Extrait d'enluminure

Lettre de la SHMESP n° 109 (avril-mai 2019)

VIE DE LA SOCIÉTÉ

- Congrès de Francfort (30 mai-2 juin 2019)

Le 50e Congrès de la SHMESP tenu à Francfort et consacré à la voix au Moyen Âge, a réuni plus de 80 participants. Remarquablement organisé par Pierre Monnet et son équipe de l’Institut Franco-Allemand de Sciences Historiques et Sociales, il a permis de resserrer nos liens avec les médiévistes allemands, représentés par le président du Mediävistenverband Wolfram Drews. Outre la très grande qualité des communications, il a été un beau moment d’échanges et de convivialité, notamment à l’occasion des visites organisées à Francfort, Lorsch et Spire.

Pour des informations sur le déroulé du congrès, le live-tweet sur le compte Twitter d’Antoine Destemberg.

- Bibliographie de CAPES-Agrégation

La SHMESP organise une réunion de présentation de la bibliographie d’été de la question de CAPES-Agrégation, « Écrit, pouvoirs et société en Occident du début du XIIe siècle à la fin du XIVe siècle (Angleterre, France, péninsule Italienne, péninsule Ibérique) », coordonnée par Aude Mairey et Matthieu Allingri.

Elle se tiendra le samedi 29 juin de 14 à 17 heures en Sorbonne, en salle Marc Bloch (escalier C, 2e étage).

Cette bibliographie sera communiquée à la rédaction d’Historiens & Géographes pour une publication dans leur numéro d’été. Une version longue sera mise en ligne à la rentrée sur le site de la SHMESP.

- Questionnaires sur la loi de programmation pluriannuelle de la recherche

Les résultats de la consultation, organisée par les sociétés savantes académiques et à laquelle s’est associée la SHMESP, sont disponibles sur le site https://societes-savantes.fr/sondages/. Des réunions ont eu lieu avec les groupes de travail mis en place par le gouvernement, auxquels les résultats de ces enquêtes ont été communiqués.

- Bourses pour les congrès internationaux (rappel)

La SHMESP accorde dans la mesure de ses moyens des bourses d’un montant maximal de 300 € pour l’Europe et de 500 € pour le reste du monde aux membres de la SHMESP doctorants et docteurs sans poste dans le supérieur souhaitant participer aux congrès internationaux (Leeds, Lleida, Kalamazoo, de la Medieval Academy of America...). La demande est à adresser à la SHMESP (secretariat shmesp.fr), accompagnée d’un CV, d’un budget (incluant les dépenses et autres sources de financement provenant des laboratoires, écoles doctorales, etc.) et d’un document attestant de l’intervention au congrès (programme, attestation de l’organisateur de la session, etc.). Les demandes sont examinées trois fois l’an, fin septembre, fin janvier et fin mars. Priorité sera donnée aux candidat(e)s n’ayant pas encore bénéficié d’une bourse. Les remboursements interviendront sur présentation des factures et attestation de la participation effective au congrès.

- Assemblée générale d’automne

Notre assemblée générale statutaire d’automne se tiendra à Paris le 16 novembre, et procèdera notamment au renouvellement du comité et à l’élection du nouveau bureau. Elle sera précédée, le 15 novembre, par une journée consacrée aux 50 ans de la Société des Médiévistes.

Les candidatures de membres associés ou associés temporaires doivent parvenir au secrétariat général d’ici le 16 septembre, et celles pour le comité et le bureau d’ici le 9 octobre au plus tard.

- Publications

La mise en ligne des volumes des congrès de la SHMESP parus aux Publications (puis Éditions) de la Sorbonne se poursuit sur la plateforme Openedition. Les volumes 1 à 38 restent consultables et téléchargeables sur Persée.

Sont actuellement disponibles en accès ouvert (PDF téléchargeables via les abonnements Freemium des bibliothèques) :

L’étranger au Moyen Âge  : XXXe Congrès (Göttingen, juin 1999).
Les échanges culturels au Moyen Âge  : XXXIIe Congrès (Université du Littoral Côte d’Opale, juin 2001).
L’expansion occidentale (XIe-XVe siècles). Formes et conséquences  : XXXIIIe Congrès (Madrid, Casa de Velàzquez, 23-26 mai 2002).
Ports maritimes et ports fluviaux au Moyen Âge  : XXXVe Congrès (La Rochelle, 5 et 6 juin 2004).
Être historien du Moyen Âge au XXIe siècle  : XXXVIIIe Congrès (Cergy-Pontoise, Évry, Marne-la-Vallée, Saint-Quentin-en-Yvelines, 31 mai-3 juin 2007).
L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident)  : XXXIXe Congrès (Le Caire, 30 avril-5 mai 2008).
Des sociétés en mouvement. Migrations et mobilité au Moyen Âge  : XLe Congrès (Nice, 4-7 juin 2009).
Les relations diplomatiques au Moyen Âge. Formes et enjeux  : XLIe Congrès (Lyon, 3-6 juin 2010).
Nation et nations au Moyen Âge, XLIVe Congrès (Prague, 23 mai-26 mai 2013).

- Compte Twitter de la SHMESP

En complément de la page Facebook, un compte Twitter de la SHMESP est désormais disponible : https://twitter.com/shmesp (ou @shmesp).

POSTES, BOURSES ET STAGES

Nous vous invitons à nous communiquer les annonces de postes, stages et bourses dès que vous en avez connaissance afin d’en assurer la diffusion la plus rapide possible. Elles sont postées, aussitôt qu’elles parviennent au secrétariat général de la SHMESP, sur notre page Facebook (Shmesp - Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur), notre compte Twitter (@shmesp) et sur notre site.

- Residential Fellowships at the Institute for Advanced Study (Princeton NJ)

The Institute For Advanced Study, School of Historical Studies, announces opportunities for Scholars 2020-2021.

