce constat est d’autant plus amer que la section n’a obtenu par ailleurs que 5 postes de CR pour les concours 2017, contre 8 en 2016, 2015, 2014 et 2013 tandis que la prévision des départs à la retraite (d’après les données labintel 2015) était de dix chercheurs pour la classe 1952 et sera de quinze chercheurs pour la classe 1953. De fait, la perte pour la section en supports de poste est considérable alors que les communautés scientifiques représentées dans son périmètre et les aires culturelles couvertes sont particulièrement vastes et diverses.
Laurent SCHNEIDER
Président de la section 32

Motion adoptée le 22 juin 2017 « après un vote à bulletin secret » / 18 votants : 18 oui, 0 abstention, 0 non
Destinataires :
M. Alain FUCHS, Président du CNRS.
Mme. Anne PEYROCHE, Directrice Générale Déléguée à la Science
M. Patrice BOURDELAIS, Directeur de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales
Mme Cécile MICHEL, Présidente du CSI InSHS
M. Olivier COUTARD, Président de la Conférence des Présidents du Comité National.

VARIA

AG de l’Association des Jeunes Chercheurs en Histoire (AJCH)

L’assemblée générale 2017 de l’AJCH aura lieu le 30 septembre à Paris, à partir de 14h à l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art : 6, rue des Petits Champs, 75002 Paris), en salle Walter Benjamin.
L’assemblée sera suivie d’une séance thématique, cette année sur « la thèse à l’étranger », pour aborder avec différents intervenants les aspects liés à la dimension internationale dans le parcours de doctorat : la recherche de financement pour une mobilité, les différentes façons de concevoir son séjour à l’étranger (consultation d’archives, participation à un projet de recherche, entre autres), les apports d’un séjour à l’étranger, les éventuels pièges à éviter… Sera communiqué sous peu le programme détaillé.
Deux aspects principaux seront à l’ordre du jour :

l’appel à toutes les bonnes volontés pour la gestion de l’association et pour les éventuels projets que vous aimeriez voir aboutir ;
le vote du thème de la prochaine journée d’études de l’AJCH, au printemps, à partir de vos propositions.
Plus d’informations ici.

Prix Provins Moyen Âge

Le Prix Provins Moyen Age 2017 (anciennement prix national du livre médiéval) a été décerné à Patrick DEMOUY pour Le sacre du roi (Strasbourg, éditions La Nuée Bleue / Place des victoirse, 2016).

Mélanges en l’honneur de Jean-Claude Cheynet

Jean-Claude Cheynet, professeur d’histoire byzantine à l’université Paris-Sorbonne a pris sa retraite en 2015 et fêté ses 70 ans en 2017. Ses anciens étudiants, ses collègues et ses amis ont souhaité lui offrir un volume de Mélanges autour du thème de l’exercice du pouvoir à Byzance et dans les Etats voisins. Ce volume de Mélanges, publié dans les Travaux et Mémoires (vol. 21/1), regroupe quarante-quatre articles. Jean-Claude Cheynet a commencé sa carrière de byzantiniste au CNRS et l’a poursuivie à l’université, où il a pu former une nouvelle génération d’historiens et de sigillographes. Spécialiste d’histoire sociale et politique de l’Empire byzantin, il a écrit sur l’aristocratie byzantine, l’armée, les fonctions et dignités de l’Etat byzantin, avec une spécialisation sur une source connue mais peu utilisée pour l’histoire sociale : la sigillographie byzantine.
Les contributions écrites en français ou en anglais s’attachent à présenter des interprétations nouvelles et du matériel inédit. Une Tabula gratulatoria sera publiée dans ce volume de Mélanges ce qui permet à ceux qui le souhaitent de se joindre aussi à cet hommage par une souscription au livre.
Pour les modalités de souscription, veuillez-vous reporter au bon de commande associé ou téléchargez-le en cliquant sur ce lien.
Ce formulaire donne également également accès aux soldes proposées sur l’ensemble des publications de l’ACHCByz.

Pour s’assurer que votre nom apparaisse dans la Tabula gratulatoria, veuillez nous avertir de votre souscription par un message envoyé à souscriptionmelangescheynet gmail.com avant le 15 octobre 2017.

Livre d’or de l’IRHT

En cette année 2017 l’Institut de recherche et d’histoire des textes fête ses quatre-vingts ans. À cette occasion, le Bureau de l’Association des Amis de l’irht, dont je suis présidente, prépare un livre d’or, qui sera achevé en SEPTEMBRE 2017, et pour cela il sollicite votre aide.

Vous connaissez personnellement l’irht,
Vous appréciez les ressources que l’irht offre à la recherche internationale,
Vous avez fait l’expérience des services qu’assure ce grand laboratoire, consacré à l’histoire des manuscrits et des textes.
Dites-nous, en quelques phrases ou plus longuement, ce qui fait à vos yeux l’apport irremplaçable de l’irht en nous racontant ce que vous lui devez dans le quotidien des recherches que vous avez menées ou que vous menez encore, individuellement ou en équipe. Et puisqu’il faut toujours se projeter dans l’avenir, qui se dessine pour l’irht sous la forme de l’intégration au grand projet du Campus Condorcet, dites-nous aussi, s’il vous plait, comment vous imaginez l’irht de demain, et ce que vous en attendez.
Vous pouvez, soit adresser votre texte (avec votre signature précisant votre nom et votre qualité) en PJ d’un message à nicole.beriou irht.cnrs.fr , soit remplir le formulaire accessible ici.

Journée de l’Étudiant des Archives nationales

Le journée de l’Étudiant des Archives nationales se déroulera à Pierrefitte-sur-Seine le 17 octobre. Elle permet de découvrir les ressources et de préciser les sujets de recherche disponibles pour les étudiants.
Cette année nous accueillons à l’auditorium des tables-rondes et échanges dont la thématique est "Regards croisés sur les sources relatives à l’histoire des musées". Un partenariat avec le Musée du Louvre, le Comité d’Histoire du Ministère de la Culture. Nous recevons des prestigieux invités comme Laurence Bertrand-Dorléac historienne de l’art à Sciences Po, et Marianne Amar du Musée de l’Histoire de l’immigration.
Comme chaque année des ateliers, visites découvertes, braderie de livres sont organisés tout au long de la journée.
Un accueil privilégié pour les groupes d’étudiants est possible en prenant rendez-vous par téléphone (01 75 47 21 89) ou par mail (valerie.barbat culture.gouv.fr)