Extrait d'enluminure

Lettre de la SHMESP n° 112 (octobre-novembre 2019)

VIE DE LA SOCIÉTÉ

Appel à cotisation 2020 et annuaires 2019
La cotisation annuelle, votée lors de la dernière assemblée générale d’automne, s’élève pour 2020 à 25 euros pour les sociétaires et les membres associés, et 20 euros pour les membres associés temporaires. Si vous souhaitez recevoir la nouvelle édition de l’annuaire, merci d’ajouter à votre cotisation 5,50 euros pour les frais de port.
Ceux d’entre vous qui, ayant payé leur cotisation pour l’année 2020, avaient prévu de récupérer un ou des exemplaires de l’annuaire à l’occasion de la dernière Assemblée générale et n’ont pu le faire en raison du retard de la livraison peuvent nous le signaler pour être exemptés de ces frais de port. De même, ceux qui le souhaitent peuvent demander à ce qu’un exemplaire soit déposé à leur attention dans le casier de la SHMESP à la Sorbonne. Nous encourageons par ailleurs les collègues à privilégier les envois groupés, par établissement, afin de limiter ces frais postaux.

Le règlement peut être effectué de deux manières :

De préférence, par virement bancaire sur le compte de la Société, dont les coordonnées bancaires figurent ci-dessous. Merci de bien vouloir préciser votre nom dans le champ "objet" (ou équivalent) ainsi que "cotisation + année(s) concernée(s)" afin que votre versement puisse être identifié sur les relevés de compte :

Nom : Société des Historiens Médiévistes
Banque : Caisse d’Épargne Île-de-France
Agence : Paris-Pernety
IBAN : FR76 1751 5900 0008 0019 9206 145
BIC : CEPAFRPP751

À défaut, par chèque, libellé à l’ordre de la SHMESP, et envoyé à l’adresse suivante :

Stéphane Péquignot
École pratique des hautes études
45-47 rue des Ecoles
75005 Paris
Pour toute information concernant les cotisations et l’envoi des annuaires, merci d’écrire à tresorier shmesp.fr

Bourses de la SHMESP pour les congrès internationaux
La SHMESP accorde dans la mesure de ses moyens des bourses d’un montant maximal de 300 € pour l’Europe et de 500 € pour le reste du monde aux membres de la SHMESP doctorants et docteurs sans poste dans le supérieur souhaitant participer aux congrès internationaux (Leeds, Lleida, Kalamazoo, de la Medieval Academy of America...). La demande est à adresser à la SHMESP (secretariat shmesp.fr), accompagnée d’un CV, d’un budget (incluant les dépenses et autres sources de financement provenant des laboratoires, écoles doctorales, etc.) et d’un document attestant de l’intervention au congrès (programme, attestation de l’organisateur de la session, etc.). Les demandes sont examinées trois fois l’an, fin septembre, fin janvier et fin mars. Priorité sera donnée aux candidat(e)s n’ayant pas encore bénéficié d’une bourse. Les remboursements interviendront sur présentation des factures et attestation de la participation effective au congrès.

POSTES, BOURSES ET PRIX

Nous vous invitons à nous communiquer les annonces de postes, stages et bourses dès que vous en avez connaissance afin d’en assurer la diffusion la plus rapide possible. Elles sont postées, aussitôt qu’elles parviennent au secrétariat général de la SHMESP, sur notre page Facebook (Shmesp - Société des historiens médiévistes de l’Enseignement supérieur), notre compte Twitter (@shmesp) et sur notre site, où nous vous invitons à les consulter (http://www.shmesp.fr/spip.php?rubrique12).

Prix de thèse Marc Venard de la Société d’Histoire Religieuse de la France
La Société d’Histoire Religieuse de la France attribue tous les deux ans un prix de thèse, doté de la somme de 2000 euros. Les résultats du prix sont communiqués au mois de juin. Ce concours de thèse s’adresse aux jeunes docteurs (moins de 35 ans) en histoire du christianisme. Il vise à encourager de jeunes chercheurs et à accompagner une large diffusion de leurs travaux. La thèse doit avoir été soutenue depuis moins de deux ans. La thèse peut porter sur toute période, relever de différentes disciplines académiques (histoire, histoire de l’art, histoire du droit, histoire de la théologie…) et concerner tout espace géographique, dès lors qu’elle conserve un lien avec la France. De plus, la SHRF accompagne la publication de la thèse primée dans la collection « Histoire religieuse de la France » aux Presses Universitaires de Rennes, sous réserve de l’acceptation par le lauréat d’un délai de deux ans pour l’aménagement et la soumission de son manuscrit.
Modalités de participation :

  • faire acte de candidature avant le 31 décembre 2019 en adressant le rapport de soutenance et la thèse en pdf à l’adresse shrf.rhef gmail.com
  • dans un second temps et à la demande du jury, adresser deux exemplaires de la thèse (papier ou pdf) aux rapporteurs indiqués aux candidats.