The Institute is an independent private institution founded in 1930 to create a community of scholars focused on intellectual inquiry, free from teaching and other university obligations. Scholars from around the world come to the Institute to pursue their own research. Candidates of any nationality may apply for a single term or a full academic year. Scholars may apply for a stipend, but those with sabbatical funding, other grants, retirement funding or other means are also invited to apply for a non-stipendiary membership. Some short-term visitorships (for less than a full term, and without stipend) are also available on an ad-hoc basis. Open to all fields of historical research, the School of Historical Studies’ principal interests are the history of western, near eastern and Asian civilizations, with particular emphasis upon Greek and Roman civilization, the history of Europe (medieval, early modern, and modern), the Islamic world, East Asian studies, art history, the history of science, and late modern history with a special emphasis on the history of international relations.

Support is available each year for one scholar in music studies.
Residence in Princeton during term time is required. The only other obligation of Members is to pursue their own research.
The PhD (or equivalent) and substantial publications are required.
Further information can be found in the announcement on the web at https://www.hs.ias.edu/mem_announcement, or on the School’s web site, https://www.hs.ias.edu/.
Inquiries sent by post should be addressed to the Director of Member Programs, School of Historical Studies, Institute for Advanced Study, 1 Einstein Dr., Princeton, N.J. 08540 (Email address : hsappquery ias.edu.)
Deadline : October 15, 2019.

- Postdoctoral Scholar in Medieval History - History Department of the University of Zurich (Switzerland)

The History Department of the University of Zurich (Switzerland) invites applications for a Postdoctoral Scholar in Medieval History (50%, temporary 3 to 6 years) attached to the Chair for Medieval History of Prof. Dr. Simon Teuscher.

Starting Date : 1 September 2019

The History Department of the University of Zurich is one of the biggest and most multifarious institutes of history in the Germanspeaking area. About 130 employees teach and conduct research here, and towards 2’000 students are enrolled in bachelor’s and graduate study programs.

Postdoctoral scholars will conduct a research project, teach two classes a year, and participate in the activities of the chair. Candidates should have a finished PhD thesis of exceptional quality, a postdoctoral research project, teaching experience, and teamwork skills.

To apply, please submit a cover letter including a full curriculum vitae, a publication list, an outline of the proposed project, and copies of diplomas and certificates. Please also indicate two academic references. Applications should be submitted as PDF file by email to sekteuscher hist.uzh.ch by 30 June 2019.

Contact Simon Teuscher with questions : simon.teuscher hist.uzh.ch, +41 44 634 38 55.

The University of Zurich aims at increasing the proportion of women in research and teaching and encourages female applicants to apply for this position.

- Anneliese Maier Research Award

Funded by the Anneliese Maier Research Award of the Alexander von Humboldt Foundation (Prof. Alan Mikhail, Yale University, winner of 2018) and with support from Yale University, the Humboldt Yale History Network aims to assemble and sustain a global research network of historians. To that end, the network is pleased to be able to continue its series of travel grants.

This year we will offer short-term research grants of between $1,000 and $4,000 to support travel (for up to three months) - to or within the United States - for research in the following areas :

The History of Relations between the Ottoman Empire and Morocco
Early Modern Morocco
The Dutch Empire and the Muslim World
The History of New Netherland
Islam and the Atlantic World
Early Modern Global Christian Diasporas
Ignorance and Knowledge in Trading Empires
Early Modern Political Theory, International Law and Global Expansion
Applicants should propose projects that necessitate work in archives, libraries, or other collections in the United States. These grants can support the research of scholars at any stage in their careers past the point of Ph.D. candidacy. These monies are meant to be supplemental grants to bridge funding gaps in ongoing research work. They do not represent employment and do not come with health insurance, childcare, social security, visa expenses, or the like.

All travel must be completed by December 31, 2020. Half of the award will be paid at the time of approval and the rest upon the successful completion of the proposed project and submission of a report of no more than 250 words about the completed work. This summary will be made available on the project website.

We plan to convene a conference at Yale in 2020 to gather grant holders and others for a discussion of their research.

Please visit on https://avh.yale.edu/humboldt-yale-history-network-travel-grant-application-form for application (the upload section will open on June 1), cf. https://avh.yale.edu/news/humboldt-yale-history-network-travel-grants-2019-20.

Complete the application form and submit it along with all of the supporting documentation in a single PDF. Applications must include the following :

Application form
Project description of no more than 2 pages
CV of no more than 5 pages
Deadline : November 1, 2019
Winners will be informed in January 2020.

Note that Prof. Alan Mikhail is visiting Europe in June/July for a series of talks and lectures if you want to get earlier in contact (Amsterdam, Vienna, Berlin, Bamberg, Heidelberg, Munich, Bonn), cf. http://cornelzwierlein.com/YaleHumboldt/.

Contact
Cornel Zwierlein
Heisenberg-Stipendiat, Frühe Neuzeit
an der Universität Bamberg, Fischstr. 5/7, 96045 Bamberg
cornel.zwierlein uni-bamberg.de

SOUTENANCES

- Lydwine Scordia, a soutenu son habilitation à diriger des recherches le jeudi 23 mai 2019 à l’université Paris-Nanterre, devant un jury composé de : Mathieu Arnoux, Professeur à l’Université Paris Diderot et Directeur d’études à l’EHESS, Jean-Patrice Boudet, professeur à l’université d’Orléans, Franck Collard, professeur à l’université Paris-Nanterre (garant), Anne Curry, professeur à l’université de Southampton, Frédéric Duval, professeur à l’École nationale des chartes, Isabelle Guyot-Bachy, professeur à l’université de Lorraine (Nancy) Elisabeth Lalou, Professeure à l’Université de Rouen Normandie. Le dossier, intitulé Histoire politique : l’Argent, l’Amour et la Mort (XIIIe-XVe siècle), est composé d’un mémoire de synthèse, d’un receuil de publications, et d’un mémoire inédit intitulé Pierre Choinet et le Rosier des guerres.

