Extrait d'enluminure

Les vivants et les morts dans les sociétés médiévales n° 48, Jérusalem 2017

Le souci des morts est le propre de notre commune humanité, par-delà l’infini répertoire des pratiques funéraires qui l’expriment et le traduisent. Mais les relations entre les vivants et les morts, le commerce qui s’établit de part et d’autre de la tombe, les échanges matériels et immatériels dont elle est le pivot, sont pour les historiens et les archéologues de formidables révélateurs des structures (sociales, économiques, symboliques) de la société qu’ils étudient. En tenant son LXVIIIe congrès à Jérusalem, ville-sanctuaire et ville-cimetière où tant d’hommes et de femmes sont venus ou ont espéré mourir au Moyen Âge, la Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur public a souhaité interroger les relations entre les vivants et les morts en un lieu placé au cœur des croyances et des attentes eschatologiques des trois grandes traditions monothéistes.
Attentifs à la diversité des mondes chrétiens, juifs et musulmans qui se croisent dans l’histoire de Jérusalem, les auteurs ont mobilisé l’ensemble des traces laissées par les gestes, les pratiques et les croyances des hommes et des femmes du Moyen Âge à l’égard de leurs morts : de l’étude archéologique des sépultures à leurs représentations, de l’épigraphie funéraire à la mémoire archivistique des défunts, du commentaire des écritures saintes au récit des morts illustres ou anonymes. Ainsi sont mis en lumière la prise en charge des défunts, l’espace qui leur est assigné en propre ou en partage dans la société de leur temps, l’économie des échanges matériels et mémoriels entre morts et vivants, les croyances enfin qui investissent les multiples temporalités de leurs relations de part et d’autre de la tombe. Le Moyen Âge n’a cessé de bruisser du commerce des vivants et des morts : ce volume entend donner à entendre cette conversation ininterrompue.

Table des matières

Avant-propos
Dominique Valérian

Rapport introductif : l’historien (médiéviste) et les morts, Occident chrétien et pays d’islam
Michel Lauwers et Julien Loiseau ................................................. 11

Le tombeau des morts illustres

La mémoire des patriarches dans l’Église melkite Le cas de Christophore d’Antioche (xe siècle)
Mathilde Boudier..........................................................................43

De la tombe au barzakḫ.
Traditions monumentales et imaginaire du pèlerinage aux tombeaux d’après les manuscrits de l’Orient médiéval
Anna Caiozzo................................................................................59

Écritures funéraires

La mort et sa commémoration dans l’Arménie médiévale : premières approches d’un vaste corpus épigraphique
Isabelle Augé..................................................................................79

Reflections of Everyday Jewish Life : Evidence from Medieval Cemeteries
Elisheva Baumgarten.....................................................................95

Écritures endotaphes et expériences des temps entre Antiquité tardive et Moyen Âge
Morgane Uberti ..........................................................................105

Memoria et commémoration

Nomina viventium, nomina defunctorum : les interactions entre vivants et morts dans les libri memoriales carolingiens
Régine Le Jan...............................................................................121

Commémoraisons familiales dans les monastères féminins à Byzance (xiie-xive siècle)
Élisabeth Malamut......................................................................135

Vivants et morts dans l’aristocratie seigneuriale et chevaleresque : la mémoire des héros (xiie-xiiie siècles)
Florian Mazel..............................................................................155

Tombes et cimetières médiévaux

Pratiques funéraires des communautés juives d’Europe
à la période médiévale : l’apport des sources archéologiques
Philippe Blanchard .................................................................... 173

Le cimetière d’Atlit, un espace des morts au pied de Château-Pèlerin (royaume latin de Jérusalem - xiiie siècle)
Yves Gleize, Mathieu Vivas, Simon Dorso, Dominique Castex.......187

Ostentation ou humilité ?

Réflexions autour du vêtement du défunt et du dépôt d’objets dans les tombes au cours du haut Moyen Âge
Isabelle Cartron..........................................................................205

Quand les vivants reviennent vers les morts : la réouverture de sépultures en Scandinavie au xe siècle
Lucie Malbos...............................................................................217

Préparer la mort, prendre en charge les morts

Préparer sa mort dans le diocèse d’Agde (920-1210) Testaments, élections de sépulture et demandes de messes
Didier Panfili..............................................................................231

Vivants et morts dans les hôpitaux picards (XIIe-XVe siècles)
Pascal Montaubin .......................................................................249

« Laisse les morts ensevelir leurs morts » (Mt 8, 22) : le soin des corps et le souci des âmes (XIIe-XIIIe siècle)
Emmanuel Bain ........................................................................... 265

Les juifs et la mort violente en péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge, entre quête de sens et contraintes pratiques
Claire Soussen.............................................................................279

Mourir en Terre sainte

Le fossile de Joinville, ou comment vivre avec l’hier dans le royaume de Jérusalem
Florian Besson.............................................................................295

Mourir à Jérusalem : ensevelir les morts, latiniser la Terre sainte
Camille Rouxpetel......................................................................309

Les temps de l’au-delà

Repos sabbatique des âmes en peine dans le judaïsme et répit dominical dans le christianisme médiéval. Vertus et limites du comparatisme
Marie Anne Polo de Beaulieu .................................................... 325

‘Abd al-Malik, Muḥammad et le Jugement dernier : le dôme du Rocher comme expression d’une orthodoxie islamique
Mathieu Tillier ........................................................................... 341

Le spectacle de la mort sainte : mettre en scène la Passion et les martyres chrétiens
Marie Bouhaïk-Gironès ............................................................. 367

Rapport conclusif
Jean-Claude Schmitt...................................................................379

Résumés/Abstracts ...............................................................................391