Plus d’informations : https://shrfrhef.hypotheses.org/prix-marc-venard

Poste d’ingénieur(e) d’études ou ingénier(e) de recherche au CeTHiS (Université de Tours)
Le laboratoire CeTHiS (Centre Tourangeau d’Histoire et d’études des Sources – EA 6298) de l’université de Tours recrute un ingénieur(e) d’études ou un ingénieur(e) de recherche dans le cadre du programme CorMéCoULi (Corpus Médiéval des Comptabilités Urbaines Ligériennes) financé par la région Centre-Val de Loire pour la période 2019-2023. Il s’agit d’un poste à temps plein, en contrat à durée déterminée, avec prise de fonction à compter du 1er janvier 2020 pour une durée de 2 ans non-renouvelable (avec période d’essai de 3 mois).
L’objectif de ce programme est de mettre en ligne l’intégralité des pièces comptables des XIVe et XVe siècles, des villes d’Orléans, Tours et Amboise. L’ingénieur(e) participera à la réalisation d’une base de données interactive et aux travaux de recherches destinés à éclairer la genèse et les caractéristiques de ce corpus, le rôle et l’origine du personnel comptable, les pratiques comptables et le maniement des monnaies.
Pour de plus amples informations : https://www.place-emploi-public.gouv.fr/offre-emploi/ingenieur-d-etudes-en-sciences-humaines-hf-reference-2019-271078
Contacts : Didier Boisseuil et Pascal Chareille, responsables du projet (didier.boisseuil univ-tours.fr ; pascal.chareille univ-tours.fr)

Recrutement des membres de l’École française de Rome
L’École française de Rome recrute des membres des membres scientifiques qui se consacrent à des travaux de recherche dans les domaines relevant de l’établissement, en histoire, archéologie et sciences sociales, répartis en trois sections :

  • l’Antiquité
  • le Moyen Âge
  • les Époques moderne et contemporaine.

Le projet peut émaner de candidats en fin de doctorat ou entamant une recherche post-doctorale. En conformité avec la mission de formation à la recherche de l’EFR, la commission d’admission examine avec une attention particulière les dossiers émanant de chercheurs en début de carrière.
Pour l’année 2020-2021, dix-huit postes de membres de l’École française de Rome seront vacants ou susceptibles d’être vacants. Les nominations sont prononcées pour une durée d’une année à compter du 1e septembre 2020, et jusqu’au 31 août 2021. Elles peuvent être renouvelées, sur avis de la commission de recrutement, pour une deuxième et, éventuellement, pour une troisième année consécutive.
Pour prendre connaissance de la composition de la commission d’admission des membres de l’École française de Rome (outre les trois directeurs des études de l’EFR), vous pouvez consulter la page dédiée ici : https://www.efrome.it/lefr/gouvernance/commission-dadmission-des-membres.html
La nouvelle campagne de recrutement est ouverte depuis le mardi 5 novembre 2019. Les dossiers de candidature sont à envoyer – en ligne – jusqu’au lundi 16 décembre 2019, à 12h00 (heure de Rome).
Voir toutes les informations à la rubrique "Candidater" : www.efrome.it/candidater/devenir-membre.html

Bourse de recherche de la Société Mabillon
Pour contribuer au développement des études dans son champ d’activité, la Société Mabillon institue des bourses de recherche en faveur de jeunes chercheurs de toutes nationalités. Ces bourses, d’un montant de 500 à 1000 €, sont destinées à apporter une aide financière à des recherches dans les archives et bibliothèques, notamment pour la préparation d’articles. Elles sont attribuées à des chercheurs préparant le doctorat ou titulaires de celui-ci depuis moins de quatre ans à la date de candidature. Exceptionnellement, pourront aussi être retenus des candidats n’entrant pas dans ces catégories.
Les dossiers de candidature, rédigés en français, sont à adresser avant le 31 janvier à la Société (aux deux adresses suivantes : stella.querol cnrs-orleans.fr et sebastien.barret cnrs-orleans.fr). Ils comporteront :

  • Un curriculum vitae du candidat, incluant une liste de ses travaux et publications antérieurs ;
  • Une note de présentation du projet pour lequel il sollicite une bourse (max. 5 000 signes) ;
  • Une évaluation des coûts prévus pour la réalisation du projet ;
  • Une attestation du directeur de thèse ou d’une personnalité scientifique appuyant le projet.

Le Bureau de la Société confie l’examen de chaque dossier de candidature à un membre du Conseil d’administration, qui rédige un rapport écrit. La décision d’attribution des bourses appartient à un comité composé du Bureau de la Société, du directeur de la Revue et du responsable de la Rédaction. Les décisions, qui ne peuvent faire l’objet de réclamations ou de recours, sont notifiées aux intéressés avant le 30 avril suivant. Les bénéficiaires d’une bourse fourniront à la Société (mêmes adresses que les dossiers de candidature), avant le 31 janvier suivant la date d’attribution, un compte rendu scientifique et financier d’utilisation de la somme allouée. Ils sont invités à accorder une priorité à la Revue Mabillon pour publier une étude éventuellement issue des travaux financés par la bourse. Cet article sera soumis aux procédures ordinaires d’évaluation en vigueur pour les textes proposés à la Revue, qui pourra ou non le retenir.

SOUTENANCES

- Murielle Gaude-Ferragu a soutenu son habilitation à diriger des recherches le samedi 23 novembre 2019 à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, devant un jury composé de M. Etienne Anheim (EHESS), Mme Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims), Mme Elisabeth Lalou (Université de Rouen-Normandie), M. Olivier Mattéoni (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, garant), M. Agostino Paravicini-Bagliani (Université de Lausanne) et Philippe Plagnieux (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Le dossier intitulé Les usages du pouvoir (royaume de France, XIVe-XVe siècle) est composé d’un mémoire de synthèse, d’un recueil d’articles et de travaux comprenant deux ouvrages (La reine au Moyen Âge (France XIVe-XVe siècle). Le pouvoir au féminin, Paris, Tallandier, 2014 ; Queenship in Medieval France (1300-1500), Palgrave Macmillan, 2016.) et d’un mémoire inédit intitulé : Des reliques et des rois (1328-1435).