- Marie Bouhaïk-Gironès, a soutenu son habilitation à diriger des recherches le samedi 8 juin 2019 à 14h en Sorbonne, amphi Quinet, devant un jury composé de : Élisabeth Crouzet-Pavan, Professeure à Sorbonne Université (garante), Étienne Anheim, Directeur d’études à l’EHESS (rapporteur), Mathieu Arnoux, Professeur à l’Université Paris Diderot et Directeur d’études à l’EHESS, Estelle Doudet, Professeure à l’Université de Lausanne, Jelle Koopmans, Professeur à l’Universiteit van Amsterdam, Élisabeth Lalou, Professeure à l’Université de Rouen (rapporteure). Le dossier, intitulé Histoire des pratiques théâtrales (France, XIIIe-XVIe s.) est composé d’un mémoire de synthèse, Pratiques du théâtre, pratiques de l’histoire. Fils rouges et notes continues, d’un volume contenant un choix de travaux et articles, et d’un essai inédit intitulé Spectacles des mystères chrétiens. Produire, écrire et jouer les Passions et vies de saints (France, XVe-XVIe s.).

- Aurélien Montel soutiendra sa thèse de doctorat al-Andalus et le Maghreb à l’époque des Omeyyades de Cordoue. Réseaux d’échanges et ambitions impériales (IIIe/IXe-IVe/Xe siècles) (dir. Dominique Valérian, Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne) le samedi 6 juillet 2019 à 14h30, à Lyon (salle Marc Bloch, Maison des Sciences de l’Homme, 14 avenue Berthelot, Lyon 7e). Le jury sera composé de Cyrille Aillet (Université Lumière-Lyon 2), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne), Sylvie Denoix (CNRS - Paris), Maribel Fierro (CSIC - Madrid), Emmanuelle Tixier du Mesnil (Université Paris Nanterre) et Dominique Valérian (Université Paris-1-Panthéon-Sorbonne, directeur de thèse).

- Romain André a soutenu sa thèse consacrée aux Francs et la Méditerranée orientale de la fin du VIIe s. au milieu du IXe s., le 6 juin 2019 à Sorbonne- Université, devant un jury composé de Bruno Dumézil, Marie-Céline Isaïa, Stéphane Lebecq, Annliese Nef, Philippe Sénac (directeur) et Dominique Valérian.

PARUTIONS

- La Chaise-Dieu. Communauté monastique et congrégation (XIe siècle-fin de l’Ancien Régime), Actes du IXe colloque international du CERCOR (La Chaise-Dieu, 6-7 juillet 2016), sous la direction de Frédérique-Anne COSTANTINI, Daniel-Odon HUREL et Thierry PÉCOUT, Limoges, Presses universitaires de Limoges (Histoire), 2019. (http://www.pulim.unilim.fr/index.php?option=com_booklibrary&task=view&id=929&Itemid=9&catid=0)

- D. Crouzet, E. Crouzet-Pavan, Ph. Desan, Cl. Revest (dir.), L’humanisme à l’épreuve de l’Europe. XVe-XVIe siècles. Histoire d’une transmutation culturelle, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2019. (http://www.champ-vallon.com/lhumanisme-a-lepreuve-de-leurope/)

- Formations et cultures des officiers et de l’entourage des princes dans les territoires angevins (milieu XIIIe-fin XVe siècle), études réunies par Isabelle MATHIEU et Jean-Michel MATZ, Rome, 2019 (Collection de l’École française de Rome, 518/3). (http://www.efrome.it/en/publications/news-and-presentations/news/formations-et-cultures-des-officiers-et-de-lentourage-des-princes-dans-les-territoires-angevins.html)

- Le gouvernement en déplacement. Pouvoir et mobilité de l’Antiquité à nos jours, sous la direction de Sylvain Destephen, Josiane Barbier et François Chausson, Rennes, PUR, 2019 (http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4824)

- Victor Servais, Les Annales Historiques du Barrois de 1411 à 1431, sous les règnes d’Édouard III, Louis et René Ier ducs de Bar, édité par Jean-Pierre Bardot et Gérard Giuliato, Nancy, Presses universitaires de Nancy-Editions universitaires de Lorraine, 2019 (http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100170160)

RENCONTRES SCIENTIFIQUES

Nous rappelons aux collègues qui souhaitent faire part de la tenue d’un colloque de nous en avertir au moins deux mois avant la rencontre. Nous vous demandons également de privilégier systématiquement l’envoi de document en format Word ou Open Office et non le format PDF.

- Ve Colloque des étudiants de Master en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie (27-28 mai, Université de Lille-Université du Littoral)

Date : 27-28 mai 2019
Lieu : Université de Lille-Université du Littoral
Organisation : Université de Lille, Faculté SHAP Sciences Historiques, Artistiques et Politiques ; Université du Littoral – Côte d’Opale, département d’Histoire ;HLLI -CRHAEL UR 4030 (Univ. Littoral – Côte d’Opale) ; HALMA UMR 8164 (Univ. Lille, CNRS, MCC) ;IRHIS UMR 8529 (Univ. Lille, CNRS)
Programme complet ici.

- Doyens de chrétienté et archiprêtres, des temps carolingiens à l’époque moderne. Les « moyens » de la juridiction ecclésiastique

Date : lundi 3 et mardi 4 juin 2019
Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne - UFR Lettres et sciences humaines 57 rue Pierre Taittinger - bâtiment 17 - Salle du Conseil
Organisation : Véronique BEAULANDE-BARRAUD (Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHiC) et Grégory COMBALBERT (Université de Caen Normandie, CRAHAM)
Programme complet ici.

- Les échanges humanistes dans les Provinces du Nord pendant la Renaissance

Date : 7-8 juin 2019
Lieu : Saint-Omer, Bibliothèque d’agglomération du Pays de Saint-Omer, Salle du patrimoine
Organisation : Centre de Recherche et d’Études Histoire et Sociétés (EA 4027 CREHS - université d’Artois), et la Communauté d’Agglomération du Pays de Saint-Omer (CAPSO).
Programme complet ici.

- La voix des assemblées. Quelle démocratie urbaine au travers des registres de délibérations ? (Méditerranée-Europe, XIIIe-XVIIIe s.)

Date : 13-14 juin 2019
Lieu : Aix-en-Provence (Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme)
Organisation : François Otchakovsky-Laurens (U. Paris Diderot), Agnès Rabion (CNRS-Aix Marseille Université), Laure Verdon (Aix-Marseille Université-CNRS)
Programme complet ici.