- Claire Judde de Larivière a soutenu son habilitation à diriger des recherches le samedi 30 novembre 2019 à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, devant un jury composé de Mme Florence Alazard (Université de Tours), M. John Arnold (University of Cambridge), M. Patrick Boucheron (Collège de France, garant), Mme Valérie Theis (Ecole normale supérieure, Paris), M. Giacomo Todeschini (Università di Trieste), M. Filippo de Vivo (Birkbeck, University of London). Le dossier intitulé Formes du politique et expériences sociales à Venise à la fin du Moyen Âge est composé de trois volumes, dont un mémoire inédit intitulé Du populaire à l’ordinaire : une autre histoire sociale de Venise (XVe-XVIe siècles).

- Aurélien Robert soutiendra son habilitation à diriger des recherches le mardi 3 décembre 2019, à 14h, à l’université de Tours (CESR), devant un jury composé de M. Luca BIANCHI (Université de Milan), M. Joël BIARD (Université de Tours, garant), M. Pascal BRIOIST (Université de Tours), Mme Irene CAIAZZO (CNRS, Paris), M. Alain DE LIBERA (Collège de France), M. Marwan RASHED (Sorbonne-Université) et Mme Sabine ROMMEVAUX ( CNRS, Paris). Le dossier est composé d’un mémoire de synthèse, de quatre volumes d’articles et de deux mémoires inédits intitulés : Marco Trevisano, De macrocosmo, livres I à III, introduction, édition critique et notes et Épicure aux enfers.

PARUTIONS

- Lise Augustin, Claire Bourguignon et Marion Monier dir., Perceptions et représentations du motif végétal sur les matériaux périssables en Europe occidentale (XIIe-XXe siècles). Actes de la journée d’étude organisée par l’équipe des doctorants du Centre d’Histoire Espaces et Cultures (CHEC - EA 1001) de l’Université Clermont Auvergne, 8 juin 2018 : accéder ici

- Florian Besson, Julie Pilorget et Viviane Griveau-Genest dir., Créer. Créateurs, créations, créatures au Moyen Âge, Paris, Sorbonne Université Presses, 2019 (https://sup.sorbonne-universite.fr/catalogue/mondes-anciens-et-medievaux/cultures-et-civilisations-medievales/creer).

- Aude Bonord et Christian Renoux dir., François d’Assise, un poète dans la cité. Variations franciscaines en France, XIXe-XXe siècles, Paris, Classiques Garnier, 2019 (https://classiques-garnier.com/francois-d-assise-un-poete-dans-la-cite-variations-franciscaines-en-france-xixe-xxe-siecles.html).

- Monique Bourin dir., 1216. Le siège de Beaucaire. Pouvoir, société et culture dans e Midi rhodanien (seconde moitié du XIIe - première moitié du XIIIe siècle), Beaucaire, Editions de la Société d’histoire et d’archéologie de Beaucaire (SHAB), 2019.

- Amaury Chauou, Les Plantagenêts et leur cour (1154-1216), Paris, Puf, 2019 (https://www.puf.com/content/Les_Plantagenêts_et_leur_cour_1154-1216)

- Yves Coativy, Aux origines de l’État breton. Servir le duc de Bretagne aux XIIIe et XIVe siècles, Rennes, PUR, 2019 (http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4943).

- Éric Crubézy, Aux origines des rites funéraires. Voir, cacher, sacraliser, Paris, Odile Jacob, 2019 (https://www.odilejacob.fr/catalogue/sciences-humaines/archeologie-paleontologie-prehistoire/aux-origines-des-rites-funeraires_9782738149794.php).

- Guillaume Cuchet et Charles Mériaux dir., La dramatique conciliaire de l’Antiquité à Vatican II, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Histoire et civilisations », 2019 (http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100087640).

- Cédric Giraud, Écrits spirituels du Moyen Âge, Paris, Gallimard (Biblliothèque de la Pléiade, n° 643), 2019 (http://www.la-pleiade.fr/Catalogue/GALLIMARD/Bibliotheque-de-la-Pleiade/Ecrits-spirituels-du-Moyen-Age).

- Guillaume de Saint-Thierry, de Liège au Mont-Dieu, Cîteaux, 69 (2018) (http://www.citeaux.org/numero-actuel/)

- Denis Menjot et Peter Clark éd., Subaltern City ? Alternative and Peripheral Urban Spaces in the Pre-modern Period (13th-18th Centuries), Turnhout, Brepols, coll. Studies in European Urban History (1100-1800), vol. 46, 2019 (http://www.brepols.net/Pages/ShowProduct.aspx?prod_id=IS-9782503583310-1).

- Laurence Molinier-Brogi et Marilyn Nicoud dir., Écritures médicales : Discours et genres de la tradition antique à l’époque moderne, Lyon, CIHAM-Editions / De Boccard, 2019 (http://www.deboccard.com/fr/category/15859-Produit-9782956842606.html).

- Laurent Morelle et Chantal Senséby dir., Une mémoire partagée. Recherches sur les chirographes en milieu ecclésiastique (France et Lotharingie, Xe-mi XIIIe siècle), Genève, Droz, 2019 (https://www.droz.org/france/fr/7072-9782600057448.html).

- Sylvain Parent, Le pape et les rebelles. Trois procès pour rébellion et hérésie au temps de Jean XXII (Marche d’Ancône, Romagne, Lombardie), Rome, École française de Rome (collection "Sources et documents, 9"), 2019 (http://www.publications.efrome.it/opencms/opencms/menu/catalogo/index.html?id=1&autore=Sylvain%20Parent&ricerca=D)

- Lydwine Scordia et Franck Collard dir., Le coeur politique à la Renaissance, Revue française d’histoire des idées politiques, n° 50, Paris, l’Harmattan, 2019 (https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64224).

- Marie-Cécile Truc dir., Saint-Dizier "la Tuilerie" (Haute-Marne). Trois sépultures d’élite du VIe siècle, Caen, Presses universitaires de Caen, 2019 (http://www.unicaen.fr/puc/html/article855f.html?id_article=1088).

RENCONTRES SCIENTIFIQUES et séminaires

Nous rappelons aux collègues qui souhaitent faire part de la tenue d’un colloque de nous en avertir au moins deux mois avant la rencontre. Nous vous demandons également de privilégier systématiquement l’envoi de document en format Word ou Open Office et non le format PDF.

Activité historienne et appartenance urbaine en Europe et dans les mondes islamiques du XIIIe au XVIIIe siècle

Date : 17-18 octobre 2019
Lieu : Universités de Nanterre et Paris 8–Saint-Denis
Organisation : Franck Collard et Nicoals Schapira
Programme et argumentaire : https://chisco.parisnanterre.fr/manifestations-scientifiques/activite-historienne-et-appartenance-urbaine-en-europe-et-dans-les-mondes-islamiques-du-xiiie-au-xviiie-siecle-905976.kjsp?id_agendaevenement=43731

Reconstruire/restaurer Rome. La rénovation des bâtiments et des espaces de la ville comme politique urbaine, de l’Antiquité à nos jours

Date : 30-31 octobre 2019

Lieu : Rome, École française de Rome et Sapienza Univesità di Roma

Organisation : Ecole française de Rome, de la Sapienza Università di Roma, du LIA MediterraPolis et du Centre Roland Mousnier.
Programmme : https://www.efrome.it/la-recherche/agenda-et-manifestations/actualite/reconstruire-restaurer-rome.html

L’Observance, entre normalisation et répression (XVe-XVIe siècle)

Date : 7-8 novembre 2019
Lieu : Rome, École française de Rome

Organisation : Marina Benedetti (Università degli studi di Milano), Sylvie Duval (CIHAM Lyon), Haude Morvan (Université Bordeaux-Montaigne) et Ludovic Viallet (Université Clermont-Auvergne)
Programme : https://www.efrome.it/la-recherche/agenda-et-manifestations/actualite/observance-et-societe-entre-normalisation-et-repression-europe-xve-xvie-siecle.html

Philologie sur mesure. Approches de la stratigraphie du texte et du document médiéval

Date : 13 et 14 novembre 2019
Lieu : Université de Liège (7, place du XX Août – Amphithéâtre Wittert)
Organisation : Réseau des Médiévistes Belges de Langue Française
Programme : https://rmblf.be/2019/10/15/colloque-du-rmblf-philologie-sur-mesure-approches-de-la-stratigraphie-du-texte-et-du-document-medieval/

Les formes de réglementation des métiers dans l’Europe médiévale et moderne

Date : 14 et 15 novembre 2019
Lieu : Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Organisation : Laboratoires ACP-UPEM, LAMOP-CNRS, -IRHT-CNRS, HISPOSS/ArScan-Paris8, ICT-Paris Diderot
Programme : https://ict.univ-paris-diderot.fr/agenda/les-formes-de-reglementation-des-metiers-dans-leurope-medievale-et-moderne

Innovation et communautés médiévales en Europe du Nord-Ouest /Innovation und mittelalterliche Gemeinschaften in Nordwesteuropa (1200-1500)

Date : 20-22 novembre 2019
Lieu : Université de Münster
Organisation : Elodie Lecuppre-Desjardin (Université de Lille - IRHiS, IUF) et Nils Bock (Université de Münster)
Programme : https://irhis.univ-lille.fr/detail-event/innovation-et-communautes-medievales-en-europe-du-nord-ouest-innovation-und-mittelalterliche-geme/

Les animaux... l’histoire continue. Rencontres interdisciplinaires et internationales autour de Robert Delort

Date : 28-29 novembre 2019
Lieu : Université Polytechnique Hauts-de-France (Valencienne, Campus Mont Houy, Bât. Matisse, Amphi 150)
Organisation : Corinne Beck, Fabrice Guizard et Emmanuelle Santinelli (Calhiste)
Programme : https://www.uphf.fr/rencontres-interdisciplinaires-et-internationales-autour-de-robert-delort

Conférence de Giacomo Todeschini
Date : 2 décembre 2019, 17h
Lieu : Paris, Collège de France, Salle 2
Titre : « Des agents pathogènes bloquant la croissance du corps économique. Histoire d’une métaphore de longue durée »
Résumé : Le discours économique européen et chrétien s’établit entre Moyen Âge et époque moderne à partir d’une syntaxe conceptuelle fondée sur l’interconnexion systématique du lexique des échanges et du profit avec le lexique théologique du Salut. Dans ce cadre la croissance économique des marchés et la santé du Corps mystique chrétien - en tant qu’images se reflétant l’une dans l’autre - sont représentées au moyen d’un langage en même temps providentiel et médical. Celles et ceux qui semblent entraver les mouvements salutaires et salvateurs du Corps économique chrétien seront donc de plus en plus décrits comme des éléments morbides qu’il faut combattre et supprimer.