- Diffusion des normes dans l’Église de la fin du Moyen Âge. Les législations ecclésiastiques locales, 1215-1500

Date : 13-14 juin 2019
Lieu : Metz, Université de Lorraine, Salle Ferrari (Ile du Saulcy 794)
Organisation : Christine Barralis (Université de Lorraine), Rowan Dorin, (Stanford University)
Programme complet ici.

- Atelier international Écritures et papiers d’artisans / Craftsmen’s writings and papers

Date : 13-14 juin 2019
Lieu : Paris, Institut National d’Histoire de l’Art, salle Demargne
Organisation : Philippe Bernardi et Julie Claustre
Programme complet ici.

- Réseaux scolaires et réseaux ecclésiastiques au Moyen Âge : Méthodes pour une analyse des réseaux historiques

Date : 20 juin 2019
Lieu : Paris, Sorbonne, salle Perroy
Organisation : Thierry Kouamé
Programme complet ici.

- « Quand il est difficile de gouverner en territoire chrétien » Journées d’études croisées XIIe-première moitié du XVIe siècle

Date : 20-22 juin 2019 (Nîmes), 14-16 novembre 2019 (Angers)
Lieu : Université de Nîmes, Univresité d’Angers
Organisation : Isabelle Mathieu, Isabelle Ortega
Programme complet ici.

- 46e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella - La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes marché

Date : 16-19 juillet 2019
Lieu : Estella (Navarre, Espagne)
Organisation : Semana internacional de estudios medievales
Programme complet ici.

APPEL À COMMUNICATION/CONTRIBUTION

- XIXe Congrès international d’histoire économique, Paris 25-30 juillet 2021.

Le XIXe Congrès international d’histoire économique aura lieu à Paris du 25 au 30 juillet 2021. Le thème retenu est celui des ressources, un des défis centraux du monde contemporain. Le Congrès envisage des sessions sur toutes les catégories de ressources, naturelles, matérielles, immatérielles et humaines, de l’Antiquité à nos jours, sur toutes les mers et tous les continents.
Les approches d’histoire économique peuvent êtres les plus larges possibles (histoire sociale, histoire urbaine et rurale, histoire ou économie de la finance, des sciences et technologies, histoire du genre, histoire culturelle) et croiser d’autres champs disciplinaires.

Deux appels à session sont organisés :

Le premier se clôture le 30 juin 2019, résultats en novembre 2019
Le second se clôture le 30 juin 2020, résultats en novembre 2020
Les candidatures sont à déposer sur le site du WEHC 2021.

Le Congrès comptera environ 140 sessions, réparties chaque jour en quatre périodes de 90 minutes chacune. La sélection des propositions sera opérée par le comité scientifique/comité exécutif de l’IEHA (International Economic History Association)

Afin d’encourager des propositions de sessions issues de régions du monde moins présentes dans les précédents congrès, le WEHC Paris 2021 met en place un important dispositif de bourses : environ une centaine de 1 500€ chacune couvrant ainsi les frais de transport, d’hébergement et d’inscription au Congrès. Sont éligibles à ce dispositif de bourse tous les chercheurs juniors et seniors éprouvant des difficultés à faire financer leur déplacement par leur université ou laboratoire de rattachement. Le boursier peut être un participant au Congrès présentant un papier dans une session ou l’organisateur lui-même de la session. Chaque candidat devra présenter son projet de session ou de communication (max. 3 000 signes) et un court CV (max. 3 000 signes) sur le site du WEHC 2021.

Deux vagues de bourses sont prévues, suivant chaque appel à sessions. L’organisateur peut ainsi préciser dans sa candidature son besoin de bourses pour lui-même ou un autre membre de la session.

Vous trouverez toutes les informations sur le site du WEHC.

- Numéro thématique de la REMMM (Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée) : Le Sahara précolonial : des sociétés en archipel

Projet : Le Sahara précolonial : des sociétés en archipel. Projet de publication proposé par Cyrille Aillet (Université Lumière Lyon 2), Chloé Capel (UMR 8167) et Élise Voguet (CNRS, IRHT)
Pre-Colonial Sahara : Societies in Archipelagos. Proposal for a thematic edition Directed by Cyrille Aillet (Lumiere Lyon 2 University), Chloe Capel (UMR 8167) and Elise Voguet (CNRS, IRHT)

Argumentaire :

Depuis une vingtaine d’années, la recherche sur l’histoire des peuples sahariens connaît un renouveau remarquable. La conception traditionnelle du Sahara prémoderne comme espace de frontière entre l’Afrique du Nord et le Sahel a été progressivement abandonnée au profit de l’idée que le Grand Désert constituait une aire autonome, à l’intérieur de laquelle s’opérait la jonction entre les deux Afriques (Loimeier, 2013, 54-76). Notre appel à contributions s’inscrit dans cette nouvelle dynamique en invitant historiens, archéologues et spécialistes d’autres disciplines à questionner la cohérence de cet espace culturel saharien, entre le haut Moyen Âge, où l’islam fait son apparition dans ces régions, et le XIXe siècle, à la veille des poussées coloniales modernes. Le point de départ de notre réflexion est le constat d’une tension entre le caractère insulaire de ces sociétés et leur vocation cosmopolite, entre la discontinuité géographique du peuplement saharien et les formes de cohésion socio-culturelle qui peuvent en assurer l’unité relative, à l’image des archipels maritimes. En effet, si les régions comme le Tafilalt au Maroc (Capel, 2016a), le Touat (Voguet, 2017 et 2018) ou le bassin de Ouargla (Aillet, Gilotte, Cressier, 2017) en Algérie, le Fezzan en Libye (entre autres Mattingly, Sterry, Edwards, 2015) ou les oasis du Kaouar au Niger (Vikør, 1999) peuvent être considérées comme des points névralgiques au sein d’un vaste réseau d’échanges et de rencontres transrégionaux, elles n’abritent pas moins des cultures vernaculaires d’une diversité et d’une richesse remarquables. De même, la grande mobilité de leurs habitants, notamment les marchands ou les lettrés, a donné lieu à la formation d’une véritable diaspora transsaharienne, marquée par une conscience et une mémoire de groupe qui peuvent être très fortes (Lydon, 2009, 340-400).

Les contributions, en interrogeant la pertinence de la notion d’archipel appliquée aux mondes sahariens, telle qu’elle a pu être également employée pour qualifier l’économie mondialisée actuelle (Dolfus, 1996, 25-30), devraient s’articuler autour de trois axes de recherche.

Le premier axe envisage le phénomène de la mobilité des oasiens sur la longue durée et celui de l’attraction de ces pôles de peuplement sahariens. Nous serons attentifs à la pratique du commerce à grande ou moyenne distance (Lydon, 2009 ; Mattingly et alii , 2017), aux migrations économiques ou sociales de groupes nomades vers les régions oasiennes (Cleaveland, 2002) et aux différents déplacements à des fins religieuses ou intellectuelles, tels que les pèlerinages ou les voyages « pour acquérir la science » (fī ṭalab al-ʿilm) des lettrés musulmans (Warscheid, 2017).

Le deuxième axe concerne l’organisation politique et sociale des différentes sociétés oasiennes. L’objectif est, d’un côté, de penser les organisations de peuplement et les formes d’exercice de pouvoir, notamment par la fabrique de structures institutionnelles à l’échelle locale (Warscheid, 2017), de l’autre, de sonder les relations que les régions oasiennes entretiennent entre elles mais aussi avec des acteurs politiques externes (méditerranéens et sub-sahariens principalement), qu’il s’agisse d’États ou de confédérations tribales (Cleaveland, 2002 ; Hassen, 1999 ; Amara, 2003). Ce thème sera aussi l’occasion de questionner le poids de ces interlocuteurs extérieurs dans la structuration politique et économique de ces archipels sahariens et dans l’émergence des grandes formations politiques sahariennes (Grémont, 2010) telles que l’Empire almoravide, le royaume de Ghāna ou les sultanats de Mālī, de Kānem ou de Borno.

Enfin, le troisième axe s’attache à une histoire de la production culturelle en milieu oasien, envisagée comme un processus d’appropriation créative de formes et de modèles allogènes par les populations locales, ou comme l’élaboration de modèles autochtones. Il s’agit d’interroger l’apparition de traditions littéraires (Rebstock, 2001 ; Hunwick, 2011 ; Steward, 2016) et la genèse d’une culture savante et religieuse musulmane (Osswald, 1993 ; Krätli & Lydon, 2011), mais aussi d’historiciser la culture matérielle oasienne, de l’artisanat à l’architecture (Vallat, 2014 ; Chekhab-Abudaya, 2016 ; Aillet, Gilotte, Cressier, 2017) et le domaine des savoirs et des savoir-faire sahariens, notamment agricoles, techniques, symboliques et artistiques (Capel, 2016b). Dans ce cadre, nous serons particulièrement sensibles aux approches qui thématisent l’interaction entre l’oralité et l’écriture.

Calendrier :

Les propositions d’articles, en français ou en anglais (4 000 signes maximum) sont à envoyer par courriel à cyrilleaillet yahoo.fr avant le 01 septembre 2019.

Les auteurs recevront une réponse (article retenu ou non) dans le mois suivant.

Les articles rédigés en français ou en anglais et d’un volume maximal de 45 000 signes devront être envoyés avant le 30 avril 2020.

Informations ici.

- Naturalisation et légitimation des pouvoirs (1300-1800). Entreprise d’histoire comparée

Dates et lieu : 28-29 novembre 2010, Université du Luxembourg et 3-4 avril 2020, Académie des sciences d’Autriche

Comité d’organisation :

Dr. Eloïse ADDE (LAMOP, Université Paris 1 Sorbonne–CNRS, FR)
Dr. Jonathan DUMONT (Österreichische Akademie der Wissenschaften, AT) Prof. Michel MARGUE (Université du Luxembourg, LU)
Doz. Dr. Andreas ZAJIC (Österreichische Akademie der Wissenschaften, AT)

Comité scientifique :

Dr. Eloïse ADDE (LAMOP, Université Paris 1 Sorbonne–CNRS, FR)
Dr. Jonathan DUMONT (Österreichische Akademie der Wissenschaften, AT) Prof. Michel MARGUE (Université du Luxembourg, LU)
Doz. Dr. Andreas ZAJIC (Österreichische Akademie der Wissenschaften, AT) Prof. Elodie LECUPPRE-DESJARDIN (Université de Lille, FR)
Prof. Christina LUTTER (Universität Wien, AT)
Prof. Gilles LECUPPRE (Université catholique de Louvain, BE)
Dr. Cathleen SARTI (Johann Gutenberg Universität – Mayence, DE)
Ass. Prof. Daniela TINKOVA (Université Charles – Prague, CZ)

Argumentaire :

Pour être domination, le pouvoir doit faire la preuve de sa légitimité. Or la meilleure légitimation est de signifier à tous son évidence. Les différents travaux relatifs aux mécanismes du pouvoir montrent tous, à des degrés plus ou moins divers, la nécessaire participation des dominés. Ils acceptent, jusqu’à un certain point, la domination, voire concourent à la conservation/reproduction de cette dernière.

Quels sont les mécanismes permettant qu’une telle situation advienne ? En effet, dans la pratique, la manipulation par les dominants et l’adhésion des dominés relèvent de processus difficiles à dévoiler, tant elles reposent sur une part de psychologique et de symbolique, et, par conséquent, sur de l’insondable.

Au sujet du pouvoir symbolique, Bourdieu écrit que sa principale caractéristique réside dans sa duplicité, dans le fait qu’il est reconnu car méconnu. C’est en effet sur cette impression de naturel et d’immuable que repose sa force et l’adhésion qu’il remporte. Pour être efficace, un ordre social et politique n’a en effet aucun intérêt à narrer les luttes et autres négociations entre les forces qui ont présidé à son apparition, mais au contraire à montrer (et non pas démontrer) la facilité, l’évidence de son imposition ; en d’autres termes, à naturaliser son existence. À l’instar du pouvoir symbolique, la naturalité, ou effet de naturel, articule un produit donné visible de tous et un mécanisme qui le produit, la naturalisation, qui lui est masqué.