Une autre Renaissance en Centre-Val de Loire (1480-1650)

Date : 3, 4 et 5 décembre 2019
Lieu : Orléans
Organisation : Christian Renoux, Catherine Lanoë, Nicolas Lombart et Gaël Rideau (Université d’Orléans)
Programme complet : https://www.vivadavinci2019.fr/evenements/colloque-international-une-autre-renaissance-en-centre-val-de-loire-1480-1650/

Conférences dans le cadre du Programme Proteus, du projet Danubius et du Vie séminaire sur Constantinople dans l’Antiquité tardive

Dates : 10 et 11 décembre 2019
Lieu : Université de Lille (salle E1-51, Campus Pont-de-Bois, Villeneuve d’Ascq)
Organisation : Laboratoire de recherches HALMA-UMR 8164, CNRS, Université de Lille, Ministère de la Culture
Programme :

  • Alenka Cedilnik, Université de Ljubljana, "The arian controversy in Illyricum", mardi 10 décembre 2019, 17h-18h30
  • Aleš Maver, Université de Maribor (Slovénie), "Christian communities in the territory of present-day Slovenia in the light of epigraphic sources", mercredi 11 décembre 2019, 17h-18h30

Séminaire "Aspect du christianisme et du paganisme à Constantinople, dans les Balkans et en Orient"

Dates : du 2 octobre 2019 au 29 avril 2020, de 17h à 18h30
Lieu : Université de Lille (Villeneuve d’Ascq, Site Pont-de-Bois, Bât. E, salle E1.51)
Organisation : Javier Arce et Dominic Moreau (Halma)
Programme complet : https://halma.univ-lille3.fr/wp-content/uploads/2019/10/Affiche-programme-VIe-seminaire-constantinople-2019-2020.jpg

Séminaire Jeunes chercheurs sur la Bourgogne antique et médiévale

Dates : les mercredis, du 16 octobre 2019 au 20 juin 2020, à 17h
Lieu : Université de Bourgogne-Franche-Comté
Organisation : Rudi Beaulant (docteur en histoire médiévale, UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne-Franche-Comté) et David Bardey (doctorant, UMR 6298 ARTEHIS, Université de Bourgogne-Franche-Comté)
Programme complet : https://rmblf.be/2019/11/02/seminaire-conferences-de-jeunes-chercheurs-sur-la-bourgogne-antique-et-medievale-2/

Séminaire d’études médiévales ibériques
Dates : du 16 décembre 2019 au 27 avril 2020
Lieu : Université Toulouse–Jean Jaurès, Maisond de la Recherche, Salle 315
Contact : Florian Gallon (florian.gallon univ-tlse2.fr)
Programme : accessible ici

APPEL À COMMUNICATION/CONTRIBUTION

- Comptabilités de la construction – Revue Ædificare

Coordination : Michela Barbot et Virginie Mathé
Argumentaire :
Les comptes des chantiers constituent des sources fécondes pour l’histoire de la construction. Ils ont donné lieu à des recherches sur les prix, sur les artisans et les commanditaires, sur les matériaux et leur approvisionnement, sur l’organisation du monde du bâtiment. Mis en regard des édifices ou de leurs vestiges, ils en enrichissent la compréhension ; ils en sont même parfois la seule trace. Se situant à la croisée de l’histoire de la construction et de l’histoire de la comptablité, le présent dossier, qui sera publié dans la revue Aedificare fin 2020, propose d’envisager la comptabilité des chantiers non comme une source, mais comme un objet d’étude en elle-même.
La réunion des articles, relevant de l’étude de cas ou de la publication commentée de sources, vise à souligner la diversité des comptabilités de la construction pour mieux les définir et à identifier les éventuelles spécificités des écritures et des pratiques comptables dans ce domaine d’activités par rapport à d’autres types de comptabilités. Les articles pourront concerner toutes les périodes historiques, de l’antiquité au monde actuel, et toutes les aires géographiques. Le moment de la construction proprement dite peut être au cœur de l’étude, mais aussi ceux de l’entretien, de la rénovation et de la reconstruction des bâtiments, des jardins ou des espaces urbains.
Trois pistes, non limitatives et qui gagneront à être envisagées de manière conjointe, pourront être suivies par les auteurs :

  • Autour des auteurs des comptes :

Tous les acteurs de la construction peuvent être amenés à tenir leurs comptes, à composer des devis, des livres-journaux, des registres ou des reçus. Même si une grande partie de la documentation émane des maîtres d’ouvrage et des maîtres d’œuvre, les écritures artisanales sont loin d’être inexistantes. Certains dossiers d’archives se révèlent ainsi très hétérogènes, mêlant des documents, qui se complètent et se font écho, issus des commanditaires, des architectes et des gens de métier. La comptabilité de la construction relève aussi bien de la sphère privée – qu’elle soit celle de l’entreprise ou de la maisonnée – que du domaine public dans lequel interviennent le pouvoir politique, les autorités religieuses et militaires, les instances administratives. Au-delà des personnes et des institutions qui sont à l’origine des comptes de construction, ce sont les rédacteurs de ces textes qui sont à examiner : sont-ils des spécialistes avant tout de la comptabilité et de l’administration ou plutôt de la construction ? Quelle intelligence du chantier et quelle maîtrise des savoir-faire comptables possèdent-ils ?
S’il s’agit de constater la variété des auteurs de ces documents regroupés sous l’expression de « comptabilités de la construction », il convient aussi de s’interroger sur les interactions entre ces différentes pratiques comptables. Par exemple, dans quelle mesure les comptabilités des maîtres d’ouvrage s’appuient-elles sur les papiers produits par les artisans ? Et quel poids les exigences bureaucratiques ont-elles sur l’écriture comptable au quotidien ?