Si aujourd’hui la naturalisation des relations humaines, sociales – leur essentialisation – passe par un usage détourné des sciences du vivant, tendance que l’on peut qualifier de scientiste, on observe que cette forme d’explication du socio-politique est utilisée au fil de différentes époques, et en différents lieux du globe, bien avant l’avènement des discours technico-scientifiques.

Il serait bien entendu impossible de pointer avec précision le moment originel, celui qui vit naître le concept de « naturalité ». Celui-ci s’enracine plutôt dans une histoire longue de la pensée humaine, faite de continuités, de ruptures, d’enfouissements et de surgissements.

Toutefois, au Moyen Âge tardif et durant l’Epoque moderne (1300–1800), le recours à la « naturalité » est constant. Le concept possède certaines particularités liées notamment au contexte de l’émergence et de l’affirmation des États dynastiques européens, de leurs institutions, de leurs modes d’organisation socio-économique et de leurs techniques de gouvernement (organisation de l’armée, taxes régulières, etc.). Par ailleurs, les modalités même des recours à la naturalité se transforment : d’abstraits et cantonnés à la réflexion des clercs, ils donnent lieu à des discours et usages concrets relatifs au gouvernement des hommes et à la pratique du politique – et concourent à l’émergence du politique comme un champ à part entière dans une société jusque-là modelée par l’« institution englobante » (Le Goff) qu’est l’Eglise au Moyen Âge.

En effet, dès le XIIIe siècle, la réflexion et la (re)formulation scholastiques du concept de « nature » (dont l’effet de « naturalité » procède) favorisent une approche « naturalisante » des pouvoirs, notamment par le biais des écrits théoriques antiques (aristotéliciens, augustiniens, cicéroniens) sur la nature et le politique, et leur diffusion – en latin et davantage encore en vernaculaire – auprès des princes et dans les cours européennes. Si l’approche aristotélicienne de la « naturalité » des communautés politiques peut être perçue comme la source de formes de démocratie, elle sert aussi, plus souvent, à justifier des processus de coercition et de domination, a fortiori quand elle est associée à des interprétations complémentaires du concept (augustinienne : les institutions pallient le désordre créé par la Chute, soit à l’état naturel de l’humanité ; cicéronienne : les humains refusent naturellement de s’associer politiquement ; il faut donc les y forcer par la raison et la rhétorique qui est son prolongement). À partir du XVIIe siècle, l’opposition nature/organisation sociale prend une vigueur nouvelle avec la thématisation de l’état naturel de la société humaine conduisant à la mise en avant de la nécessité de l’organisation sociale (Hobbes, Locke) et, plus tard, à la dénonciation de l’artificialité de la domination avec Rousseau et les Lumières.

Cette réflexion sur la naturalité renvoie expressément au rapport de l’homme à la nature. Pensée hâtivement dans son opposition à la culture, la nature n’est pourtant pas un donné brut et intemporel. Comprendre les usages de la naturalité nous permettra ainsi de mieux comprendre le dualisme nature/culture, pour aussi mieux interroger son hégémonie dans notre appréhension du social et viser une compréhension plus juste des ontologies et des cosmologies des sociétés médiévales qui, au même titre que les sociétés non occidentales, diffèrent profondément de la nôtre même si elles ont contribué à la façonner.

Désireux de dépasser la césure qui oppose un Moyen Âge conçu comme féru de rituels et de symboles et une période moderne censée marquer l’avènement de la Realpolitik après 1648, notre ambition sera de redonner toute leur place aux continuités et survivances souvent niées du fait d’une approche encore trop téléologique de l’histoire du pouvoir et du politique, sans pour autant sous-estimer les lignes de fracture tout aussi réelles. Quand bien même elle/il se limite à la période ici envisagée, l’historien.ne se trouve dès lors rapidement confronté.e à la multitude des formes et des usages pris et faits du concept de « naturalité ». Dès lors, seule une étude comparée et interdisciplinaire semble à même de pouvoir la cerner. Or, à l’heure actuelle, aucune approche de ce genre n’a encore été entreprise.

L’objectif de ces deux journées d’études (Université du Luxembourg, 28– 29 novembre 2019 ; Österreichische Akademie der Wissenschaften, Vienne, 2–3 avril 2020) sera donc d’aborder le concept de « naturalité » dans une perspective diachronique (1300– 1800), interdisciplinaire et comparée à l’échelle des États dynastiques européens. L’analyse portera tant sur les rouages du pouvoir à leurs divers échelons (cours, chancelleries, villes, assemblées représentatives, etc.), sur les expérimentations alternatives notamment dans la sphère religieuse (papauté, communautés religieuses, conciles), que sur les discours porteurs d’une vision du monde et d’une conception du pouvoir (traités religieux, politiques, littérature courtoise), afin de proposer une vision d’ensemble nuancée de l’usage de la « Naturalité ».

Elles s’inscriront, à la fois, dans la continuité du projet FNR/CORE (Luxembourg) LUXDYNAST, Europe and the House of Luxembourg. Governance, Delegation and Participation between Region and Empire (2015-2018) portant sur la construction de la domination des Luxembourg entre 1308 et 1437 sur un vaste et complexe ensemble de territoires nécessitant un savant équilibre entre penser global et agir local et la mise en œuvre de stratégies adaptées, et dans celle du projet GREMIA. Grey Eminences in Action : Personal Structures of Informal Decision-Making at Late Medieval Courts (2019-2022), qui entend comprendre les modalités de fonctionnement de la prise de décision interindividuelle dans un cadre informel au Moyen Âge tardif en Europe, le rapport à l’idéologie y étant essentiel.

Un volume de synthèse rassemblant les différentes contributions est envisagé à terme. Afin d’y parvenir de manière collective, nous souhaitons entretenir un dialogue riche entre les différents participants en avant, pendant et à l’issue des deux colloques. Pour ce faire, nous demanderons à ce qu’une version de travail de chaque intervention soit envoyée au moins 15 jours avant chaque colloque de manière à ce que les autres participants puissent en prendre connaissance et ainsi pleinement participer aux discussions. Chaque session de travail aura également un ou deux répondants de manière à susciter, relancer et entretenir les débats. Par ailleurs, un groupe de discussion privé sera ouvert sur Facebook afin d’amorcer et de prolonger les discussions.

Les contributions proposées pourront aborder les thématiques suivantes :

La manière dont se construisent, dans le temps et l’espace, les lexiques et les discours sur la « naturalité » des classes, groupes et institutions dominantes (choix et transformations lexicaux ; procédés rhétoriques – par exemple, des analogies entre des aspects micros de la naturalité, comme le corps humain, et des aspects macros, comme l’Etat figuré tel un corps humain ; rapports à la traduction du latin vers le vernaculaire ; etc.). Cela sera aussi l’occasion de mieux quadriller cet espace de communication dans lequel émergent nos sources de travail : textes normatifs, miroirs du prince, traités théologiques et philosophiques, collections de sermons, vies de saints, correspondances, chroniques, littérature courtoise, etc. Cette thématique mettra en évidence des pratiques discursives et rhétoriques, les liens entre les mots et leurs contextes textuels et socio-politiques ;
Les récits fondateurs utilisés par ces classes, groupes et institutions dominants afin de légitimer l’usage faits par ceux-ci des différentes formes de coercition sur d’autres classes, groupes et institutions. L’effet de naturalité vise avant tout à masquer le moment fondateur de la domination qui semble toujours être le résultat d’une violence et le produit d’une contingence dérangeants un pouvoir qui doit asseoir sa légitimité. Nous nous intéresserons donc ici aux formes prises par les discours afin de dépasser ce moment fondateur ;
Les dynamiques existant entre les différentes formes discussives et lexicales de la « naturalité » des pouvoirs, et les pratiques bureaucratiques et institutionnelles qui ancrent cette « naturalité » dans un quotidien normé. L’émergence d’institutions bureaucratiques captatrices de ressources au Moyen Âge tardif et à la première Modernité est souvent justifiée par le biais de la naturalité. Cet argument fonctionne comme une stratégie permettant de normaliser ces institutions, leurs pratiques et les comportements que leurs représentants cherchent à susciter chez les sujets ;
La naturalisation des rapports de domination a également un impact dans l’infinitésimalité des rapports humains, dans les gestes et le non-verbal qui rythment le quotidien, dans les attitudes des corps et dans le rapport à son corps et au corps des autres, au contrôle de son corps et de celui des autres. Il en va là d’un processus de long terme de domestication des corps (Elias), qui ne va pas sans résistances, et au sein duquel la période tardo-médiévale et première moderne joue un rôle déterminant. Dans cette section, on s’intéressera donc aux manières de naturaliser les rapports aux corps via des textes (supports de discours de genre notamment), des objets, des attributs, des gestes, voire via la pratique médicale et chirurgicale ;
La manière dont la « naturalité » est utilisée par des classes, groupes et institutions qui possèdent un pouvoir moindre, voire peu de pouvoir (ex. : communautés rurales et urbaines), et qui sont en quête de légitimité face aux classes, groupes et institutions dominantes. Entre la reprise de cette stratégie (l’auto-naturalisation du dominé) et la mise en avant/mise en évidence/dénonciation de la non-naturalité de la domination, une multitude de stratégies sont mises en œuvre par ces acteurs et actrices afin d’instaurer le dialogue, de négocier ou de combattre.
Les propositions de contributions (un résumé de 1500 signes max. et une courte présentation bio-bibliographique) peuvent être envoyées à loiseadde yahoo.fr et Jonathan.Dumont oeaw.ac.at avant le 15 septembre 2019.

- Call for Articles : “Byzantium between East and West” (Mediterranean Historical Review)

David Jacoby, one of the leading historians of Byzantium, passed away in October 2018. Prof. Jacoby was a member of the international board of the Mediterranean Historical Review, and contributed to it in various ways. His research in the fields of trade, economy and society, revealed not only the Mediterranean aspects of these Byzantine activities, but also the importance that Byzantine history holds for the study of the Mediterranean. We regret this loss very much. To commemorate his lifelong achievements in the field of Mediterranean history, the MHR intends to publish a special issue dedicated to the theme “Byzantium between East and West”. We invite scholars to propose articles addressing this theme in view of the special position of Byzantium between the Levant, Eastern Europe and the Latin West. Byzantium boasts a history of over 12 centuries, maybe more than any other Mediterranean civilization. We wish to address the unique position it held, both geographically and chronologically, in the history of the region. Papers may deal with any aspect of the subject in history, art history or archaeology, in any timeframe (narrow or wide) and in local, global or entangled perspective. All papers will be peer-reviewed following the Journal’s normal evaluation process.

Deadline for submission of articles : 31 March 2020.

See here.

- Ecole d’été : Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle) [CPIM] Expériences impériales

Lieu : Bielle-en-Ossau (Pyrénées Atlantiques), 1er-4 octobre 2019
Argumentaire ici.

* La diplomatie des villes dans les mondes latins, musulmans et byzantins (XIIe-XVIe siècle)

Lieu : Trieste, 10-11 décembre 2019
Organisation : CEMM (Montpellier), le CERM (Trieste), le CIHAM (Lyon-Avignon) et l’EfRome

Argumentaire :

L’essor des villes occidentales et leur organisation en communes, pourvues de regalia (Italie communale) ou de privilèges, de franchises (France, Flandres, Espagne, etc.), se sont fondés sur une panoplie de techniques, d’outils et de pratiques de gouvernement qui ont transformé les organismes urbains en laboratoires politiques. Quelles raisons, quels objectifs et même quelle légitimité ces villes eurent-elles à déployer une action diplomatique qui peut paraître comme un secteur essentiel, sinon réservé de la souveraineté ? Les réponses sont à ce jour à découvrir. Autour du bassin méditerranéen, d’autres cultures religieuses, politiques, économiques se sont développées au cours des XIIe-XVIe siècles dans et autour de villes qui ont cultivé avec les pouvoirs des relations diverses. Leurs développements sociaux et économiques présentent néanmoins d’évidentes convergences avec l’évolution des villes européennes. Pour mesurer les singularités du fait diplomatique urbain en tous ces espaces, ce programme pluriannuel adopte de ce fait une démarche comparatiste et dépasse les trop strictes frontières du Moyen Âge pour englober la première modernité, classiquement définie en Europe comme celle d’un nouveau paradigme diplomatique marqué par la naissance des ambassades permanentes.