  • À propos des objectifs :

Poser la question des auteurs des comptes de construction amène à évoquer les objectifs de la production de tels documents. Les outils comptables permettent de suivre les recettes et les dépenses du chantier, mais on peut se demander s’ils sont réellement efficaces pour les maîtriser : que se passe-t-il par exemple quand le budget est dépassé ? Ils servent aussi à dresser des bilans, produits à intervalles réguliers ou présentés à la fin du chantier. Cette dernière pratique, qui vise à connaître le prix total d’un édifice, est-elle d’ailleurs habituelle ? Qu’en est-il notamment pour les chantiers qui se poursuivent pendant plusieurs générations ?
S’interroger sur les objectifs visés par les rédacteurs des comptes, c’est aussi se demander à qui ils sont destinés : sont-ils réservés à chacune des catégories intervenant sur le chantier, sont-ils utilisés dans les échanges entre les différents acteurs de la construction ou sont-ils rendus publics ? Dans ce dernier cas, les enjeux politiques immédiats peuvent rejoindre la volonté de garder la trace d’un chantier particulièrement significatif pour la communauté. On peut ainsi se demander pourquoi la documentation comptable a été conservée au point de parvenir jusqu’à nous.

  • À propos du contenu et de la forme :

Les comptes de construction ont été dressés sur des planchettes de bois, des tablettes de cire, des feuilles de parchemin et de papier ; ils ont parfois été gravés sur la pierre, réunis en liasse, reportés sur des cahiers et, beaucoup plus récemment, sont passés sous format numérique. L’examen des aspects matériels de la production et de la réception de ces documents invite à ne pas séparer support et contenu.
Pour ce qui est de ce dernier, la lecture de comptes relatifs à des chantiers même contemporains les uns des autres enseigne que l’on ne compte pas partout et toujours les mêmes choses, ni selon les mêmes manières. Le financement du chantier fait ainsi beaucoup moins l’objet d’une comptabilité que les dépenses. Pour celles-ci, si la somme sortie de la caisse est toujours indiquée, la tâche effectuée ou le matériau fourni ne sont pas nécessairement notés ; voire, le nom exact de l’artisan peut être remplacé par des expressions génériques, comme « les manœuvriers ». Les rédacteurs n’entrent pas dans les mêmes degrés de détails, parfois se limitant à quelques mots et un chiffre si bien que l’on comprend difficilement de quelle opération sur le chantier il s’agit, parfois explicitant considérablement les actes effectués. Cela conduit à considérer la place respective du texte et du chiffre dans la comptabilité ainsi que leur mise en forme (listes, tableaux, …). On pourra aussi s’interroger sur le rôle des éventuelles représentations graphiques qui accompagnent les comptes.

Modalités de soumission :
Les articles pourront être rédigés dans l’une des langues suivantes : français, italien, anglais, espagnol, allemand et portugais. À titre d’indication, leur longueur pourra être comprise entre 30.000 et 50.000 signes.

Les propositions d’article comporteront un titre et un résumé d’environ 2.500 signes, ainsi que les coordonnées de l’auteur (nom, prénom, fonction et rattachement institutionnel, courriel, adresse postale). Elles devront être adressées avant le 15 décembre 2019 à mbarbot ens-paris-saclay.fr.

Les propositions seront examinées et choisies par les coordinatrices du dossier. Quant aux articles eux-mêmes, chacun sera expertisé par deux rapporteurs désignés par le comité de rédaction de la revue Aedificare.

Calendrier :

- 15/12/2019 : envoi des propositions par les auteurs
- 06/01/2020 : notification d’acceptation de la proposition
- 3/5/2020 : envoi des articles par les auteurs
- 28/6/2020 : transmission des expertises aux auteurs
- 30/7/2020 : retour des articles définitifs
- fin 2020 : publication du dossier.

- International Medieval Meeting Lleida 2020

Date : 29 juin-1er juillet 2020
Lieu : Lleida
Organisation : Consolidated Medieval Studies Research Group
Présentation :
The International Medieval Meeting Lleida (IMMLleida) is organised and administered by the Consolidated Medieval Studies Research Group. It takes place in Lleida during the last week in June. The participants can present sessions and individual papers on different aspects of research in the history of the Middle Ages or sessions dedicated to the promotion and management of research, the application of new technologies in the Humanities and the promotion of historical heritage. Furthermore, there will be important presentations concerning the publication and dissemination of research in medieval history. These events will take place in the University of Lleida, located in the medieval city of Lleida, where you will be able to enjoy a wide range of cultural and leisure activitites.
Ouverture des candidatures : du 4 novembre 2019 au 29 mars 2020
Informations : http://www.internationalmedievalmeetinglleida.udl.cat/en/

- Mourir au château (Xe-XXIe siècles) – Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord

Date : 25-27 septembre 2020
Lieu : Périgueux
Argumentaire :
L’Association des Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord consacrera son colloque annuel, qui se tiendra comme chaque année depuis plus d’un quart de siècle à Périgueux, au thème Mourir au château. Ce choix impose d’envisager une typologie des trépas liée au cadre châtelain, capable d’évoluer dans la longue durée. Le château peut être le lieu de décès « ordinaires » mais aussi de morts violentes, précipitées, imprévues, accidentelles ou préméditées, voire d’assassinats[1]. Afin de limiter le nombre des exemples qui ont fait des châteaux d’ultimes refuges ou des repaires de violences intérieures ou extérieures, on pourrait retenir les endroits précis où se déroulent ces morts : cachots, douves et ponts-levis, cuisines, chambres, escaliers. Le cinéma serait une illustration parfaite de cette partie du prochain colloque, sans oublier l’archéologie...
Concernant l’« ars moriendi », tellement mis en valeur à la Renaissance, comment s’est opéré le passage de la mort héroïque sur le champ de bataille, à la manière de Bayard, à la mort seigneuriale à la manière de Brantôme, de Montaigne et de tant d’autres dont les exemples peuplent la littérature, des Mémoires aux romans ?
En amont de ce passage de la mort, seront à étudier les pratiques attachées aux testaments (témoins, notaires, moment et lieu), aux dernières volontés et aux successions : soit une partie juridique qui devrait intéresser des historiens du droit et qui traverse les siècles. Bien des exemples sont capables d’illustrer ce thème sans retenir exclusivement les seules exceptions d’héritiers déshérités ou de captations d’héritages par des intrus et, surtout, des intruses. Cette mort préparée suppose le choix d’un ordonnancement funéraire, au sein du château, avec l’accompagnement des familiers, des serviteurs, des domestiques, des tenanciers. Un rôle particulier est souvent dévolu aux pauvres, dans un cadre de charité et de piété, revivifiées par le concile de Trente.
En aval des décès châtelains, les cérémonies des enterrements et les pratiques d’inhumation au château (chapelle castrale) ou à proximité sont une occasion de réunions familiales, de rassemblements des gens du château et des paroissiens alentours. Les pratiques de conservation des corps, les techniques d’embaumement peuvent solliciter l’attention.
Au delà du cérémonial, il convient d’envisager l’édification de tombeaux, de nécropoles, de chapelle castrale, la rédaction d’épitaphes, la confection de stèles et autres monuments funéraires présents dans le château ou dans son parc pour perpétuer le souvenir des défunts. L’ancienneté des sépultures est un gage de celle des lignages. Plus généralement, on s’interrogera sur la périodisation du choix des lieux de sépulture : à l’inhumation dans la seigneurie-parc du château et sol de l’église paroissiale-, succèdent dans le cours du XIXe siècle la pratique d’un enclos séparé dans le cimetière communal[2] et l’urbanisation des sépultures dans les cimetières citadins[3].

Les propositions de communications (environ 1500 signes), accompagnées d’une brève biobibliographie de l’auteur.e doivent être adressées au plus tard le 30 janvier 2020, par voie électronique, en format Word à Dominique Picco, secrétaire des Rencontres, dominique.picco u-bordeaux-montaigne.fr, et Juliette Glikman, secrétaire adjointe, juliette.glikman orange.fr ou par voie postale à Dominique Picco, Université Bordeaux-Montaigne, UFR humanités, Département histoire, Campus universitaire, 33607 Pessac cedex.

- Femmes en guerre : Du front domestique aux champs de bataille – Colloque international « jeune-chercheur » d’histoire de la guerre de Montréal

Date : 21-22 octobre 2020
Lieu : Montréal (Québec)

Comité scientifique : Violaine Sebillotte Cuchet (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Lyse Roy (UQÀM), Carl Bourchard (Université de Montréal), Ersy Contogouris (Université de Montréal), Piroska Nagy (UQÀM), Frédéric Charbonneau (Université McGill), Benjamin Deruelle (UQÀM).

Comité organisateur : Nicolas Handfield, Philipp Portelance, Vicky Laprade, Philippe Sainte-Marie, Chloe Raymond-Poitras, Mathilde Viberti, Alexandre Vaillancourt.
Argumentaire :
Le théâtre de la guerre a longtemps été perçu comme le domaine réservé des hommes. Les femmes sont pourtant loin d’en être absentes qu’elles la subissent ou bien qu’elles en soient les actrices. Central dans toutes les sociétés, le fait militaire et l’expérience de la guerre est également un élément important de la construction sociale des genres depuis l’Antiquité. Organisé dans le cadre des activités du Groupe de recherche en histoire de la guerre, ce colloque a donc pour ambition d’interroger les relations qu’entretiennent les femmes et la guerre et la manière dont les « féminités » s’y construisent.
L’histoire militaire des femmes s’est en effet longtemps réduite à celle des grandes figures féminines occidentales et des cheffes de guerre, de Boudicca à Jeanne d’Arc. Lorsqu’elles apparaissaient, les femmes étaient réduites aux violences qui leur avaient été faites, ou à leur expérience à l’arrière du front en tant qu’infirmières, ouvrières, ou messagères. Lorsqu’il était question de genre, cela était surtout la construction des identités masculines dans la guerre qui était interrogée. Il a fallu attendre l’ouverture du recrutement aux femmes dans l’armée au xxe siècle pour que les travaux commencent à s’intéresser à leur participation à l’institution militaire, ou aux combats (Thomas, 1978 ; Bard, 1995). Plus récemment, des études ont mis l’accent sur leur expérience de combattantes, sur la place des femmes dans les structures et les institutions militaires, ainsi que sur les interactions des forces armées avec les sociétés, pour accéder à l’expérience des femmes dans la guerre (Lynn, 2008 ; Virgili 2011 ; Clio, 2006).
À la croisée de l’histoire du fait militaire, de l’histoire des femmes et de l’histoire du genre, ce colloque souhaite aborder les multiples formes de la présence des femmes au sein des armées, de leurs expériences de guerre et de la construction des « féminités » en milieu guerrier. Il souhaite aborder ces thématiques dans la longue durée, de l’Antiquité à nos jours, et en dépassant les frontières de l’Europe pour embrasser ces questions de manières globales et transnationales. Car les relations des femmes à l’armée et la construction sociale des genres en son sein, comme leurs formes, leurs manifestations et leurs sens, diffèrent selon les époques, les lieux et les conflits. Les relations, les rôles et les identités sexuelles sont ainsi déterminés et réinterprétés au prisme des normes martiales, sociales et culturelles dans lesquels ils s’insèrent. Ce colloque propose donc de poursuivre les réflexions initiées par les historiens et historiennes de la guerre et du fait militaire et de participer au renouvellement de leurs questionnements. Quelles relations les femmes entretiennent-elles à l’armée ? Quels y sont leurs rôles ? Comment penser et représenter les « féminités » guerrières ? Quelle place prennent-elles dans l’imaginaire du combattant ? En quoi les représentations militaires, sociales et culturelles influencent-elles l’expérience des femmes dans l’institution militaire et dans les combats ?
Au carrefour de ces réflexions, les propositions de recherche pourront se décliner à partir de quelques grandes lignes directrices :