Cinq axes d’étude seront successivement ouverts au cours de ce programme engagé par le CEMM (Montpellier), le CERM (Trieste), le CIHAM (Lyon-Avignon) et l’EfRome :

Normes et statuts de la négociation urbaine (Montpellier – 17-18 nov. 2017) ;
Logistiques et desseins de la diplomatie des villes (Avignon – 8-9 nov. 2018) ;
Temps et coûts de la diplomatie urbaine (Trieste - 10-11 décembre 2019) ;
Réseaux diplomatiques urbaines ;
Apogée de la diplomatie ? Les ligues urbaines.

Temps et coûts de la diplomatie urbaine (Trieste - 10-11 décembre 2019)

Nel quadro di un programma quinquennale di ricerca dell’École française de Rome intitolato “La diplomatie des villes (Europe latine, mondes musulmans et byzantins – XIIe-XVIe siècle)”, nel quale sono impegnati il CEMM (Montpellier), il CERM (Trieste) e il CIHAM (Lyon), è organizzata la terza sessione (le due precedenti hanno avuto luogo a Montpellier nel novembre 2017 e ad Avignone nel novembre 2018), che si terrà a Trieste nei giorni 10 e 11 dicembre 2019. Il tema specifico della sessione è “Tempi e costi della diplomazia urbana”. Chi fosse interessato a partecipare (con una comunicazione nell’ordine dei 30 minuti) è invitato a proporre un titolo e un breve riassunto (massimo 400 parole) e ad indirizzarlo entro il 30 giugno 2019 ai direttori della ricerca :

Contacts :
paolo.cammarosano43 gmail.com (CERM Trieste)
patrick.gilli univ-montp3.fr (CEMM Montpellier)
armand.jamme orange.fr (CIHAM Lyon)

VARIA

- Motions de la 21e section du CNU

La 21e section du CNU, malgré le retrait de l’amendement n°879 de l’article 22 de la loi sur la transformation de la fonction publique, demeure vivement préoccupée par le projet qui permettrait aux universités, à titre expérimental, de déroger à la procédure de qualification. Elle réaffirme son attachement inconditionnel à l’existence de l’instance nationale qu’est le CNU et à ses missions, garantes de l’excellence de l’université française et d’une égalité de traitement entre enseignants-chercheurs sur l’ensemble du territoire.
La 21e section du CNU, le 21 mai 2019

La 21e section du CNU dénonce le contournement systématique de la CP-CNU dans les consultations liées au projet concernant les disciplines dites rares, qui relèvent aussi des compétences du CNU. Elle regrette le mépris affiché envers les expertises qu’elle est la seule à posséder, avec le groupe de travail dédié à ces sujets depuis de nombreuses années.
La 21e section, le 21 mai 2019.

- Appel à projet du programme Hubert Curien PROCOPE 2020 pour les coopérations de recherche franco-allemandes

Le programme Hubert Curien PROCOPE 2020 pour des coopérations de recherche franco-allemandes est mis en œuvre en France par le MEAE et le MESRI et en Allemagne par le Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD). L’objectif de ce programme est de développer les échanges scientifiques et technologiques d’excellence entre les laboratoires de recherche des deux pays, en favorisant les nouvelles coopérations et la participation de jeunes chercheurs et doctorants. Tous les domaines scientifiques sont concernés par ce programme.
La date limite de dépôt des dossiers de candidature est le 17 Juin 2019.
Vous trouverez plus d’informations concernant les conditions éligibilité, les critères d’évaluation ainsi que d’autres informations importantes sur le site de Campus France.

- Fermeture de la bibliothèque de l’IRHT

La bibliothèque de l’IRHT sera fermée définitivement au public à partir du 12 juillet prochain. Les collections de l’IRHT seront consultables prochainement au sein du Campus Condorcet.
Plus d’informations ici.

- Création de l’Association des scientifiques au service de Notre Dame de Paris

L’Association des scientifiques au service de Notre-Dame de Paris a été créée le 17 avril. Elle regroupe en particulier des historiens, des historiens de l’art, des archéologues, des géologues, des archéomètres, des géophysiciens, des chimistes, des biologistes mais aussi tous les scientifiques issus d’autres champs disciplinaires qui depuis quelques années œuvrent à la connaissance et à la sauvegarde de ces monuments. Elles s’est donnée les objectifs suivants :
récoler toutes les sources d’archives relatives à l’histoire de Notre-Dame de Paris
transmettre et synthétiser tous les résultats des études scientifiques déjà réalisées à Notre-Dame de Paris
concevoir et réaliser, dans la limite de ses moyens, les études concourant à la meilleure connaissance du monument et contribuant à son optimale restauration
diffuser ces connaissances auprès du plus large public.
mener la réflexion relative à la réutilisation et à l’étude d’un maximum de matériaux d’origine, dans leur respect et dans celui de l’intégrité du monument
Plus d’informations sur ce site : https://www.scientifiquesnotre-dame.org/
Votre soutien est le bienvenu. Pour rejoindre l’association, vous pouvez contacter Maxime L’Héritier (lheritier.maxime gmail.com) ou Arnaud Ybert (arnaudybert yahoo.fr)

- Nouvelle société savante : l’Association des Fasti Ecclesiae Gallicanae

Une nouvelle société savante (association loi 1901) est créée en date du 19 mai 2019 : l’Association des Fasti Ecclesiae Gallicanae, qui a pour finalité d’appuyer et de promouvoir les recherches sur les chapitres cathédraux, les évêques et les cathédrales aux XIIIe-XVe siècles.
Contact : fasti.ecclesiae gmail.com

- Comité français des sciences historiques : adhésions

Le comité français des sciences historiques lance un appel à adhésions. Vous pouvez trouver les informations sur la page suivante : https://www.comite-francais-sciences-historiques.fr/L-adhesion