  • Penser le rapport entre les femmes et les institutions militaires dans différents contextes chronologiques, politiques et culturels ;
  • Explorer l’expression, la construction et l’évolution des « féminités » dans le contexte guerrier ;
  • Examiner l’expérience de guerre des femmes qu’elles soient combattantes ou non.

Le colloque, organisé avec le soutien notamment du département d’histoire de l’UQAM, du Centre Interuniversitaire de Recherche sur la première Modernité (CIREM 16-18) et du Groupe de recherche en histoire des sociabilités (GRHS), se veut interdisciplinaire et ouvert à tous les jeunes chercheuses et chercheurs des cycles supérieurs (maîtrise, doctorat et post-doctorat) en histoire, histoire de l’art, études littéraires et philosophie, ainsi que de tous les autres champs des sciences sociales. Il accueillera toutes propositions en lien avec l’étude des femmes en situation de guerre, de l’Antiquité à nos jours. Les thématiques soulevées ci-dessus ne limitent en rien les propositions de communication.
Modalités de participation :
Les propositions de communication peuvent être envoyées en français ou en anglais (300 mots maximum) avant le 15 janvier 2020, à l’adresse qui suit : colloque.grhg gmail.com. Les propositions devront comprendre une brève présentation du corpus étudié (les sources, le cadre de l’enquête et méthodologie) et une courte bibliographie (10 titres max). Elles devront également comprendre votre nom, prénom et affiliation institutionnelle, le niveau d’étude (maîtrise, doctorat, post-doctorat), un curriculum vitae et indiquer les éventuels besoins de soutien financier pour le déplacement et l’hébergement ainsi que le coût estimé du voyage. Le colloque aura lieu le 21-22 octobre 2020*.
Note importante : Dans la mesure du possible, les organisateurs chercheront à assurer le transport et le logement des participants au colloque. Cependant, tous ceux ou celles qui peuvent éventuellement assurer leur propre financement grâce au soutien de leur université ou de leur centre de recherche, sont invités à le faire savoir au moment de l’envoi du dépôt de leur proposition. L’existence du financement externe (même non assuré) est, en effet, un important prérequis pour la demande de subvention générale qui sera déposée pour l’organisation du colloque.

VARIA

- Opération Declics

Declics (http://www.cerclefser.org/fr/declics/) fait dialoguer des chercheurs avec des lycéens dans une vingtaine de villes de France pour leur faire découvrir la science en train de se faire, cette année à partir du 12 novembre et jusqu’au 20 décembre.

Tous les personnels de recherche académique, femmes et hommes, sont encouragés à participer (inscriptions http://bit.ly/AmbaDeclics2019), qu’ils soient francophones ou anglophones, statutaires ou non statutaires, dans toutes les disciplines (directeur·rice de recherche, chargé·e·s de recherches, doctorant·e·s, post-doctorant·e·s, personnels ITA, maîtres de conférence, professeur·e·s d’université...). Des places sont ouvertes dans différents lycées d’une vingtaine de villes en France.

Il n’y a rien à préparer (il ne s’agit pas d’une conférence, mais d’une discussion). Vous avez juste besoin de vous inscrire à l’avance et d’être présent le jour J pour quelques heures (le matin ou l’après-midi).
Plus de détails sur le rôle d’Ambassadeur et sur Declics à l’adresse www.declics2019.org
Chacun peut s’inscrire sur le formulaire suivant : http://bit.ly/AmbaDeclics2019. Des certificats de participations sont fournis sur demande.

- Rapport du Capes externe 2019

Le rapport du Capes externe 2019 est désormais disponible à l’adresse :
http://media.devenirenseignant.gouv.fr/file/externe/13/3/rj-2019-capes-externe-histoire-geographie_1203133.pdf

Des présentations vidéos des épreuves concours, les sujets d’ASP ainsi que la liste des ouvrages disponibles dans les bibliothèques de MSP pour les questions 2019 se trouvent sur le site du lycée Oehmichen de Châlons en Champagne : https://lycee-etienne-oehmichen.fr/index.php?id=364.

- Lettre des Fasti

La Lettre des Fasti paraît annuellement, vers le mois de décembre. Elle informe sur les activités de recherche touchant aux thèmes étudiés par les Fasti Ecclesiæ Gallicanæ, en France et à l’étranger. Elle est placée sous la direction éditoriale de Jean-Michel Matz et Jean-Vincent Jourd’heuil. Toutes les informations concernant cathédrales, chapitres, évêques et chanoines sont bienvenues, merci de les transmettre aux responsables : voir la lettre de décembre 2019.

-  Report du Congrès national du Comité Français des Sciences Historiques

Le Congrès national du Comité Français des Sciences Historiques, qui devait se tenir initialement à Rouen le 5 décembre 2019 est reporté sine die en raison du mouvement social consacré aux retraites qui débutera ce jour.